at-tawhid.net

Sourate 9 (At Tawbah) - Verset 43 (As Samarqandî, As Suyûtî, Al Qâdî 'Iyâd...)

15 Décembre 2015, 23:50pm

Publié par at-tawhid.net

Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) dit :

" Qu'Allâh te pardonne ! Pourquoi les as-tu dispensés du combat avant que ceux qui sont sincères se manifestent à toi et que tu connaisses les menteurs ? "

[Sourate 9 - Verset 43]

Exégèse :

Al Imâm Ibn Juzayy Al Kalbî Al Gharanâtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

" Qu'Allâh te pardonne ! Pourquoi les as-tu dispensés du combat " Certains parmi les hypocrites avaient demandé au Prophète (ﷺ) la permission de rester en arrière lors de l'expédition de Tabuk et il leur donna en effet la permission. Allâh désapprouva la permission donnée. Le pardon fut mentionné en premier afin de l'honorer. Et il est dit que l'expression " Qu'Allâh te pardonne " ne signifie pas qu'il s'agissait d'une mauvaise action ni que cela implique un quelconque reproche, mais cela est pour introduire la parole, comme lorsqu'on dit " Qu'Allâh t'affermisse dans le droit chemin ". " Avant que ceux qui sont sincères se manifestent à toi et que tu connaisses les menteurs ? " Ils (les hypocrites) dirent : " Demandez-lui la permission de rester en arrière. S'il vous donne la permission, nous resterons en arrière, et s'il ne vous la donne pas, nous resterons quand même derrière. " Ainsi, la vérité et le mensonge seraient devenus clairs. Si tu ne le leur aurait pas donné la permission, les rebelles et les hypocrites seraient quand même resté en arrière tandis que celui qui est obéissant serait parti avec toi. [1]

Al Imâm Jalâl Ud Dîn As Suyûtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

Ceci est utilisé comme preuve par ceux qui affirment que l'ijtihad lui était permis (ﷺ), car s'il leur avait donné la permission suite à une Révélation, il n'aurait pas ensuite été interpellé. C'est également utilisé comme preuve par ceux qui prétendent qu'il pourrait se tromper dans son ijtihâd, mais que lorsque cela arrive, il est mis directement au courant. [2]

Et Ibn Abî Hâtim rapporta que 'Awn [Ibn 'Abdi Llâh Ibn Ja'far Ibn Abî Tâlib] a dit : " Avez-vous vu une meilleure leçon que celle-ci ? Il commença par le pardon avant d'entamer la critique. " [3]

Al Imâm Abû Muhammad Al Makkî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

" Qu"Allâh te pardonne ", c'est-à-dire : " qu'Allâh t'honore ! " [4]

Al Imâm Abu-l-Layth As Samarqandî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

C'est-à-dire : " Qu'Allâh te préserve, toi au coeur pur. Pourquoi les as-tu dispensés ? " Car si Allâh avait directement interpellé le Prophète (ﷺ) par la question " Pourquoi les as-tu dispensés ? ", son coeur se serait alors brisé en raison de la gravité du ton de ces Paroles. Mais par Sa Miséricorde, Allâh (qu'Il soit exalté) lui a d'abord annoncé le pardon afin d'apaiser son coeur. Cette remarque, qui n'échappe à aucun homme doué de raison, indique clairement son rang éminent auprès d'Allâh. Et l'honneur qu'Allâh lui réserve représente un domaine de connaissance illimité, tel un océan profond et sans rivage. [5]

Et Al Qâdî 'Iyâd Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

Ceux qui ont estimé que le Prophète (ﷺ) avait essuyé des reproches à travers ce verset se sont donc trompés, car il était libre de décider. D'ailleurs, dans la suite du verset, Allâh (qu'Il soit exalté) dit : Pourquoi les as-tu dispensés du combat avant que ceux qui sont sincères se manifestent à toi et que tu connaisses les menteurs ? " Ainsi, Il l'a informé que s'il ne les avait pas dispensés, ils n'auraient, de toute manière, pas participé au combat en raison de leur hypocrisie. C'est pourquoi il n'encourt finalement aucun reproche pour leur avoir accordé une dispense.

Le musulman qui combat son égo et dont la moralité est commandé par la sharî'ah est tenu de se conformer aux règles de bienséance que dicte le Qur°ân, dans ses actes comme dans ses paroles, dans ses énnoncés et ses réponses. Ceci car le Qur°ân constitue la source des connaissances véritables et le jardin des règles de conduite concernant le bas-monde et la vie religieuse. Qu'il médite donc l'exemple de cette merveilleuse interpellation de la part du Seigneur des mondes, Le Bienfaiteur de tous et Celui qui n'a besoin de rien ; qu'il constate ainsi ce qu'elle renferme comme richesse, et qu'il cerne bien comment Allâh a créé l'être humain et le pardon avant d'invoquer de quelconques fautes. [6]

Notes :

[1] At Tas-hîl Li 'Ulûm Il Qur°ân de l'Imâm Ibn Juzayy.

[2] Ceci est l'avis de la majorité des mutakallimîn et d'une minorité de soufis. Avis que nous récusons, à l'instar de la majorité des soufis et d'une minorité parmi les mutakkalimîn cités à la fin de cet article.

[3] Durr Ul Manthûr de l'Imâm As Suyûtî.

[4] Al Mushkil Min Gharîb Il Qur°ân de l'Imâm Al Makkî.

[5] Bahr Ul 'Ulûm de l'Imâm As Samarqandî.

[6] Ash Shifâ° de Al Qâdî 'Iyâd.

Commenter cet article