at-tawhid.net

Abû 'Alî Al Karâbîsî - أبو علي الكرابيسي (m.245 ou 248)

24 Avril 2012, 14:28pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Abû 'Alî Al Husayn Ibn 'Alî Ibn Yazîd Al Karâbîsî Al Baghdâdî fut l'un des grands et célèbres théologiens de l'époque des Salaf Us Sâlih qui influencera plus tard toute une génération de théologiens, dont l'Imâm du Tawhîd Abul Hasan Al Ash'arî (qu'Allâh l'agrée). Il était un ami de l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Sa'îd Ibn Kullâb et de l'Imâm Al Hârith Al Muhâsibî, ainsi que de l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal durant un temps (qu'Allâh les agrée tous). Il fut également un muhaddith et un juriste de renom, à la fois savant dans le Madh-hab Hanafî et le Madh-hab Shâfi'î. Ceci est dut au fait qu'il était d'abord Hanafite puis qu'il préféra finalement la méthodologie de l'Imâm Ash Shâfi'î (qu'Allâh lui fasse miséricorde). Il devint ainsi un disciple direct de l'Imâm Ash Shâfi'î et parvint à un haut niveau.

 

Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui : « Abû 'Alî Al Husayn Ibn 'Alî Ibn Yazîd Al Karâbîsî naquit à Baghdâd et fut l'un des plus éminents disciples de l'Imâm Ash Shâfi'î. Il le remplaça occasionnellement dans ses assemblées de science et possédait une grande connaissance de son Madh-hab. Il composa de nombreux ouvrages sur les fondements de la jurisprudence (°usûl ul fiqh) et ses branches (al furû'). Il était également très qualifié en Kalâm et versé dans le 'Ilm Ul Hadîth. Il écrivit d'ailleurs un livre dans le jarh wa at ta'dîl et d'autres sur divers sujets. Un grand nombre de personnes apprirent de lui dans le domaine de la jurisprudence. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Et Ash Shaykh Jibrîl Al Haddâd (qu'Allâh le bénisse) a dit aussi : « Il fut l'un des disciples majeurs de Ash Shâfi'î en 'Irâq que As Sayrâfî recommanda particulièrement à ses élèves avec Abû Thawr. Il apprit aussi le hadîth auprès de 'Alî Ibn Al Madînî, Ash Shâdhakûnî et d'autres. » [Asharis.wordpress.com].

 

En plus du fait qu'il fut un grand savant, il est également connu pour sa controverse avec l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (qu'Allâh l'agrée) et ses disciples. Leur époque était celle de la fitnah créée par les mu'tazilites à propos du statut créé ou incréé du Qur°ân. Ces derniers affirmaient que le Coran était une création d'Allâh et non pas Sa Parole incréé. Cette hérésie innovée par les mu'tazilites allait amener les deux hommes à régler ce problème avec fermeté, mais chacun selon une méthodologie différente. L'Imâm Ahmad choisit de traiter ce problème comme le faisaient la plupart des savants antérieurs, c'est-à-dire par l'énumération de versets coraniques et de ahâdîth, tandis que l'Imâm Al Karâbîsî chosit de régler cette affaire en attaquant les mu'tazilites avec leurs propres armes : le Kalâm.

 

Cette divergence d'opinion concernant le traitement de l'innovation mu'tazilite amena les deux hommes à une profonde incompréhension et une forte inimitié qui se répandit également parmi leurs disciples respectifs. L'Imâm Ahmad pensait en effet que tout recours au Kalâm ne pouvait qu'amener du mal et qu'il fallait impérativement réagir comme l'aurait fait la majeure partie des anciens savants, et non attaquer les innovateurs par le Kalâm qui était une discipline qui fut jusque là plutôt utilisée par les innovateurs que par les Sunnites. L'Imâm Ahmad s'éloigna donc de l'Imâm Al Karâbîsî et mis en garde ses étudiants contre toute fréquentation de ce dernier et des gens qui pensaient et agissaient comme lui.

 

Quand l'Imâm Abû 'Alî Al Karâbîsî apprit que l'Imâm Ahmad avait déclaré sa déclaration que la prononciation du Coran était créée comme étant une innovation , Al Imâm Al Karâbîsî s'exclama : « La prononciation (des termes du Qur°ân) designe autre chose que la chose prononcée en tant que telle (le Qur°ân) ! » Puis il dit sur l'Imâm Ahmad : « Qu'allons nous donc bien pouvoir faire avec celui-là ? Si nous disons « créé », il crit à la bid'a, et si nous disons « incréé », il crit encore à la bid'a ! » Les Hanbalites se mirent en colère et le déclarèrent irrecevable en matière de narration de ahâdîth. Al Hâfiz Adh Dhahabî commenta cela en disant : « Il ne fait aucun doute que ce que Al  Karâbîsî a innové et a expliqué à propos de la question de la prononciation [du Qur°ân] est la vérité. Mais l'Imâm Ahmad l'a refusé dans l'intention d'empêcher une éventuelle extension de la polémique sur le Qur°ân lui-même, puisque l'on ne peut pas distinguer la prononciation du prononcé - c'est-à-dire la Parole d'Allâh - sauf dans l'intention. » [Siyar A'lam Un Nabalâ°].

 

Tout ceci allait cristaliser la divergence de méthodologie dans l'abord de la théologie au sein des Ahl Us Sunnah, avec les Hanbalites d'un côté, et le reste des Sunnites de l'autre, ainsi que les rancoeurs entres les étudiants Shâfi'ites et Hanbalites de l'époque.

 

Quant à lui, Al Hâfiz Abû 'Umar Ibn 'Abd Il Barr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit concernant cette affaire que l'Imâm Al Karâbîsî n'a fait cependant qu'exprimer tout haut la position des éminents savants de sa génération sur la question de la prononciation des mots du Qur°ân, tels que les Imâms Ibn Kullâb, Abû Thawr et Dâwud Az Zâhirî (qu'Allâh leur fasse à tous miséricorde) l'avaient fait auparavant. Il a dit ainsi : « Il y avait une grande amitié entre lui (Al Karâbîsî) et Ahmad Ibn Hanbal, mais lorsque le premier s'opposa à ce dernier à propos du Qur°ân, leur amitié se transforma alors en inimitié. Chacun d'entre eux parlait en mal sur l'autre. La cause de cela est que Ahmad avait l'habitude de dire : « Celui qui dit que le Qur°ân est créé est un jahmite. Quiconque dit que le Qur°ân est la Parole d'Allâh mais ne dit pas s'il est créé ou incréé est un hésitant, et quiconque dit : « Ma prononciation du Qur°ân est créée » est un innovateur. » Ceci étant, Al Karâbîsî, 'Abdu Llâh Ibn Kullâb, Abû Thawr, Dâwud Ibn 'Alî et leurs semblables avaient l'habitude de dire que le Qur°ân dit par Allâh est un Attribut parmi Ses Attributs et ne peut donc être créé ; cependant, la récitation du récitateur et ses mots émis avec le Qur°ân sont acquis par lui (le récitateur) et donc un acte qui est créé et une narration de la Parole d'Allâh [...] Les compagnons Hanbalites de Ahmad Ibn Hanbal délaissèrent alors Al Karâbîsî, le traitèrent d'innovateur et parlaient en mal de lui ainsi qu'envers tout ceux qui émettaient la même croyance sur ce sujet. » [Al Intiqâ°].

 

Et Al Hâfiz Ismâ'îl Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Ahmad Ibn Hanbal parla négativement de lui à cause de la question de la prononciation [du Qur°ân], et il (Abû 'Alî Al Karâbîsî) parla négativement sur Ahmad. C'est pour cela que les gens se sont parfois abstenus d'apprendre auprès de lui. Pour ma part, ce que j'ai vu de lui est qu'il a dit : « La Parole d'Allâh est incréée à tout point de vue, mais cependant, ma prononciation du Qur°ân est créée. Et celui qui ne croit pas que sa prononciation du Qur°ân est créée est un mécréant. » Ceci fut également suivis par Al Bukhârî et Dâwud Az Zâhirî. L'Imâm Ahmad voulait quant à lui fermer cette porte afin de clore le débat à concernant la création du Qur°ân. » [Tabaqât Ush Shâfi'iyyah].

 

Toutefois, on se doit de souligner la bonne intention de l'Imâm Ahmad dans sa position qui n'avait d'autre but que d'éviter les débats théologiques sur la création du Qur°ân de peur que ceux-ci n'engendrent d'autres questions et d'autres innovations chez mu'tazilites ou d'autres libres penseurs, et que la solution de l'Imâm Al Karâbîsî ne se transforme finalement en un cercle vicieux sans fin. Et comme l'a dit l'Imâm Muhammad Uz Zâhid Al Kawtharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) : « Concernant les propos de Ahmad à l'encontre de Ibn Kullâb et ses compagnons, ceci était simplement dû à son aversion pour le Kalâm. »

 

Il est cependant triste de voir tous les abus que cela engendra chez les Hanbalites extrémistes. Car bien que l'Imâm Ahmad et l'Imâm Al Karâbîsî avaient en fin de compte la même croyance, ils le traitèrent d'innovateur et le critiquèrent pour le simple fait d'avoir dit avec sa bouche ce que l'intégralité des Ahl Us Sunnah pensaient avec leurs coeurs. Car certes, la Parole d'Allâh est incréée et le Qur°ân l'est donc aussi, mais le livre qui se trouve entre les mains des croyants ainsi que les mots et les sons prononcés par le lecteur sont bel et bien créés, et ceci fait l'objet d'un consensus. L'aversion pour le Kalâm poussa de nombreuses personnes (surtout des Hanbalites ou des gens qui apprécient leur méthodologie) à des injustices de ce genre envers les théologiens de Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah. Et le simple fait que quelques générations plus tard, les Imâms du Hadîth Muhammad Al Bukhârî et Muslim Ibn Al Hajjâj (qu'Allâh leur fasse à tous miséricorde) diront la même chose que l'Imâm Al Karâbîsî et ses semblables et subiront les mêmes épreuves de la part du même type d'individus démontre la vérité dans laquelle était l'Imâm Al Karâbîsî. Et c'est Allâh qui guide et égare qui Il veut.

 

C'est ainsi que vécut celui que le Hâfiz Adh Dhahabî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) qualifia d'océan de science dans son Siyar A'lam Un Nubalâ°. Il mourut en 245 ou en 248 selon certains savants. Al Imâm Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit cependant que 248 était la date qui apparaissait être la plus correcte selon les diverses études faites à son sujet.

 

Qu'Allah lui fasse miséricorde, illumine sa noble tombe et lui accorde les plus hauts degrés du Paradis. Allâhumma Âmîn.


Commenter cet article