at-tawhid.net

Abû Bakr Al Bâqillânî - ابو بكر الباقلّاني (m.403)

3 Novembre 2011, 04:05am

Publié par at-tawhid.net

Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à son sujet :

 

« Il s'agit de Abû Bakr Muhammad Ibn At Tayyib Ibn Muhammad Al Qâdî, connu sous l'appellation de Al Bâqillânî. Il est surnommé l'Epée de la Sunnah (Sayf Us Sunnah) et le Porte-Parole de la Ummah (Lîsân Ul Ummah). C'était un Basrite habitant à Baghdâd qui apprit auprès de Al Qâti'î, Ibn Mâhî et d'autres. Ibn Abi Al Fawâris alla vers lui.

 

Al Khatîb a dit dans son Târîkh Baghdâd : « Il étudia les fondements de la religion (al °usûl) auprès de Abû Bakr Ibn Mujâhid [qui était l'un des grands élèves de l'Imâm Al Ash'arî] et la jurisprudence (al fiqh) auprès de Abû Bakr Al Abharî [qui était un grand Imâm Mâlikite d'Irak]. »

 

Il était l'Imâm des Mâlikites de son temps. Il avait un bon fiqh et d'excellents arguments. Il avait une immense assemblée au sein de la Mosquée Al Mansûr de Baghdâd. » [Tartîb Ul Madârik].

 

Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également sur l'Imâm Al Bâqillânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) :

 

« Al Qâdî Abû Bakr Muhammad Ibn At Tayyib Ibn Muhammad Ibn Ja'far Ibn Al Qâsim, surnommé Al Bâqillânî et natif de Basrâ, fut un célèbre Mutakallim. Il professait la croyance du Shaykh Abul Hasan Al Ash'arî et fut un inébranlable adepte et partisan de ses opinions. C'est ainsi qu'il présida le Madh-hab Ash'arî.

 

Il résidait à Baghdâd et composa un grand nombre d'ouvrages dans le domaine de la théologie mais aussi sur d'autres sujets. En matière de savoir, il était sans rival. Il obtint une renommée immense grâce à son talent et ses succès dans sa recherche de la vérité, grâce à la facilité dans ses réponses et à la quantité de ahâdîth qu'il recueillit. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Al Qâdî 'Iyâd (qu'Allâh l'agrée) précisa également : « Il vécut aussi à Karkh. Abû 'Abdi Llâh Ibn Sa'dûn rapporta que toutes les factions étaient satisfaites des jugements que le Qâdî Abû Bakr émettaient concernant des gens opposés les uns aux autres. » [Tartîb Ul Madârik].

 

Il était extrêmement pieux et studieux. Al Imâm Abû 'Abdi Llâh As Sayrâfî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur lui : « La droiture du Qâdî était plus grande encore que son savoir. » [Tartîb Ul Madârik]. Il a dit aussi : « Il avait pour habitude d'étudier la journée et la majeure partie de la nuit. » [Tartîb Ul Madârik]. Al Imâm Al Khatîb Al Baghdâdî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta également dans son Târîkh Baghdâd que le Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) récitait le Qur°ân toute la nuit en accomplissant 20 prières. Il ne délaissait jamais cela, qu'il soit à son domicile ou en voyage. Chaque soir, après avoir prié le 'Ishâ et accomplit ses prières surérogatoires, il mettait son encrier devant lui et écrivait 35 pages avec ce qu'il avait en mémoire. Puis, après avoir prier la prière du matin, il soumettait à ses compagnons ce qu'il avait écrit durant la nuit, leur demandait de le lire devant lui et ajoutait ce qu'il trouvait utile de dire pour eux.

 

Al Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) était aussi célèbre pour ses débats et l'anéantissement systématique de ses adversaires. A son époque, Baghdâd était une ville en pleine ébullition scientifique, il lui arrivait ainsi de débattre aussi bien avec des athées qu'avec des innovateurs se réclamant de l'Islâm, ou encore avec des chrétiens et des juifs.

 

Ash Shaykh Jibrîl Al Haddâd (qu'Allâh le préserve) a dit à ce titre :

 

« Il utilisa la méthodologie de Al Ash'arî afin de mettre en échec toutes les sectes de son époque – et même les chrétiens – comme les rawâfid, les mu'tazilah, les khawârij, les jahmiyyah, les karrâmiyyah, les mushabbihah et les hashwiyyah.

 

Il a d'ailleurs dit à l'encontre de ces derniers : « Celui qui prétend que la lettre « s » dans « Bismi Llâh » qui vient après la lettre « b », et que la lettre « m » qui vient après la lettre « s » n'ont pas de début, a alors abandonné toute rationalité, a nié ce qui est obligatoirement connu et contredit l'évidence. Comment pouvons-nous donc espérer orienter par des preuves quelqu'un d’assez buté pour nier ce qui est nécessairement connu ? »

 

C'est ainsi que Abul Qâsim Ibn Burhân An Nahwî disait : « « Quiconque écoute Al Qâdî Abû Bakr débattre n'aura jamais plus de plaisir à écouter un autre Mutakallim, un autre Faqîh, ou un autre orateur. ». » [Sunnah.org].

 

Il y a de nombreuses anecdotes et récits concernant ses débats théologiques tellement ceux-ci furent riches d'enseignements et remarquables. Voici quelques récits célèbres et concis, ceci afin d'éviter toute longueur :

 

Al Imâm Al Khatîb Al Baghdâdî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta par exemple :

 

« Il nous a été rapporté que Ibn Al Mu'allim, le Shaykh et Mutakallim des shi'ites rawâfid était présent à un débat théologique avec ses compagnons alors que le Qâdî Abû Bakr Al Ash'arî arriva. Ibn Al Mu'allim se tourna vers ses compagnons et dit : « Shaytân est venu à vous ». Le Qâdî entendit ce qu'il venait de dire alors qu'il était à une certaine distance. Lorsqu'il s'assit, il se tourna vers Ibn Al Mu'allim et ses compagnons et leur dit : « Allâh (qu'Il soit exalté) dit : « Ne vois-tu pas que Nous envoyons à l'assaut des mécréants des démons qui les excitent furieusement [à désobéir] ? » [Sourate 19 – Verset 83]. »

 

D'autres ont rapporté que cette histoire a eu lieu avec les gens de l'assemblée des savants mu'tazilites régis par le Roi Fana Khusrau. Il y était entré alors qu'il les entendit parler entre eux et dire : « Ce n'est qu'un shaytân », puis le Qâdî leur répondit en récitant ce verset. » [Târîkh Baghdâd].

 

Al Hâfiz Adh Dhahabî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta également une anecdote concernant le célèbre débat qu'il eut dans l'assemblée de l'Empereur Byzantin dans son livre intitulé Târîkh Ul Islâm.

 

Il rapporta en effet que le Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî fut une fois envoyé par le Calife Abû Ad Dawlâ° afin de débattre avec les prêtres chrétiens de l'Empereur Byzantin. Lorsqu'il arriva au hall d'entrée de l'Empereur, il s'aperçut qu'ils avaient conçu l'entrée si basse que celui qui devait entrer n'avait d'autre choix que de s'incliner. Al Qâdî Abû Bakr réalisa en fait que ce n'était qu'une manoeuvre pour le faire s'incliner devant l'Empereur. Il se tourna et entra à alors à reculons, le postérieur tourné vers le visage de l'Empereur.

 

Arrivé dans l'assemblée, il se tourna vers un des moines et lui dit : « Comment se portent votre femme et vos enfants ? » Surpris, l'Empereur répliqua en disant : « Le Porte-Parole de l'Islâm ne sait pas que les moines sont bien au-dessus du fait d'avoir des femmes et des enfants ? » Al Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî referma son piège en répondant : « Tu considères ce moine au-dessus de ça, mais tu ne considères pas Allâh d'être exempt et bien au-dessus du fait d'avoir une compagne et un enfant ?! »


Par la suite, en plein débat, on lui demanda d'un ton moqueur :
« Qu'est-il arrivé à 'Âïshah ? » Ils faisaient référence au moment où cette épouse bénie du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) fut accusée d'adultère par les hypocrites. Ils voulaient lui faire perdre son calme par ces insinuations. Mais Al Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî répondit : « La même chose qui arriva à Maryâm (elles furent toute les deux accusées injustement d'adultère), puis elles furent toute les deux déclarées innocentes par Allâh. Maryâm mit au monde un enfant tandis que 'Âïshah non. » Ils ne purent trouver de réplique à ceci car il leur avait montré qu'autoriser des attaques à l'égard de 'Âïshah (qu'Allâh l'agrée) impliquerait de permettre de bien plus horribles et hérétiques accusations à l'égard de Sayyidah Maryâm (que La Paix soit sur elle).

 

Voici donc quelques exemples qui témoignent de l'Assistance Divine dont jouissait le Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) et combien ses arguments étaient efficaces.

 

En plus de ses débats, il écrivit également de nombreux ouvrages afin de laisser un héritage pérenne à la Ummah. On compte parmi son œuvre littéraire des livres sublimes d'une richesse impressionnante tel que Al Ibânah 'An Ibtâl Madh-habi Ahl Il Kufr wa Ad Dalâlah dans lequel il expose les égarements des mécréants en contraste avec la doctrine pleine de perfection des Ahl Us Sunnah, ou encore le I'jâz Ul Qur°ân dans lequel il démontre l'inimitabilité du Qur°ân et son origine Divine, ou bien encore son fameux Al Insâf Fîmâ Yajibu I'tiqâduhu wa lâ Yajûz Ul Jahlu bihi au sein duquel il expose la justesse de la croyance des Ahl Us Sunnah et réfute les diverses hérésies des innovateurs. Il y dit par exemple à l'encontre des anthropomorphistes : « Il est un devoir de savoir que Le Seigneur (qu'Il soit exalté) est exempt de tout ce qui indique l'entrée en existence ou un quelconque défaut. Ainsi, Il est exempt, exalté soit-Il, de la caractérisation par les directions et d'être qualifié par les caractéristiques de ce qui entre en existence, Il n'est pas caractérisé non plus par le changement et le déplacement, ni la position debout, ni la position assise, ceci en raison de Sa Parole (qu'Il soit exalté) : « Rien n'est tel que Lui » [Sourate 42 – Verset 11], et en raison de Sa Parole : « Il n'a point d’équivalent » [Sourate 112 – Verset 4]. Car les Attributs précédemment cités indiquent l’entrée en existence et Allâh (qu'Il soit exalté) est exempt de tout cela. »

 

Il écrivit également At Tamhîd Ul Awâ°il Fî Talkîs Id Dalâ°il où il réfute les hérésies des Trinitaristes et des Brahmanes, Al Milal wa An Nihal où il répertorie les différentes sectes et expose leurs égarements, At Ta'dîl wa At Tajrîh, At Tabyîn Fî Âdab Il Jidâl, Manâqib Ul °immah Al Arba'ah, Al Hidâyah, Al Muqannâ, At Taqrîb wa Al Irshâd, Fadl Ul Jihâd, Kitâb Ul Bayân et bien d'autres encore.

 

Al Qâdî 'Iyâd Al Yahsubî (qu'Allâh l'agrée) rapporta que l'Imâm Al Mayurqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « J'ai compté les pages écrite par le Qâdî et ce qu’il avait dicté, puis j’ai ensuite divisé le tout par le nombre de jours de sa vie, depuis sa naissance [qui eut lieu en 338] jusqu’à sa mort, et j'ai trouvé qu'il y avait une dizaine de pages par jour. » Il rapporta également que l'Imâm Abû 'Abdi Llâh As Sayrafî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « C'est par la grâce d'Allâh Seul que cette nation a pu bénéficier de ses livres et de leur propagation en son sein. » [Tartîb Ul Madârik].

 

Il mourut en l'an 403 après avoir vécu une vie illuminée par la Sunnah du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui).

 

Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Al Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî mourut à Baghdâd dans la soirée du Samedi 21 Dhul Qa'dah de l'an 403 de l'Hégire et fut enterré le lendemain.

 

Un poète contemporain composa cette élégie lors de sa mort : « Voici une montagne de science portée par les épaules des gens ! Voici l'épée de l'Islâm rengainée dans son fourreau ! Voici la perle de l'Islâm qui est désormais retournée dans sa coquille ! »

 

Son corps fut enterré dans sa maison qui était située à Darb Ul Majûs [qui est une rue de Baghdâd]. La prière funéraire fut célébrée sur lui par son fils Al Hasan. Il fut par la suite amené au cimetière de Bâb Ul Harb. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Ash Shaykh Jibrîl Al Haddâd (qu'Allâh le bénisse) a dit aussi : « Il était profondément admiré par les Hanbalites de Baghdâd bien qu'il eut été la principale autorité Ash'arite de son époque. Lorsqu'il mourut, le Shaykh des Hanbalites et Al Bâqillânî étaient amis depuis 7 ans. Abul Fadl At Tamîmî se rendit pieds-nus à ses funérailles avec d'autres personnes de son école et ordonna à un héraut d'ouvrir le cortège en criant : « Voici le secours de la Sunnah et de l'Islâm ! Voici l'Imâm des Musulmans ! Voici le défenseur de la Sharî'ah ! Voici celui qui rédigea 70 000 feuillets ! » Il fut d'ailleurs enterré près de la tombe de l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal et sa tombe fut un lieu de visite, de recherche de bénédictions et de demande de pluie. » [Sunnah.org].

 

Nombreux furent ceux qui firent ses éloges, même Ibn Taymiyyah a dit de lui qu'il était « le meilleur des Mutakallimîn Ash'arites et sans égal, aussi bien parmi ses prédécesseurs que ses successeurs. » [Shadharât Udh Dhahab de l'Imâm Ibn Al 'Imâd].

 

Al Qâdî 'Iyâd (qu'Allâh l'agrée) en rapporta un certain nombre en disant :

 

« Ibn 'Ammâr Al Mayurqî a dit : « Ibn At Tayyib était un Mâlikite pieux et scrupuleux, l'un de ceux dont on ne compte absolument aucune erreur et dont aucune anomalie lui fut attribuée. Il était surnommé Shaykh Us Sunnah (le Maître de la Sunnah) et Lîsân Ul Ummah (le Porte-Parole de la Ummah). » Il a dit aussi : « Il était l'une des forteresses des Musulmans et les gens d'innovations (ahl ul bid'â) n’ont jamais connu plus grande joie que celle qu’ils ont éprouvée au moment de sa mort. Il fut également nommé Qâdî aux frontières [du Califat Musulman]. »

 

Abû 'Imrân Al Fâsî le mentionna et dit de lui : « Il était le Shaykh des Ahl Us Sunnah de son époque et l'Imâm des Mutakallimîn des Ahl Ul Haqq de son époque. »

 

Al Qâdî Abul Walîd [Al Bâjî Al Andalusî] a dit aussi : « Al Qâdî Abû Bakr était Mâlikite et proche de Abû Dharr Al Harawî. Il (Al Harawî) dit un jour : « La raison pour laquelle j'ai étudié auprès du Qâdî Abû Bakr et reconnu sa valeur est dû à la fois où je me promenais à Baghdâd avec Abul Hasan 'Alî Ad Dâraqutnî lorsque nous avons rencontré un jeune homme. Ash Shaykh Abul Hasan alla à sa rencontre, lui montra du respect et fit des invocations en sa faveur. J'ai demandé alors au Shaykh : « Qui est celui avec qui vous vous comportez ainsi ? » Il me répondit : « Abû Bakr Ibn At Tayyib qui soutient la Sunnah et à maitrisé les mu'tazilites ». Abû Dharr a dit alors : « Depuis ce jour, je l'ai fréquenté et j'ai suivi son enseignement. » Un grand nombre de gens apprirent les fondements de la jurisprudence (°usûl ul fiqh), les fondements de la religion (°usûl ud dîn) et la jurisprudence (al fiqh) auprès de lui. »

 

Abû 'Imrân Al Fâsî a dit également : « Je suis allé à Baghdâd après avoir appris le fiqh au le Maghrib et en Andalousie auprès de Abul Hasan Al Qabîsî et Abû Muhammad Al Asilî. Ils connaissaient bien le domaine des °usûl. Cependant, lorsque j'ai assisté à l'assemblée du Qâdî Abû Bakr et que j'ai vu ce qu'il disait à propos des °usûl et du fiqh à l'égard de ceux qui étaient en accord avec lui et à ceux qui divergeaient avec lui, je me suis senti insignifiant et je me suis dit : « Je ne connais rien ». Je revenais de ma rencontre avec lui tel un débutant. »

 

Abû Bakr Al Khatîb a dit aussi : «Il était le plus savant dans le domaine du kalâm et le meilleur d'entre eux dans ses avis. Il utilisa le langage le plus parfait, les plus expositions les plus claires et les expressions les plus solides. » Il rapporta également que Abû Bakr Al Khawârizmî avait coutume de dire : « Tous les écrivains de Baghdâd citent les ouvrages des autres sauf le Qâdî Abû Bakr. Son cœur contient à la fois ses connaissances et celles des autres. »

 

Et 'Alî Ibn Muhammad Al Hanâ°î a dit : « Le Qâdî Abû Bakr voulait résumer ce qu'il avait écrit mais il n'a pas été en mesure de le faire en raison de l'étendue de ses connaissances et de ce qu’il avait en mémoire. Personne n’a pu écrire quoi que ce soit sans avoir eu besoin de regarder les livres de leurs opposants, excepté Abû Bakr. Tout ce dont il se souvenait provenait de sa mémoire. »

 

Certaines personnes avait également l'habitude de dire : « Il est rapporté qu'il est d'usage chez Allâh d'utiliser Ses Prophètes et Messagers pour Se lier à leurs peuples. Depuis que les Messagers furent scellés par la venue de Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui), sa nation est liée tous les 100 ans par un de ses savants qui revivifie sa religion et renouvelle sa religion pour eux. C'est ainsi qu'à la fin de l'an 400, ce fut Abû Bakr Ibn At Tayyib. ». » [Tartîb Ul Madârik].

 

Qu'Allâh agrée cet immense Imâm et Saint de l'Islâm et nous permette de suivre ses pas. Qu'Allâh illumine sa tombe et le réssuscite en position de gloire lors du jour de la résurrection. Allâhumma Âmîn bi jâhi Sayyidinâ Rasûli Llâhi salla Llâh 'alayhi wa sallam.


Commenter cet article