Rubriques

 

grand2noir

jurisprudence

tafsir

hadiths

spiritualité

refu

apprentissage

biogr

invo

santé

conversion

biblio

liens

Recherche / Búsqueda

Versión en español

ANDALUCIA.png

at-tawhid.net sur facebook

facebook_logo1.gif

Dimanche 18 décembre 2011 7 18 /12 /Déc /2011 21:35

Il s'agit du grand Faqîh Mâlikite, du Mutakallim Ash'arite, de l'ascète, de l'érudit et Imâm de Qayrawân de son temps Abû 'Imrân Al Fâsî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

 

Al Qadî 'Iyâd Al Yahsubî (qu'Allâh l'agrée) lui consacra une biographie magistrale dans son Tartîb Ul Madârik où il dit de lui :

 

« Son nom complet est Mûsâ Ibn 'Îsâ Ibn Abî Hâjj Ibn Wulaym Ibn Al Khayr Al Ghafjûmî. Les Ghafjûm sont une branche du clan des Zanata, mais As Samantarî a dit que c'est une branche du clan des Hawarah. Sa famille était originaire de Fâs (au Maroc) et y était célèbre. Ils étaient connus sous l'appellation des Banû Abû Hâjj. Il vécut à Qayrawân et y obtint l'Imamat en matière de savoir.

 

Il apprit le fiqh à Qayrawân auprès de Abul Hasan Al Qabîsî et il y écouta Abû Bakr Ad Duwaylî et 'Alî Ibn Ahmad Al Lawwâtî As Sûsî. il voyagea ensuite à Qurtubah (Cordoue) pour y étudier le fiqh auprès de Abû Muhammad Al Asilî. Il écouta aussi Abû 'Uthmân Sa'îd Ibn Nasr, Abul Wârith Ibn Sufyân, Ahmad Ibn Qâsim ainsi que d'autres. Il partit ensuite pour l'Orient pour faire son pèlerinage et alla ensuite en Irak où il étudia auprès de Abul Fath Ibn Abil Fawâris, Abul Hasan 'Alî Ibn Ibrâhîm Al Mustamlî, Abul Hasan Ibn Al Khadir, Abû Ahmad Al Fardî, Abû At Tayyib Al Muhammadî, Abul 'Abbâs Al Kawkhî, Abul Hasan Ibn Al Hammâmî Al Muqrî°, Abul Husayn Ibn Ar Radk, Abul Hasan Ibn Al Muhamâlî, Abû 'Abdi Llâh Ibn Bakr Ar Râzî, Abul Qâsim As Safrî, Abû 'Abdi Llâh Al Ja'fî Al Qâdî, Abû Ahmad Ibn Jâmi' Ad Dahhan, Hilâl Al Haffar, Abul Husayn Ibn Al Mufaddal Al 'Attâr ainsi que d'autres. Il étudia les °usûl auprès du Qadî Abû Bakr Al Bâqillânî et cotoya un groupe de savants.

 

Il étudia aussi auprès de Abû Dharr à La Mecque [...] Il étudia également au Hijâz auprès de Abul Hasan Ibn Abî Firâs et Abul Qâsim As Saqatî, ainsi qu'en Egypte auprès de Abul Hasan Ibn Abî Jidar, Ahmad Ibn Nûr Al Qâdî, 'Abd Ul Wahhâb Ibn Misr et Ibn Al Washâ°. Il retourna ensuite à Qayrawân et y resta. Il demeura ainsi Imâm dans la région du Maghrib.

Ses fatâwâ° voyageait d'Est en Ouest et les gens étaient admiratifs à l'égard de son rang éminent. Il avait coutume de s'assoir dans sa maison pour discuter [de religion avec les gens] du matin jusqu'au Zuhr et il ne dit rien qui ne soit pas écrit par lui, ceci jusqu'à sa mort (qu'Allâh lui fasse miséricorde). » [Tartîb Ul Madârik].

 

Sa science était ainsi claire et limpide et fut profitable pour tous ses contemporains et ceux qui leur succédèrent. Nombreux furent ceux qui firent ses éloges.

 

Al Qadî 'Iyâd Al Yahsubî (qu'Allâh l'agrée) rapporta ainsi :

 

« Al Imâm Hâtim Ibn Muhammad a dit : « Abû 'Imrân était l'une des personnes les plus savantes et parmi ceux qui possédaient une mémoire remarquable. Il avait la meilleure mémorisation de l'école malikite et des paroles du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) ainsi que la connaissance de leurs significations. Il récitait régulièrement le Qur°ân dans ses sept lectures. Il était connu pour sa générosité et sa connaissance des gens et de l'examen de leur caractère. Les gens de toutes les régions du Maghrib et de Al Andalus profitèrent de lui, et ils ne venaient pas que pour lui demande des ijazât. Il compila 100 pages de ahâdîth. »

 

Il mentionna aussi que Al Bâqillânî admirait ses capacités de mémorisation et lui dit : « Toi et 'Abd Ul Wahhâb Ibn Nasr voulez-vous bien intégrer mon école ? » A ce moment, il était à Mossoul pour enseigné la science de Mâlik. Puis il dit : « Vous l'avez certes mémorisé et soutenu. Si Mâlik vous avez vu, il aurait été heureux de vous deux. »

 

Ibn 'Ammâr le mentionna dans sa Risâlah et dit qu'il était un Imâm dans tous les domaines de science, brillant dans les °usûl et qu'il était doté de l'excellence et de l'Imamat. » [Tartîb Ul Madârik].

 

Son savoir et sa sagesse étaient grands. Il était aimé et respecté de tous, aussi bien les savants que les gens du commun, qui le consultaient régulièrement dans leurs affaires. Il pratiqua son rôle d'Imâm avec justesse et succès, éclaircissant les zones d'ombres de la science pour les gens en quête de savoir, éradiquant les prétentions des polémistes et des innovateurs et apaisant les cœurs des membres de la nation de Sayyidunâ Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). Al Qâdî 'Iyâd (qu'Allâh l'agrée) rapporta d'ailleurs une anecdote qui souligne bien ces faits, il dit ainsi :

 

« Il y eut une polémique à Qayrawân concernant le fait de savoir si les mécréants reconnaissaient véritablement Allâh ou non. Il y eut alors une grande controverse entre les savants et cette polémique s'étendit même jusqu'aux gens du commun. La mesure de la polémique qui avait lieu entre eux atteint un tel point que les uns attaquèrent les autres dans les commerces et délaissèrent le commerce pour la bagarre. Le plus impliqué parmi eux était un homme qui chevauchait un âne. Il allait d'une personne à l'autre et ne lâcha personne, que ce soit un Mutakallim ou un Faqîh, sans l'interroger et débattre avec lui. Quelqu'un lui dit alors : « Tu devrais aller voir Abû 'Imrân. Il va te guérir à propos de ce sujet. »

 

Alors les gens du marché allèrent à la porte de sa maison et lui demandèrent la permission d'entrer, chose qu'il leur accorda. Ils lui dirent alors : « Qu'Allâh vous donne la réussite. Vous savez que lorsqu'une chose arrive aux gens du commun, ils fuient vers leurs savants. Cette polémique sur le sujet dont vous avez entendu parler à atteint un tel niveau que tout le monde en parle dans les marchés ! »

 

Il répondit : « Si vous vous taisez et écoutez bien, alors je vous dirai ce que je sais. » Ils lui dirent : « Nous ne souhaitons qu'une réponse claire de votre part et compréhensible pour nous. » Il leur répondit : « La réussite vient d'Allâh. », et dit ensuite : « Un seul parmi vous me parlera et le reste du groupe écoutera. »

 

Il désigna l'un d'entre eux et lui demanda : « Que pensez-vous sur ce sujet ? Imaginons que vous rencontrez quelqu'un et lui demandez : « Savez-vous qui est Abû 'Imrân Al Fâsî ? » qu'il vous répond « Je le connais », puis que vous dites : « Décris-le moi. » et qu'il dit : « C'est un homme qui vend des légumes, des céréales et de l'huile au marché de Ibn Hishâm et qui vit à Sabra. » Est-ce qu'il me connait réellement pour autant ? »

Il répondit : « Non. »

[Abû 'Imrân Al Fâsî] poursuivit alors : « Maintenant, si vous rencontrez une autre personne et que vous lui demandez : « Connaissez-vous Abû 'Imrân Al Fâsî ? », qu'elle répond que oui et que vous lui demandez ensuite : « Décris-le moi. » et qu'elle dit alors : « C'est un homme qui étudie et enseigne la science. Il donne des fatâwâ° aux gens et vit près de As Sammat. », est-ce qu'elle me connait vraiment ? »

Il répondit : « Oui. »

Abû 'Imrân continua : « Le premier ne me connaissait donc pas ? »

Il répondit : « Non. »

Le Shaykh lui dit : « Voilà quelle est la réalité du mécréant lorsqu'il dit que le Dieu qu'il adore a un partenaire, a un enfant, qu'il est un corps et qu'ils L'adorent selon cette vision. Il ne connait donc pas Allâh car il ne l'a pas conçu correctement. Il ne vise par son adoration que quelqu'un qui a la qualité d'engendrer. Il est ainsi bien différent du croyant qui dit qu'il adore Allâh, L'Unique, qui n'a pas engendré et n'a pas été engendré et à qui n'a pas de semblables. Cette personne-là reconnait Allâh et le conçoit correctement. Il vise alors par son adoration L'Unique qui est véritablement Le Seigneur. Qu'Il soit glorifié et exalté bien au-dessus de ce que peuvent prétendre les injustes [à Son sujet] ! »


Le groupe se leva alors et dit : « Qu'Allâh vous récompense en bien pour votre savoir ! Vous avez guéri ce qui se trouvait en nous ! » Ils firent des invocations pour lui et ne retournèrent plus sur le sujet après cette entrevue.

 

Abû 'Imrân mourut en 430 alors qu'il était né en 368 selon ce que Al Jaynî rapporta de Abû 'Umar Ibn 'Abd Il Barr. Abû 'Amr Al Muqrî° dit quant à lui qu'il mourut à l'âge de 65 ans. » [Tartîb Ul Madârik].

 

Tel fut l'Imâm Abû 'Imrân Al Fâsî.

 

Qu'Allâh agrée et fasse miséricorde à cette Imâm lumineux, et puisse-t-Il élargir sa tombe et en faire un jardin du Paradis. Qu'Allâh le récompense en bien pour tout ce qu'il a fait pour Sa religion et le ressuscite en position de gloire lors du jour du jugement. Allâhumma Âmîn.

 

Par at-tawhid.net - Publié dans : Biographies de savants sunnites
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés