at-tawhid.net

Abu-l-Futûh Ahmad Al Ghazâlî - أبو الفتوح أحمد الغزالي (m.520)

16 Novembre 2014, 02:19am

Publié par at-tawhid.net

 

 

Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui dans son Wafayât Ul A'yân :

« Abu-l-Futûh Ahmad Ibn Muhammad Ibn Muhammad Ibn Ahmad At Tûsî Al Ghazâlî, surnommé Majd Ud Dîn (gloire de la religion), était un savant du madh-hab shâfi'ite et le frère de l'Imâm Abû Hâmid Al Ghazâlî.

C'était un grand prêcheur, de nature élégante, doté de miracles et autres signes de manifestation des faveurs divines à son égard. Son activité favorite régulière était de prononcer des exhortations en public, il mettait ainsi de côté le domaine juridique pour cela, au sein duquel il tenait une position de juriste. Il donnait tout de même des cours dans ce domaine à la Madrasah An Nizâmiyyah en remplacement de son frère Abû Hâmid qui avait délaissé l'enseignement pour cause de crise spirituelle [en se retirant du monde pendant un temps].

Il fit un abrégé de l'ouvrage composé par son frère intitulé Ihyâ° 'Ulûm Id Dîn, en un volume, dont le titre est Lubâb Ul Ihyâ°. Il fut aussi l'auteur d'un autre traité intitulé Ad Dakhîrah Fî 'Ilm Il Basîrah. Il voyagea à travers plusieurs pays, servant de serviteur pour les Soufis, et était enclin à la solitude et au retrait vis-à-vis de ce bas-monde.

Et Ibn An Najjâr rapporta cette anecdote dans son Târîkh Baghdâd :

« Une personne qui était en présence de Ahmad Al Ghazâlî récita le verset suivant à voix haute : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propos détriment […] » [1], dans lequel Al Ghazâlî remarqua que Allâh les avaient anoblis en les appelant « Mes » serviteurs ; il clama alors ces quelques vers de poésie :

« Le blâme que j'encours pour aimer Laylâ ne pèse que très peu sur moi ; cela me chagrine peu que mes ennemis disent : « C'est un paria ! » Quand je suis appelé par mon nom je demeure sourd, mais ceci étant, j'entends [et réponds] lorsque les gens me dise : « Ô esclave de Laylâ ! ».

Ceci est similaire à ce qu'un autre poète a dit : « Appelle-moi par aucun autre nom que « esclave de Laylâ », car il s'agit du plus noble de mes noms ! »

Ahmad Al Ghazâlî mourut à Qazwîn en 520 H. (1126) […] »

Note :

[1] Il s'agit du verset 53 de la sourate 39 (Az Zumar) qui dit : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez point de la miséricorde divine ! En vérité, Allâh absout tous les péchés, car c'est Lui qui est Al Ghafûr, Ar Rahîm. »

 

Commenter cet article