at-tawhid.net

Ahmad Ibn Hajar Al Haytamî Al Makkî - أحمد ابن حجر الهيتمي المكي (m.974)

14 Juin 2012, 10:42am

Publié par at-tawhid.net

Il s'agit de l'Imâm  Shihâb Ud Dîn Ahmad Ibn Muhammad Ibn Muhammad Ibn 'Alî Ibn Hajar Al Haytamî Al Makkî, connu sous l'appellation de Ibn Hajar Al Haytamî. Il fut l'un des plus grands spécialistes du Hadîth et juristes de son temps, ainsi qu'un Imâm dans le Tasawwuf. Il était la référence incontournable du Madh-hab Shâfi'ite de son temps tout comme le furent les Imâms Al Juwaynî, An Nawawî, Ar Ramlî ou Zakariyyâ Al Ansârî à leurs époques respevtives, et un haut représentant de l'Ash'arisme et du Sunnisme en général.

 

Il naquit en 909 de l'Hégire, deux ans avant la mort de l'Imâm Jalâl Ud Dîn As Suyûtî, à Abû Haytam, village situé dans l'Ouest Egyptien. Son père Muhammad décéda alors qu'il était encore jeune tandis que son grand-père Muhammad Ibn 'Alî était encore vivant. Son éducation fut ensuite prise en main par les deux maîtres de son père, à savoir les Imâms Muhammad As Sarawî Ibn Abil Hamâ°il et son disciple Shams Ud Dîn Ahmad Ash Shannâwî (qu'Allâh leur fasse miséricorde). Le Shaykh Ash Shannâwî l'envoya notamment apprendre le Qur°ân dans son intégralité dans la ville de Tantâ. Suite à cela, il fut admis en 924 à la Ka'bat Ul 'Ilm de l'Université Al Azhar. Il était alors sous la tutelle des disciples du Shaykh Ash Shannâwî et en collaboration avec les autres honorables élèves des savants de Al Azhar.

 

Il étudia ainsi auprès de nombreux élèves célèbres de l'Emir des Croyants dans la Science du Hadîth Ahmad Ibn Hajar Al 'Asqalânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde), dont le plus célèbre dut sans contste celui que l'on surnomma Ash Shaykh Ul Islâm, Al Imâm Zakariyyâ Al Ansârî. Al Imâm Ibn Hajar Al Haytamî a dit à ce titre :  « A chaque fois que je rencontrai Al Qâdî Zakariyyâ, il demandait en ma faveur : « Qu'Allâh vous donne la profonde compréhension de la religion. ». »  Il étudia aussi auprès d'un autre haut représentant du Madh-hab Shâfi'ite, Al Imâm Shihâb Ud Dîn Ar Ramlî, ainsi qu'auprès des Imâms 'Abd Ul Haqq As Sinbâtî, Nasîr Ud Dîn At Tablawî, Tâj Ul 'Ârifîn Abul Hasan Al Bakrî, Shihâb Ud Dîn Ibn An Najjâr Al Hanbalî, Shams Ud Dîn Al Laqqânî, Shams Ud Dîn Al Hattâbî et bien d'autres encore. Et c'est après toutes ces années d'études auprès de grands savants qu'il devint Muftî et commança à délivrer des fatawâ selon le Madh-hab Shâfi'ite en l'an 929. En plus de cela, il devint également un véritable maître dans les domaines du Tafsîr, du Kalâm, des fondements de la jurisprudence, des mathématiques, de la grammaire, de la logique et de la rhétorique. De plus, il possédait une excellente mémoire pour laquelle il était celèbre de son vivant même.

 

En 932, le Shaykh Ash Shannâwî lui conseilla de se marier. L'Imâm Al Haytamî lui répondit qu'il était pauvre et ne pouvait donc pas se permettre de se marier. Mais Ash Shannâwî, ayant tellement d'amour pour son disciple, insista et lui dit que la proposition était pour sa nièce et il lui offrit lui-même de quoi payer la dot. C'est ainsi que l'Imâm Ibn Hajar Al Haytamî se maria avec la nièce de son Shaykh et put fonder une famille.

 

Il alla ensuite à La Mecque en 933 de l'Hégire, en compagnie de son Shaykh Abul Hasan Al Bakrî. Il y resta une année. Pendant cette période, il eut envie d'écrire un traité de jurisprudence selon le Madh-hab Shâfi'ite mais il y renonca suite à un rêve qu'il fit où il aperçut l'Imâm Al Hârith Al Muhâsibî (qu'Allâh l'agrée) lui ordonné d'écrire plutôt un autre type de livre. Al Imâm Al Haytamî accepta ainsi cette demande avec joie et commença a écrire le livre demandé. Il dit d'ailleurs à propos de cet évènement : « Cela me rappelle un rêve que j'avais vu alors que j'étais encore étudiant. J'ai vu une belle femme qui me montra son ventre et me dit : « Ecris le texte en rouge et son explication ci-dessous en noir. » J'étais quelque peu désorienté avec un tel rêve, mais un savant l'interpréta favorablement en disant : « Vos écrits et vos ouvrages seront célèbres dans le monde entier après être passés inaperçues pendant un certain temps. » Suite à cela, j'ai commencé à écrire le commentaire de Al Irshâd. »


Lorsqu'il revint de La Mecque, il se mit ensuite à écrire un abrégé du Matn Ur Rawdah et son commentaire, ainsi qu'un abrégé de Al Jawâhir, Al Minhâj et Al Anwâr. En 937, il alla à nouveau à La Mecque, pour accomplir le Pèlerinage, en compagnie de sa famille et de son Shaykh Al Bakrî. Il apporta avec lui son travail sur Ar Rawdah et y ajouta des notes supplémentaires avec les propos des éminents savants du Yémen qu'il avait rencontré.

 

Lorsqu'il eut terminé son Pèlerinage et de compiler les propos des savants yéménites pour boucler son ouvrage, il revint en Egypte et les savants qui virent ce livre furent subjugués par la beauté et la richesse qu'il contenait. Il lui donnèrent beaucoup d'importance et admirèrent ce travail au point d'en demander des copies afin de pouvoir en bénéficier et l'enseigner à leurs élèves respectifs. Cependant, avant de pouvoir satisfaire leur demande, une personne envieuse et jalouse lui vola son livre et il ne revit jamais son travail. Cela affligea terriblement l'Imâm Al Haytamî qui savait qu'il venait de perdre à la fois des mois de travail, mais aussi une grande somme de riches enseignements qui auraient pu profiter à de nombreuses personnes. Il remit son affaire à Allâh, plein de tawakkul, et patienta alors en vue d'obtenir la satisfaction d'Allâh (qu'Il soit exalté).

 

Suite à cette terrible déception, il retourna à La Mecque en 940 et y résida jusqu'à sa mort. Dans cette noble ville propice à l'érudition et à la méditation, il s'adonna au dhikr, à l'écriture, à l'enseignement et à l'émission de fatâwâ°. Durant cette période, sa popularité ne cessa de grandir auprès des gens et ses écrits étaient de plus en plus prolifiques. Il écrivit notamment un commentaire de Al Îdâh de l'Imâm An Nawawî, deux commentaires du Kitâb Ul Irshâd de l'Imâm Al Muqrî, respectivement nommés Al Imdâd Fî Sharh Il Irshâd et Fath Ul Jawwâd Bi Sharh Il Irshâd, ainsi que son sublime Sharh Ul 'Ubâb où il rassembla l'ensembles des avis de son Madh-hab en les scrutant, les commentant et expliquant les avis prépondérants. Il résolu ainsi de nombreuses problématiques sur beaucoup de questions juridiques et engloba tous les livres de son Madh-hab rédigés auparavant. Par la suite, il écrivit un livre encore plus prestigieux, il s'agit de son oeuvre magistrale intitulée Tuhfat Ul Muhtâj Li Sharh Il Minhâj, qui est un commentaire du Minhâj Ut Tâlibîn de l'Imâm An Nawawî, en 4 volumes. Cet ouvrage représente littéralement un sommet de l'érudition Shâfi'ite. Telle fut la réponse d'Allâh (qu'Il soit exalté) à la perte de son Sharh Ur Rawdah.

 

Il écrivit de nombreux autres livres comme son célèbre Fatâwâ° Ul Hadîthiyyah ainsi qu'une autre somme de fatâwâ° intitulé Fatâwâ° Ul Kubrâ Il Fiqhiyyah. C'est d'ailleurs dans son Fatâwâ° Ul Hadîthiyyah qu'il a dit : « Un innovateur est celui dont la croyance diffère de la foi des Ahl Us Sunnah. Et la foi des Ahl Us Sunnah est la foi de Abul Hasan Al Ash'arî, Abul Mansûr Al Mâturîdî et ceux qui les ont suivis. Celui qui introduit quelque chose qui n'est pas approuvé par l'Islâm devient de fait un homme de bid'a. » Et il y a dit aussi : « Quiconque dément, rejette ou désapprouve les Soufis, Allâh ne rendra pas son savoir bénéfique. »

 

Il écrivit aussi un livre sur les attributs du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) intitulé Ashraf Ul Wasâ°il Ilâ Fahm Ish Shamâ°il, un autre sur les mérites de l'Imâm Abû Hanîfah intitulé Khayrat Ul Hisân Fî Manâqib Abî Hanîfah An Nu'mân, un commentaire des 40 ahâdîth de l'Imâm An Nawawî intitulé Fath Ul Mubîn Sharh Il Arb'în An Nawawiyyah, un commentaire de la Qasîdat Ul Hamziyyah de l'Imâm Al Bûsîrî intitulé Minat Ul Makkiyyah Fî Sharh Hamziyyat Il Bûsîriyyah, un commentaire du Mishkât Ul Masâbîh de l'Imâm At Tabrîzî intitulé Fath Ul Ilâh Sharh Al Mishkâh, et aussi un commentaire de la Muqaddimah de l'Imâm Al Hadramî intitulé Minhâj Ul Qawîm Fî Masâ°il It Ta'lîm où il y a dit : « Sache que Al Qarâfî et d’autres ont rapporté de Ash Shâfi'i, de Mâlik, de Ahmad et de Abû Hanîfah (qu'Allâh les agrée) que ceux qui disent [à propos d'Allâh] qu’Il est dans une direction ou qu’Il est un corps ont commis de la mécréance. Et certes, ils ont raison en cela. »

 

Il écrivit aussi une épître de conseils aux gouverneurs intitulée Nasîhat Ul Mulûk, une livre sur le Soufisme et les fondamentaux de la croyance et de la jurisprudence musulmane intitulé At Ta'ruf Fil Aslayn Wa At Tasawwuf, un livre sur l'interdiction de l'utilisation et de l'écoute des instruments de musique intitulé Kaff Ur Ra'â' Min Muharramât Il Lahwî Wa As Samâ', un livre sur l'Imâm Al Mahdî (qu'Allâh l'agrée) intitulé Qawl Il Mukhtasar Fî 'Alâmât Il Mahdî Al Muntazar, une compilation d'invocations de protections contre les démons intitulée Dhikr Ul Âthâr Il Wâridah Fil Adhkâr Il Latî Tahrusu Qâ°iluhâ Min Kayd Il Jinn, et beaucoup d'autres ouvrages tout autant profitables.

 

Il écrivit également un ouvrage de référence dans la réfutation du shi'isme intitulé Sawâ'iq Ul Muhriqah Fî Ar Radd 'Alâ Ahl Il Bid'a Wa Az Zandaqah, dans lequel il expose leurs égarements et les réfute point par point avec brio. Aussi, il réfuta brillament Ibn Taymiyyah dans son avis innové interdisant la visite de la tombe du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) à travers un magnifique livre intitulé Jawhar Ul Munazzam Fî Ziyârat Il Qabr In Nabiyy Il Mukarram.

 

Il forma également de nombreux disciples parmi lesquels se trouvent notamment Ash Shaykh 'Abd Ur Rahmân Ibn 'Umar Ibn Ahmad Al 'Amûdî, le grand spécialiste du 'Ilm Ul Hadîth Jamâl Ud Dîn Al Hindî, l'Imâm érudit Abû As Sa'âdât et Ash Shaykh Burhan Ibn Ahdab (qu'Allâh leur fasse miséricorde).

 

C'est après une vie dédiée entièrement à l'Islâm que l'Imâm Ahmad Ibn Hajar Al Haytamî fut rappelé par son Seigneur en 974 de l'Hégire à La Mecque. Il fut enterré dans le célèbre cimetière de cette ville, Al Mu°allâ, aux côtés du Compagnon du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) et Calife Sayyidunâ 'Abdu Llâh Ibn Az Zubayr (qu'Allâh l'agrée ainsi que son père). Par la suite, certains de ses compagnons le virent en rêve et lui demandèrent : « Que t'es-t-il alors arrivé ? » Il répondit à chacun : « Nous sommes désormais au 'Illiyîn. »

 

Qu'Allâh lui accorde Son Agrément éternel et illumine sa tombe, et puissions bénéficier de son savoir et suivre ses pas. Allâhumma Âmîn.


Commenter cet article