at-tawhid.net

Al Haddâdiyyah ('Abdu Llâh Al Haddâd)

2 Mars 2010, 19:44pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Al Habîb 'Abdu Llâh Ibn Al 'Alawî Al Haddâd (qu'Allâh l'agrée) a dit :

 

« La louange n'appartient qu'à Allâh Seul. Qu'Allâh bénisse Sayyidunâ Muhammad, sa famille, ses compagnons, et qu'Il leur accorde la paix à tous. Nous savons, acquiesçons, croyons et confessons avec certitude, et témoignons qu'il n'y a pas de divinité si ce n'est Allâh, Seul et sans associé. Il est un Dieu Puissant, un Roi Immense. Il n'y a pas de seigneur si ce n'est Lui, et nous n'adorons personne si ce n'est Lui. Il est sans début et Pré-Existent, Éternel et Perpétuel [Immortel]. Sa primauté n'a pas de début, et Sa postériorité n'a pas de fin. Il est Unique, Subsistant par Lui-même, Il n'engendre pas ni n'est engendré, sans égal, sans associés ni pair. Rien ne Lui ressemble, et Il est Celui qui entend tout et Celui qui voit tout (Sûrah 42 - Âyah 11).

 

Et nous confessons que Sa Sainteté (qu'Il soit exalté) Le rend exempt du temps et de l'espace, au-dessus de ressembler à quoi que ce soit dans l'existence, de telle façon qu'Il ne puisse être compris dans les directions, non plus qu'être sujet à des événements contingents [accidents]. Et Il est « établit » sur Son trône de la manière qu'Il a décrite et selon le sens qu'Il a voulu [donner à cette expression], un établissement qui convienne à la puissance de Sa Majesté, et à l'exaltation de Sa Gloire et de Sa Magnificence. Et Il (qu'Il soit exalté) est proche de tout dans l'existence, plus proche de l'homme que sa veine jugulaire (Sûrah 50 – Âyah 16). Il est Attentif et Clairvoyant sur toutes choses. Il est Le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-Même, la somnolence ne peut le saisir, pas plus que le sommeil (Sûrah 2 – Âyah 255). Il est Celui qui est à l'origine des cieux et de la terre ; quand Il décrète une chose Il ne fait que dire « Sois ! », et elle est. (Sûrah 2 – Âyah 117), Allâh est Le Créateur de toutes choses, Il est également Le Protecteur de tout (Sûrah 39 – Âyah 62).

 

Et qu'Il (qu'Il soit exalté) est Puissant sur toute chose et Savant de toute chose ; Sa Science embrasse tout et Il garde le compte de toute choses. Pas même le poids d'un atome sur la terre ou dans les cieux qui n'échappe à ton Seigneur (Sûrah 10 – Âyah 61). Il sait ce qui entre dans la terre et ce qui en sors, ainsi que ce qui descend des cieux et ce qui y monte. Il est avec vous où que vous soyez, et Allâh est Clairvoyant sur ce que vous faites (Sûrah 57 – Âyah 4). Il connaît la pensée secrète et ce qui est plus caché encore (Sûrah 20 – Âyah 7). Il sait ce qui est sur la terre et la mer. Une feuille ne peut tomber sans qu'Il n'en ai connaissance, il n'y a pas non plus une graine parmi les profondeurs de la terre, ni une chose mouillée ou sèche qui ne soit consigné dans un livret explicite (Sûrah 6 – Âyah 59).

 

Et que Sa (qu'Il soit exalté) Volonté donne l'existence aux choses et dirige les événements. Et que rien ne peut exister, bon ou mauvais, bénéfique ou nuisible, excepté par Son Décret et Sa Volonté. Tout ce qu'Il veut est, ce qu'Il ne veut pas n'est pas. Si toutes les créatures s'unissaient dans le but de faire bouger ou stopper un seul atome dans l'univers, sans Sa Volonté, elles en seraient incapables.

 

Et qu'Il (qu'Il soit exalté) est L'Entendant, Le Voyant, Le Locuteur d'une Parole incréée et qui ne ressemble pas aux paroles des créatures. Et que le Noble Qur'an est Sa Parole pré-éternelle, Son Livre qu'Il a fait descendre sur Son Messager et Prophète Muhammad (qu'Allâh le bénisse et lui accorde La Paix).

 

Et qu'Il (qu'Il soit exalté) est Le Créateur de toutes choses et leur Pourvoyeur, Il en dispose comme Il veut ; Il n'a point de rival ni d'adversaire en Son royaume. Il donne à qui Il veut et il refuse à qui Il veut. Il n'est pas interrogé au sujet de Ses Actes, plutôt, ce sont eux qui sont interrogés (Sûrah 21 – Âyah 23).

 

Et qu'Il (qu'Il soit exalté) est Sage dans Ses Actes, Juste dans Ses Décrets, à tel point que nulle injustice ou tyrannie ne pourrait être imaginable de Sa part, et que nul n'a le moindre droit sur Lui. S'Il (qu'Il soit exalté) détruisait toutes Ses créatures en un clin d'œil, Il ne serai ni injuste ni tyrannique envers elles, car elles sont Son royaume et Ses esclaves. Il a le droit de faire ce qu'Il veut de Son royaume, et ton Seigneur n'est pas un tyran avec Ses serviteurs (Sûrah 41 – Âyah 46). Il récompense Ses serviteurs pour Lui avoir obéit de part Sa Grâce et Sa Générosité, et Il les punit quand ils se rebellent de part Sa Sagesse et Sa Justice.

 

Et que Lui obéir est une obligation qui incombé à Ses sujets, comme il a été clairement dit dans les paroles de Ses Messagers (que La Paix soit sur eux). Nous croyons en tout les Livres descendus par Allâh, et en tout Ses Messagers, Ses Anges, et dans le destin, agréable ou désagréable.

 

Et nous témoignons que Muhammad est Son serviteur et Messager, qu'Il a envoyé aux junûn et à l'humanité, aux Arabes et aux non-Arabes, avec la guidée et la religion de vérité, pour qu'Il la fasse prévaloir sur toute autre religion, n'en déplaise aux polythéistes (Sûrah 9 – Âyah 33). Et qu'Il a délivré le Message, en étant fidèle dans sa confiance, en conseillant la nation, dépassant ses griefs, et en endurant pour la face d'Allâh comme cela Lui est dû, était confiant et digne de confiance, soutenu par des preuves authentiques, et des miracles sortant de la norme. Et qu'Allâh a rendu impératif à Ses sujets de croire en lui, de lui obéir, et de le suivre, et que la foi d'un homme n'est pas acceptable, même s'il croit en Lui, jusqu'à ce qu'il croit en Muhammad (qu'Allâh le bénisse ainsi que sa famille et leur accorde La Paix) et en tout ce qu'il a apporté et ce dont il nous a informés, que cela concerne les affaires de ce monde ou de l'autre. Ceci inclue la foi dans les questions des morts par Munkar et Nakîr à propos de la religion, du Tawhîd et de la Prophétie, et des délices dans la tombe des obéissants, et le supplice dans celles des rebelles.

 

Et que l'on doit croire dans la résurrection après la mort, au rassemblement des corps et des esprits à se tenir en présence d'Allâh L'Exalté, et dans le Jugement, et que Ses esclaves seront à ce moment dans différents états, certains rendront des comptes, d'autres seront exemptés, et d'autres entreront dans le Jardin sans jugement. On doit croire dans les Balances dans lesquels les bonnes et les mauvaises actions seront pesées ; et dans le Sirat, qui est un pont étendu par-dessus les profondeurs de l'Enfer ; et dans le Bassin (Al Hawd) de notre Prophète Muhammad, (qu'Allâh le bénisse ainsi que sa famille et leur accorde La Paix) dont l'eau est celle du Jardin, et duquel les croyants boiront avant d'enter dans le Jardin. Et dans l'intercession des Prophètes, suivit par celle des Saints Véridiques (As Siddîqûn), puis de celle des Savants (Al 'Ulamâ), des Vertueux (As Sâlihûn) et des autres Croyants. Et la grande intercession est la prérogative de Muhammad (qu'Allah le bénisse lui et sa Famille et leur accorde la paix). Et que les Gens du Tawhîd (Ahl Ut Tawhîd) qui seront entrés dans le Feu en seront retirés jusqu'à ce que pas une personne dans le coeur de laquelle subsiste le poids d'un atome de foi n'y reste éternellement. Et que les Gens du Polythéisme et de la Mécréance (Ahl Ush Shirk wal Kufr) resteront dans le Feu éternellement et pour toujours, leur souffrance ne sera point diminuée, pas plus qu'ils n'auront droit à un sursis (Sûrah 2 – Âyah 162). Et que les Croyants (Al Mûminûn) resteront dans le Jardin éternellement, sans fin, ils n'y serons pas affectés par la lassitude et n'en seront pas expulsés (Sûrah 15 – Âyah 48). Et que les Croyants verront leur Seigneur avec leurs propres yeux, d'une façon qui convient à Sa Majesté et la sainteté de Sa Perfection.

 

Et que les Compagnons du Messager d'Allâh (qu'Allâh le bénisse ainsi que sa famille et leur accorde La Paix) sont vertueux, que leurs statuts respectifs étaient de différents degrés, et qu'ils étaient tous justes, bons, et honnêtes. Il n'est pas licite d'insulter ni de dénigrer l'un d'entre eux. Et que le successeur légitime du Messager d'Allâh (qu'Allâh le bénisse lui et sa Famille et leur accorde La Paix) etait Abû Bakr As Siddîq, suivi par 'Umar Al Farûq, puis 'Uthmân Ash Shahîd puis 'Alî Al Murtadâ, qu'Allâh soit satisfait d'eux et de ses autres Compagnons, et de tout ceux qui les suivent dans l'excellence jusqu'au jour du Jugement, ainsi que de nous-mêmes, par Ta Miséricorde, ô Toi Le Plus Miséricordieux des Miséricordieux ! »

 

Fin de citation.

 

Source : Nasâ°ih Ud Dîniyyah Wa-l-Wasâyat Il Îmâniyyah de l'Imâm Al Habîb 'Abdu Llâh Ibn Al 'Alawî Al Haddâd (qu'Allâh l'agrée).

 

 

Commenter cet article