at-tawhid.net

Al Wâhid - Al °Ahad (Ar Râzî)

29 Mars 2010, 09:23am

Publié par at-tawhid.net

Allâh (qu'Il soit exalté et magnifié) dit : « Et votre Dieu est un Dieu Unique - wa ilâhukum ilâhun wâhidun. » [Sourate 2 – Verset 163].

 

Et Il dit aussi (qu'Il soit exalté) : « Dis : Lui Allâh est Un (°Ahad). » [Sourate 112 – Verset 1].


Al Wâhid est L'Unique, tandis que Al °Ahad est L'Un. Tous deux exprime une unicité, et attribués à Allâh, Son Unicité. Cependant, il existe quelques différences entre ces deux Noms.

 

Al Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Lawâmi' Ul Bayyinât fil Asmâ° wa As Sifât :

 

« Sache que les différences existant entre les deux noms Wâhid et °Ahad sont les suivantes :

1- Al Wâhid est le nom donné pour ouvrir la série des nombres. C'est ainsi qu'on dit dans l'ordre : wâhid, ithnân, thalâthah, etc (pour un, deux, trois, etc). Mais on ne dira pas °ahad (un) pour le premier.

2- Dans la négation, le terme « °ahad » est d'un emploi plus général que « wâhid ». C'est ainsi que l'on dira : « Mâ fi ddâr wâhid bal fihâ ithnân – Il n'y a pas un être dans la maison, mais deux  ». Il serait faux de dire : « Mâ fi ddâr °ahad » (car le sens serait alors : il n'y a personne dans la maison et on ne pourrait ajouter alors : mais deux personnes).

3- Le mot wâhid peut qualifier n'importe quelle chose. Il est convenable de dire : un seul homme (rajul wâhid), un seul habit, etc, mais il n'est pas correct de qualifier une chose affirmativement en exprimant qu'elle est l'une avec le terme « °ahad » si ce n'est pour Allâh. Allâh est L'Un (Allâh Ul °Ahad). On ne dira pas : « Un seul homme » avec le mot °ahad. C'est comme si Allâh se réservait ce qualificatif.

Cependant, l'emploi de °ahad demeure possible en mode négatif sauf pour Allâh. Ainsi, l'on dira : « Je n'ai vu personne », avec le terme « ahad » (mâ ra°aytu °ahadan).

Les deux Noms °Ahad et Wâhid sont comparables [dans ce cas] aux deux Noms Divins : Ar Rahmân et Ar Rahîm, ce dernier impliquant une possible participation [de la créature]. Comme pour le Nom Ar Rahmân, °Ahad est le nom que Le Dieu-Producteur (Al Bârî) S'est réservé pour Lui-Même. Par contre, Al Wâhid admet la participation. Pour cette raison Allâh ne mentionne jamais le Nom °Ahad avec l'article déterminatif « Le - Al » mais l'exprime sans cet article : « Dis : Lui Allâh est Un - Qul Huwa Llâhu Ahad. » [Sourate 112 – Verset 1], car ce Nom [employé sans l'article] est un qualificatif réservé exclusivement à Allâh et devient une connaissance ; il se passe donc de la détermination [exprimée par cet article]. »

 

Concernant l'exégèse de ces deux Noms, rapportons ce que l'Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit concernant le Nom Al Wâhid :


« Sache-le ! On peut entendre par « Al Wâhid - L'Unique » la négation de la multiplicité dans l'Essence, ou la négation du contraire (didd) et du semblable (nidd). Al Wâhid est aussi le premier (Al Awwal).

Ce Nom Al Wâ
hid comporte plusieurs interprétations :

1) La première : Al Wâ
hid est une Réalité (Ash Shay°) qui ne peut recevoir la division. Nous avons dit : « réalité - shay° » afin d'éviter une possible assimilation à la privation (ma'dum) car celle-ci aussi ne peut être divisée (puisqu'elle n'existe pas). Nous avons précisé : « qui ne peut recevoir la division », par précaution, car les deux réalités suivantes : un seul homme (rajul wâhid) et une essence unique (dhât wâhidah) admettent la division. Mais Le Véritable Unique (Wâhid Haqîqî) n'accepte la division d'aucune manière.

Le Shaykh Abû Is
haq [An Nazzâm] a dit : « L'Unique est la chose - sous-entendant qui ne peut être divisée - car ce qui est divisible est au moins composé de deux choses et non pas d'une seule chose. »

2) La deuxième : Certains disent que Al Wâ
hid est Celui à qui ne conviennent ni diminution (wad'), ni augmentation (raf') [d'aucune sorte], au contraire de cette parole que tu pourrais exprimer ainsi : « Un être humain unique », car tu entends, par cette expression, un [certain] être humain sans aucun doute et non l'homme d'une manière générale (ar rajul). L'accroissement de quelque chose d'autre en relation avec lui est toujours possible tandis que Le Vrai est Unique par Son Essence.

3) La troisième : Certains disent que Al Wâ
hid (en tant que un ou premier) ne fait pas partie des nombres. [Une preuve de cette affirmation se présente de cette manière] : un nombre quelconque est la moitié de la somme de ses deux extrêmes, un et trois donnent quatre dont la moitié est deux. Nous savons donc que deux est un nombre et le plus petit d'entre deux.

Par contre, un (wâ
hid) n'est pas un nombre puisqu'il n'a qu'un seul nombre - deux - qui le suit (et aucun qui le précède).

Sache que dans cette interprétation la substance indivise ou simple (jawhar fard) est réellement unique (wâ
hid haqîqî).

Si on avançait, toujours dans cette interprétation, que L'Unique est assenti comme la moindre des réalités (aqall ul qalîl) à l'exemple de la substance indivise parcequ'on l'estime une réalité insignifiante ou élémentaire (
haqîr), cette manière de voir étant impossible dans le cas d'Allâh, nous répondrions ceci :

L'indivis (al fard) qui est qualifié par la petitesse (a
s sighr) et la paucité (al qilla) est ainsi qualifié parce qu'il entrera sûrement en contact (avec un autre élément indivis) qui lui est contigu de telle sorte que ce processus prend de l'importance et prolifère. Isolé des autres indivis, on dit qu'il est petit et insignifiant mais quand d'autres entrent en contact avec lui et s'y incorporent, on dit, à cause de cette réunion, que l'ensemble prend de l'importance. Il est donc sûr que la substance indivise qualifiée par l'élémentaire (hiqârah) reçoit bien ce sens qui ne peut être affirmé pour Allâh (qu'Il soit exalté) étant donné l'impossibilité de Le qualifier par la petitesse et la paucité. »
[Lawâmi' Ul Bayyinât].

 

Et concernant le Nom Al °Ahad, Al Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Az Zajjâj enseigna que, dans la langue [arabe], la racine de ce mot est « wâhad ». Al Azharî précise que le nom verbal de la racine Wa-Ha-Da (être un), est « wahad » (le fait d'être un) comme celui de la racine Ha-Sa-Na (être beau) est « hasan » (le fait d'être beau). La lettre (initiale) Waw se transforme en Hamza qui est une attaque vocalique avec voyelle A de sorte que le mot « wahad » devient « °ahad » Une telle transformation est assez fréquente dans la langue […]

 

Au Nom « Al Qayyûm », nous avons explicité le fait qu'Allâh est Un dans Son Essence, ce qui nécessite le fait qu'Il soit dépourvu de la localisation, qu'Il ne soit pas une substance, ni un accident, ni dans un lieu quelconque, ni dans une direction et exempt d'avoir un contraire ou un égal. Ces considérations bien comprise, nous ajoutons qu'Allâh est Un (°Ahad) dans Ses Attributs, Un dans Ses Actes, d'une Unité qui exclut toute participation, divisibilité et composition ainsi que tout arrangement, Un sans qu'aucune chose ne Lui ressemble et sans qu'Il ne soit semblable aux choses, Un qui se passe de toute chose, Un, absolument Un, singulier : « […] Impénétrable, qui n'engendre pas et n'est pas engendré, sans qu'Il n'ait d'équivalent. » [Sourate 112 – Versets 2 à 4]. » [Lawâmi' Ul Bayyinât].

 

Et comme le rapporta également l'Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans son Lawâmi' Ul Bayyinât, le Nom Al °Ahad est dépourvu de pluriel. Il a dit ainsi :

 

« Al Azharî a dit : « On posa la question suivante à Ahmad Ibn Yahyâ au sujet du pluriel « al °âhâd », les uns, s'agit-il du pluriel du Nom °Ahad ?

 

Il répondit : « Qu'Allâh nous préserve ! Al °Ahad (L'Un) n'a pas de pluriel ! Il est tout juste possible de dire que « al °âhâd » est le pluriel de « al wâhid « (l'unique, le seul), de la même manière que l'ont dit « al ash-hâd » (les témoins), qui est le pluriel de « ash shahîd » (le témoin). ». ». »


Commenter cet article