at-tawhid.net

Ce qu'il est bon de dire et faire une fois le défunt enterré (Al Qurtubî et Muhammadu Zakariyyâ Al Kandahlawî)

11 Mai 2012, 07:23am

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Abû 'Abdi Llâh Al Qurtubî Al Ansârî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Ibn Mâjah a dit : « Lorsque le Calife 'Uthmân Ibn 'Affân (qu'Allâh l'agrée) se rendait devant une tombe, il pleurait jusqu'à mouiller sa barbe. Quelqu'un lui a dit une fois : « Tu ne pleurs pas lorsque tu penses au Paradis et à l'Enfer, mais tu pleurs quand tu penses à ça ?! » Il répondit : « Le Messager d'Allâh (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit : « La tombe est la première étape de la vie dans l'au-delà. Pour celui qui s'en sort, la suite sera facile pour lui. Quant à celui qui échoue, la suite ne sera que plus difficile pour lui. ». ». »

 

Et Abû 'Abdi Llâh At Tirmidhî Al Hakîm a dit dans son Nawâdir Ul °Usûl que 'Uthmân Ibn 'Affân (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Lorsque le Messager d'Allâh (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) avait finit d'enterrer un mort, il restait un moment devant sa tombe et demandait à Allâh de l'aider à surmonter l'épreuve. » Ceci car à ce moment, les Anges l'interrogent sur son Seigneur, ses croyances et sur sa réponse ou non à l'appel du Prophète Muhammad (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui). » [At Tadhkirah].

 

Et Al Imâm Muhammadu Zakariyyâ Al Kandahlawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « 'Umar Ibn Sa'îd An Nakhâ'î a dit : « J'ai prié la salât ul janâzah sur Ibn Al Muknif derrière 'Alî Ibn Abî Tâlib. Il proclama « Allâhu Akbar » à quatre reprises et salua à une reprise, puis il l'introduit dans sa tombe en disant : « Ô Allâh ! Voici Ton serviteur, le fils de deux de Tes serviteurs. Il est venu chez toi et Tu es certes Le Meilleur Receveur. Ô Allâh ! Elargis son gîte et pardonne ses péchés car nous ne connaissons que du bien sur lui - et c'est Toi qui sait mieux - et il attestait qu'il n'y a de divinité qu'Allâh et que Muhammad est le Messager d'Allâh. ». ». » [Hayât Us Sahâbah].

 

Commenter cet article