at-tawhid.net

Ce qu'il faut faire si on ne possède qu'un membre ou un organe non vital d'une personne que l'on pense décédée (Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî, Al Âbî Al Azharî et Al Qâdî 'Iyâd)

4 Mai 2012, 17:16pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « On prie sur la dépouille dont la majorité du corps a été conservée. Et il y a divergence sur le fait de prier pour ce qui est comparable à une main ou un pied. » [Ar Risâlah].

 

Al Imâm Sâlih Al Âbî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Mâlik a dit que l'on ne prie pas sur ça car son propriétaire peut être encore vivant. » [Thamr Ud Dânî].

 

Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « On ne prie par sur quelqu'un qui est absent. C'est ainsi que l'on ne prie pas sur quelqu'un qui s'est noyé [et dont on n'a pas retrouvé le corps], mangé par un lion ou quelque chose du même type, à moins que l'on retrouve la majorité de son corps. » [Al I'lâm Bi Hudûdî Qawâ°id Il Islâm].

 

On peut prier sur des organes vitaux, car il est sûr alors que son propriétaire est bien mort, mais pas sur des organes comme la main, car rien n'indique alors que son propriétaire est mort. 

 

Il est cependant permis de prier sur la main ou le pied, ou tout autre organe non vitale d'une personne, si il est attesté et que l'on est sûr et certain que la personne à qui appartient la main par exemple, est bien morte et que ces membres sont les seuls restes du corps de cette même personne décédée.

 

Wa Llâhu a'lam.


Commenter cet article