at-tawhid.net

Ce qu'il est nécessaire d'avoir pour déduire une fatwâ° directement à partir du Coran et de la Sunnah (Ahmadu Mash-hûr Al Haddâd, Ibn Al Hâjj Ibrâhîm et Al 'Illîsh)

24 Juin 2010, 16:38pm

Publié par at-tawhid.net

A tous ceux qui prétendent vouloir et pouvoir déduire un avis juridique directement à partir du Qur°ân et de la Sunnah, voici quelques paroles de savants sunnites qui vous éclaireront sur les capacités à avoir pour pouvoir agir de la sorte :

Ash Shaykh Al
Habîb Ahmadu Mash-hûr Al Haddâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

« 
Il est nécessaire, pour quiconque souhaite déduire les jugements de la Sharî'ah de ses deux sources que sont le Livre et la Sunnah, d'être parfaitement formé aux deux, de la manière établie par la science des fondements de la jurisprudence (usûl ul fiqh [1]).

Il doit également maîtriser l'arabe classique, y compris la Rhétorique et les autres disciplines bien connues, car ce sont des outils indispensables pour comprendre « le Livre en arabe clair », dont l'éminence du style et la variété d'expression atteignent le niveau du miraculeux.

Ils sont également indispensables pour comprendre la Sunnah qui a été transmise par l'homme le plus éloquent à avoir jamais parlé l'arabe (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) et par ses Compagnons qui furent les meilleurs à s'exprimer clairement.

Il n'est permis à personne de s'attaquer à cette question grave sans disposer de ces outils, car il s'égarerait et égarerait les autres, commettant ainsi un péché monstrueux. »
[Miftah Ul Jannah ].

 

Et Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Al Hâjj Ibrâhîm (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « [Le taqlîd] est nécessaire pour toute autre personne que celui qui a atteint le rang de l'ijtihâd absolu. Et ce, même s'il est un [Mujtahid] limité qui est incapable [d'accomplir cet ijtihâd absolu].» [Marâqi' Us Su'ûd].


Et il a dit aussi : « Il est interdit pour quiconque n'est pas un Mujtahid de baser ses actions directement sur un texte du Livre ou de la Sunnah même si la transmission est authentique, à cause de la forte probabilité qu'il y ait d'autres considérations comme l'abrogation, la limitation, la spécificité à certaines situations, et d'autres facteurs de ce type que nul autre qu'un Mujtahid ne peut complètement appréhender avec précision. Donc rien ne peut le protéger d'Allâh (qu'Il soit exalté) à part suivre un Mujtahid.

 

Al Imâm Al Qarâfî a dit : « Et prenez garde à ne pas agir comme certains étudiants le font quand ils raisonnent directement a partir d'un hadîth, alors qu'ils ne savent même pas son authenticité, et laissant de coté ce qui a été mentionné [par les Imâms] concernant les subtilités qu’ils impliquent ; en faisant cela, ils se sont égarés et ont égarés d'autres avec eux. Et quiconque interprète un verset ou un hadîth d'une manière qui en change le sens originel, sans preuve (dalîl), est un mécréant (kâfir). ». » [Nashr Ul Bunnûd].

 

Et aussi : « [Quant à] la nécessité de s'attacher à un madh-hab spécifique, les [savants] ont mentionné que cela est obligatoire pour quiconque présente un manque [dans les conditions requises pour la pratique de l'ijtihâd]. » [Marâqi' Us Su'ûd].

 

Et Al Imâm Muhammad Al 'Illîsh (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Il n’est pas permis à une personne du commun d’arrêter de suivre les 4 Imâms et de prendre directement depuis les sources textuelles du Qur°ân et des ahâdîth pour la simple et bonne raison que cela implique de nombreuses conditions explicitées dans les livres de °usûl. De plus, ces conditions sont rarement atteintes par les grands savants, particulièrement en cette époque ou l’Islâm est devenu un exilé tout comme il a commencé exilé. » [Fath Ul 'Alî Al Mâlik].

 

Note :

 

[1] Al Hâjj Mustafâ Al Badawî a dit : « Les fondements de la jurisprudence constituent la science qui traite de la façon de déduire des décisions juridiques saines en se basant sur la preuve textuelle. C'est l'art du Muftî, c'est-à-dire le savant qui est qualifié pour prendre ce type de décisions. Cet art se fonde sur des mécanismes précis, définis par les grandes autorités du passé, parmi lesquelles culmine la figure éminente de l'Imâm Ash Shâfi'î (qu'Allâh l'agrée). Elle demande une érudition immense et de la maturité mentale, et doit donc être réservée aux spécialistes. » [Hâshiyah 'Alâ Miftah Ul Jannah].

Commenter cet article