at-tawhid.net

Commentaire du hadîth : « Il est une lumière qu'il me fut impossible de voir » (An Nawawî, Al Mâzirî et Al Qâdî 'Iyâd)

11 Avril 2012, 09:26am

Publié par at-tawhid.net

  Sayyidunâ Abû Dharr Al Ghifârî (qu'Allâh l'agrée) rapporta avoir demandé au Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) : « As-tu vu ton Seigneur ? » Et le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) lui répondit : « Il est une lumière qu'il me fut impossible de voir. »

 

Ce hadîth est authentique (sahîh) et rapporté par l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj An Naysâbûrî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

 

Al Imâm Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a commenté ce hadîth en disant :

 

« Cela signifie : « Allâh est voilé par de la lumière, donc comment serait-il possible de Le voir ? »

 

Al Imâm Abû 'Abdi Llâh Al Mâzirî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Cela signifie : « La lumière m'avait empêché de voir comme cela arrive dans la vie courante quand la lumière est éblouissante, empêchant ainsi à la personne de voir quelque chose. ». ». » [Al Minhâj].

 

Un hadîth authentique similaire fut également rapporté par l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj An Naysâbûrî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) où l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Shaqîq (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à Sayyidunâ Abû Dharr Al Ghifârî (qu'Allâh l'agrée) : « Si je pouvais voir le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui), j'aurais bien aimé l'interroger. » Sayyidunâ Abû Dharr Al Ghifârî (qu'Allâh l'agrée) lui demanda : « Et sur quoi aurais-tu voulu l'interroger ? », l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Shaqîq (qu'Allâh lui fasse miséricorde) répondit : « Je lui aurais demandé : « As-tu vu ton Seigneur ? ». » Sayyidunâ Abû Dharr Al Ghifârî (qu'Allâh l'agrée) lui dit alors : « Je lui ai moi-même demandé et il me répondit : « J'ai vu une lumière. ». »

 

Al Imâm Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a commenté ce hadîth en disant : « Le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit :« J'ai vu une lumière », cela signifie : « J'ai juste vu une lumière et je n'ai rien pu voir d'autre. » Selon une certaine interprétation, le terme « lumière » signifierait Le Créateur de la lumière qui empêche de Le voir. La lumière serait alors un Attribut d'action. » [Al Minhâj].

 

Et Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî a dit également sur ce hadîth : « Je n'ai trouvé aucune trace de cette version dans les références fondamentales. Quoiqu'il en soit, il est impossible que L'Essence d'Allâh (qu'Il soit exalté) soit une lumière à proprement parler, car la lumière fait partie des corps. Or, Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) est exempt de tout cela. Ceci est le Madh-hab de l'ensemble des Imâms de l'Islâm. Quant au sens du verset qui dit « Allâh est La Lumière des cieux et de la terre » ainsi que celui des ahâdîth qui attribuent le Nom de Lumière à Allâh, ils signifient qu'Allâh est Le Maître de leur lumière et qu'Il en est Le Créateur. Le dit verset signifierait également qu'Allâh est Celui qui guide et oriente dans la bonne voie à la fois les habitants des cieux et ceux de la terre, ou encore qu'Il est Celui qui éclaire et illumine les cœurs de Ses serviteurs dotés de foi, ou bien encore qu'Il est Le Maître et Le Détenteur de la clarté, de la majesté et de la gloire. Et Allâh est plus Savant. » [Ikmâl Ul Mu'lim].

 

Commenter cet article