at-tawhid.net

Concernant l'avis de l'Imâm At Tabarî qui ne considérait pas l'Imâm Ahmad comme un faqîh mais un muhaddith (Jibrîl Al Haddâd)

20 Avril 2012, 08:55am

Publié par at-tawhid.net

Ash Shaykh Jibrîl Al Haddâd (qu'Allâh le préserve) a dit à ce sujet :

 

« Dans son Ikhtilâf Ul Fuquhâ, At Tabarî mentionna les divergences d'opinions entre Mâlik, Al Awzâ'î, Sufyân Ath Thawrî, Ash Shâfi'î, Abû Hanîfah, Abû Yûsuf, Muhammad Ibn Al Hasan et Abû Thawr. Il mentionna certains juristes figurant parmi les Compagnons, les Tâbi'în et leurs suiveurs jusqu'au deuxième siècle. Lorsqu'il fut interrogé sur la raison pour laquelle il n'avait pas mentionné l'Imâm Ahmad dans son livre, il répondit que Ahmad n'était pas un juriste (faqîh), mais un savant du hadîth (muhaddith). Les hanbalites désapprouvèrent cela et excitèrent la foule contre lui, empêchant les gens souhaitant le voir ainsi que ses élèves de lui rendre visite durant la journée, et il mourut ainsi et fut enterré dans sa maison.

 

L'avis de At Tabarî n'était cependant ni nouveau, ni unique en son genre. Parmi [ceux du même avis], il y a At Tahâwî, Ad Dabbûsî, An Nasafî, 'Alâ° Ud Dîn As Samarqandî, Al Firahî Al Hanafî dans son ouvrage intitulé Dhât Ul 'Uqdayn et d'autres parmi les hanafites qui écrivirent sur le sujet [des divergences d'opinions entre les juristes], tous l'omirent.

 

Ibn Al Fardî a dit dans ses chroniques sur les savants d'Al Andalus, lorsqu'il parla de Abû Muhammad 'Abdu Llâh Ibn Muhammad Al Asilî Al Mâlikî, que le dernier livre écrit sur le sujet des divergences entre Mâlik, Ash Shâfi'i et Abû Hanîfah s'intitule Ad Dalâ°îl fî Ummuhât Il Masâ°îl. Puis il dit : « L'auteur de Kashf Uz Zunûn a dit que Muhammad Ibn 'Abd Ir Rahmân As Samarqandî As Sakhâwî, qui mourut à Mardin en 721, [1] mentionna dans 'Umdat Ut Tâlib li Ma'rifat Il Madhâhib les divergences entre les juristes et dit à la fin : « J'ai mentionné dans mn livre les avis de An Nu'mân (Abû Hanîfah), Ya'qûb (Abû Yûsuf), Muhammad [Ibn Al Hasan Ash Shaybânî] et leurs excellents compagnons comme Ash Shâfi'î, Mâlik, ainsi que tout ce en quoi ils se différencient des shi'ites […] » Par conséquent, de son point de vue, la valeur de Ahmad est moindre que celle des trois [autres Imâms que sont Abû Hanîfah, Mâlik et Ash Shâfi'î], et similaire à celle de Dâwud Az Zâhirî et des shi'ites. » [2]

 

Contrairement à Al Ghazâlî qui écrivit également sur les divergences tout en mentionnant Ahmad [parmi les juristes] dans son Al Wâjiz, contrairement à Abul Barakat An Nasafî dans son Al Wâfî [qui ne mentionna pas l'Imâm Ahmad]. Tout comme l'auteur de livres d'histoire et de géographie, Ibn Qutaybah, qui ne mentionna pas Ahmad dans son Kitâb Ul Ma'ârif. Al Maqdisî le mentionna dans son Ahsân Ut Taqâsîm fî As-hâb Il Hadîth mais ne le mentionna pas dans son Ahsân Ul Fiqh, tandis qu'il mentionna Dâwud Az Zâhirî. Et Ibn 'Abd Il Barr écrivit Al Intiqâ° fî Fadâ°îl Il Thalâthat Il Fuqahâ. [3]

 

L'anonyme 'Umdat Ul 'Ârifîn [4] mentionna que le quatrième Imâms n'est pas Ahmad, mais Sufyân Ath Thawrî. Et Al Ghazâlî a dit : « Lui et Ahmad figuraient parmi les plus célèbres Imâms pour leur grande crainte d'Allâh et pour le petit nombre de leurs adeptes. Maintenant, l'école de Sufyân a disparue, et le consensus des musulmans se fait désormais autour des quatres écoles connues. » [5]

 

Dans ses biographies sur les savants de la ville de Baghdad, Al Khatîb Al Baghdâdî réserva également le plus haut niveau en jurisprudence pour Ash Shâfi'î, tandis qu'il cita Ahmad comme étant « le seigneur des savants du hadîth (sayyid ul muhaddithîn) »»

 

Fin de citation.

 

On peut donc voir que l'avis de l'Imâm Ibn Jarîr At Tabarî n'est pas un avis isolé ni issu d'une animosité particulière envers l'Imâm Ahmad, bien que l'Imâm Ahmad figurait bel et bien parmi les juristes des musulmans, preuve en est la préservation de son école par Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté).

 

Notes :

 

[1] A ne pas confondre avec le célèbre disciple de l'Imâm Ibn Hajar Al 'Asqalânî, l'Imâm Shams Ud Dîn Muhammad Ibn 'Abd Ir Rahmân As Sakhâwî Ash Shâdhilî, qui mourut en 901 à Médine.

 

[2] Ash Shaykh Jibrîl Al Haddâd a dit : « L'affirmation que la jurisprudence d'Ahmad est similaire à celle des shi'ites est étrange, mais sa ressemblance avec l'école zâhirite a souvent été émise. »

 

[3] L'expression « thalâthat ul fuqahâ » signifie « les 3 juristes », et il s'agit-là des Imâms Abû Hanîfah, Mâlik Ibn Anas et Ash Shâfi'î.

 

[4] Bien que cet ouvrage soit conforme à l'Islâm Sunnite, nous ne connaissons pas son auteur.

 

[5] Les quatres écoles connues dont il parle sont les mêmes que celles d'aujourd'hui, à savoir les écoles hanafites, mâlikites, shâfi'ites et hanbalites. L'Imâm Al Ghazâlî écrivit cela au 5ème siècle de l'Hégire.


Commenter cet article