at-tawhid.net

Concernant la récitation du Coran en état d'impureté rituelle (Mâlik Ibn Anas et Al Âbî Al Azharî)

19 Avril 2013, 13:01pm

Publié par at-tawhid.net

La permission ou non de réciter le Qur°ân diffère selon le type d'état d'impureté rituelle de la personne :

 

  • En état d'impureté rituelle mineure :

 

Al Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Concernant la permission de réciter le Qur°ân sans avoir ses ablutions, Muhammad Ibn Sirîn a rapporté que 'Umar Ibn Al Khattâb figurait un jour parmi un groupe d'hommes qui récitaient le Qur°ân. Comme il s'en alla pour satisfaire un besoin naturel et qu'il continua la récitation du Qur°ân par la suite, un homme lui fit cette remarque en lui disant : « Ô Amîr Ul Mu°minîn ! Récites-tu le Qur°ân avant que tu n'aies fait tes ablutions ? » Il lui répondit alors : « Qui t'as appris [que cela était interdit] ? Est-ce Musaylimah ? ». » [Al Muwattâ°].

 

Musaylimah fut le célèbre menteur et imposteur s'étant auto-proclamé prophète du temps de Sayyidunâ Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) et qui leva une armée peu de temps après sa mort afin d'exterminer les musulmans et de prendre le dessus sur l'Islâm. Il fut défait durant le Califat de Sayyidunâ Abû Bakr (qu'Allâh l'agrée) et sa fausse religion disparue. Les Compagnons avaient l'habitude de railler certains avis juridiques qu'ils jugeaient farfelus en demandant s'ils provenaient de Musaylimah.

 

  • En état d'impureté rituelle majeure :

 

S'il est permis de réciter le Qur°ân en état d'impureté rituelle mineure sans restriction, cela n'est pas le cas en état d'impureté rituelle majeure.

 

Ash Shaykh Sâlih Al Âbî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« En état d'impureté rituelle majeure […] il est interdit de réciter le Qur°ân y compris dans l'intention d'évoquer Allâh, sauf s'il s'agit d'un ou de quelques versets que l'on récite comme formules préservatrices.

 

D'après l'avis de Al Bâjî, il est permis de réciter plus de deux versets, voire de réciter les deux sourates préservatrices [1] et le verset du trône [2] conjointement, mais il n'est permis de réciter la sourate al ikhlâs [3] avec puisqu'elle ne fait pas partie des sourates préservatrices.

 

Il est également permis de réciter un ou quelques versets en guise d'incantations (ar ruqâ) contre le mauvais œil ou en guise d'exorcisme.

 

Il est aussi permis de réciter un ou quelques versets pour argumenter une règle juridique.

 

La licéité de la récitation du Qur°ân dépend donc du fait qu'elle soir préservatrice, incantatoire ou argumentative. Par conséquent, il n'est pas permis de réciter des versets du Qur°ân qui n'ont pas cette intention, notamment de réciter du Qur°ân dans la seule intention d'évoquer Allâh. » [Sharh Muqaddimat Il 'Izziyyah].

 

Et Allâh sait mieux ce qu'il en est.

 

Notes :

 

[1] Al mu'awwidhatayn : il s'agit des sourates 113 et 114 (al falaq et an nâs).

 

[2] Al âyat ul kursî : il s'agit du verset 255 de la sourate 2 (al baqarah).

 

[3] Sourate 112 réciter habituellement avec les sourates 113 et 114 afin de se protéger.


Commenter cet article