at-tawhid.net

Concernant le fait de changer son nom suite à la conversion à l’Islam (At Tirmidhî, Al Bukhârî et Mâlik Ibn Anas)

11 Janvier 2015, 19:43pm

Publié par at-tawhid.net

 

Changer de nom ou non après une conversion est un choix libre, à partir du moment où ce nom ne comporte aucune référence polythéiste ou n'indique pas une tare. Notre mère 'Âïshah (qu'Allâh l'agrée), la femme du Messager d'Allâh, a dit du Prophète (ﷺ) : « Il ne changeait que les mauvais noms. » [At Tirmidhî].

Malgré tout, il est autorisé de changer de nom si l'on souhaite marqué le coup de sa conversion, porter un plus beau nom que l'actuel, ou être appellé par la forme coranique du prénom d'un Prophète que l'on porterais, sans toutefois s'inventer une autre généalogie, comme nous le voyons à travers la parole du Prophète (ﷺ) qui a dit : « Le jour de la résurrection vous serez appelés par vos prénoms et par le prénom de vos pères, donnez-vous donc de beaux prénoms. » [Al Bukhârî].

Et Al Imâm Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta que l'Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Il n'y a pas de mal à ce qu'un chrétien qui se converti à l'Islâm change son nom, mais il ne doit pas s'apparenter à quelqu'un d'autre que son père, ni se dire " Fils de 'Abdu Llâh - Ibn 'Abdi Llâh " ou " Fils de 'Abd Ur Rahmân - Ibn Abî 'Abd Ir Rahmân " [alors que ce n'est pas le cas]. » [Al Jâmi' Fi-s-Sunan].

Et si la plupart des prénoms et noms de famille utilisés en France sont généralement d'origine hébraïque, latine, grecque ou germanique, et font référence à des personnages bibliques, à des éléments naturels, des métiers ou un vocabulaire guerrier, certains ont des origines religieuses polythéistes ou font référence à une tare. Dans ce cas, et seulement dans celui-ci, il est impérativement demandé à ce que la personne se convertissant à l'Islâm change de prénom ou de nom de famille, au moins pour se faire interpeller par les gens si la justice de son pays ne lui autorise pas un changement d'état civil.

Et Allâh sait mieux ce qu'il en est.

 

Commenter cet article