at-tawhid.net

Description de la science du hadîth chez les shi'ites et mise en lumière sur l'absence totale de paroles authentiques au sein de leurs livres de hadîth (Al Majlisî, Al Khomeynî, Al Âmilî...)

18 Mars 2010, 17:24pm

Publié par at-tawhid.net

 

Louange à Allâh Le Seigneur des Univers. Louange à Allâh qui dit : « […] Nous lançons contre le faux la vérité qui le subjugue, et le voilà qui disparait. Et malheur à vous pour ce que vous attribuez [injustement à Allâh]. » [Sourate 22 - Verset 18]. Que Les Bénédictions et La Paix d'Allâh soient sur le Messager d'Allâh, miséricorde pour les Univers, ainsi que sur les siens, et ses compagnons et ceux qui les ont suivis de la meilleure des manières jusqu'au Jour de la Rétribution.

Ces propos s'adressent à nos chers lecteurs pour leur expliquer qu'il ne se trouve aucun
hadîth authentique du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) dans les ouvrages de référence des shi'îtes (selon leurs propres standards et règles d'authentification).

1 - Quelle est la définition du hadîth authentique chez les shi'ites ?

Un
hadîth authentique est selon eux un hadîth dont « la chaîne de transmission est ininterrompue et remonte jusqu'à l'[Imâm] Infaillible, en étant composée de rapporteurs droits ('adl), précis (dâbit) à tous les niveaux [de la chaîne de transmission]. » [Shaykh Ash Shahîd Ath Thânî : Ad Dirayât].

Un
hadîth authentique est un hadîth dont « la chaine de transmission est ininterrompu et part d'un Imâmite droit ('adl) et précis (dâbit) rapportant de son semblable et cela jusqu'à l'Infaillible, et sans [que le hadîth ne comporte] d'étrangeté/singularité (shudhudh) ni de défauts cachés, non apparents ('illa). » [Shaykh Husayn Ibn 'Abd Us Samad Al Amlî : Wusûl Ul Akhyâr Ilâ Usûl Il Akhbâr].

Conclusion (à travers une autre citation) :
« Tout ceci indique que le hadîth authentique (sahîh) est le hadîth dont la chaîne de transmission débute par le dernier rapporteur jusqu'à l'Infaillible, auteur des paroles, avec la condition que chaque rapporteur à tous les niveaux (génération) de la chaine soit un imamite, droit (âdil), précis (dâbit : fiable, sans défaut de mémoire) dans la mémorisation du hadîth et dans sa transmission. » [Ayatollah 'Abd Ul Hâdî Al Fadlî : Al Musnad].

2 - Qu'est-ce que le rapporteur droit et qu'est ce que la droiture ?

L'Imâm Al Khomeynî a dit :
« La droiture est une qualité fermement ancrée (à l'intérieur d'un individu) le poussant à la piété, en abandonnant les interdictions et s'acquittant de ses obligations. » [Al Khomeynî : Tahrîr Ul Wasîlah].

Le célèbre savant Al Majlisî dit :
« Et sache que ceux qui sont venus après parmi nos savants ont établi que la droiture est une qualité, une qualité fermement établi chez l'individu et qui le pousse à la rechercher la piété et la moralité [dans ses œuvres]. Et je n'ai trouvé nul texte à ce sujet (sur la notion de droiture) et nul propos de nos savants parmi ceux qui ont précédés Al 'Allamah et ils ne lui ont accordés aucune considération. » [Al Majlisî : Bihâr Ul Anwâr].

Remarque : Al 'Allamah ici désigne un savant imâmite surnommé Al 'Allamah Al Hillî, contemporain des Imâms Tâj Ud Dîn
 Ibn 'Atâ°i Llâh, Taqî Ud Dîn As Subkî, Abû Ishâq Ash Shâtibî et 'Imâd Ud Dîn Ibn Kathîr (8ème siècle).

Observez cette contradiction et ces divergences dans la définition de droiture. Et ce qu'il faut retenir dans tous cela, c'est que les savants imâmites du
hadîth n'ont établis (ne se sont prononcés) la droiture que d'une infime minorité de leurs rapporteurs.

Le Mu
haddîth shi'ite Al Hurr Al Âmilî a dit : « Or, [les spécialistes] n'ont que rarement établi la droiture ('adâla) d'un transmetteur, ne se prononçant uniquement que sur sa fiabilité (tawthîq ), laquelle n'implique pas nécessairement la droiture. Bien au contraire, puisqu'il y a entre les deux des points de divergence comme l'a attesté le deuxième martyr (Ash Shahîd Ath Thânî) et d'autres. » [Hurr Al Âmilî : Wasâ°il Ush Shi'ah].

Le deuxième martyr (Ash Shahîd Uth Thânî) est le surnom donné au célèbre savant imâmite Al
Hasan Ibn Zîn Ud Dîn Al Âmilî (mort en 965 de l'hégire).

3 - Question : Est-ce que la fiabilité implique la droiture ?

Sayyid Mu
hyi Ddîn Al Mûsawî Al Gharifî a dit : « Et il ne fait aucun doute que ces témoignage de fiabilité de leurs parts (des savants biographistes imâmites) portent uniquement sur la bonne foi du rapporteur considéré/jugé fiable, et sur sa probité/honnêteté (sidq) dans la transmission du hadîth, c'est tout, mais cela n'établit nullement sa droiture (au rapporteur). » [Sayyid Muhyi Ddîn Al Mûsawî Al Gharifî : Qawâ°id Ul Hadîth].

Le mu
haddîth shi'ite Al Hurr Al Âmilî a dit : « Et la prétention de certains modernes comme quoi « fiable » (thiqa) signifierait « droit/juste » ('adl) et « précis » [dans ce qu'il rapporte] (dâbit) est irrecevable et il leur incombe d'en fournir la preuve. Comment donc, alors qu'ils disent explicitement le contraire, puisqu'ils jugent [parfois] fiable quelqu'un qu'ils présument coupable d'impiété, de mécréance et d'hérésie ? » [Hurr Al Âmilî : Wasâ°il Ush Shi'ah].

4 - Tout cela signifierait-il qu'aucun des a
hâdîth Imâmites ne serait authentique ?

Le Shaykh Al Hurr Al Âmilî a dit :
« Et par conséquent, il s'ensuivrait [de tout cela] que nous devrions affaiblir (classer comme faible : da'if) tous nos ahâdîth, du fait que l'on n'a que rarement connaissance de la droiture de l'un d'entre eux (rapporteurs imâmites). » [Hurr Al Âmilî : Wasâ°il Ush Shi'â].

Et il a dit aussi à un autre passage :
« Et il est bien connu et dument établi que les livres sur lesquels ils (les Imâms) nous ont dit de nous baser pour œuvrer, contiennent de nombreux rapporteurs faibles ou inconnus et [contiennent également] de nombreux [ahâdîth] marasil. » [Hurr Al Âmilî : Wasâ°il Ush Shi'â].

Et il a dit encore :
« Et de la même façon, pour les récits des «  Thuqât », Al Ajillâ - comme les Ashâb Ul Ijma' ou autres - d'après les faibles, les menteurs et les inconnus, du fait qu'ils connaissent leurs états/situations et qu'ils rapportent cependant d'eux, et ils œuvrent d'après les ahâdîth qu'ils rapportent d'eux et qui cependant témoignent de l'authenticité de ces ahâdîth. Et ceci d'autant plus qu'ils avaient connaissance de plusieurs autres voies [de ces ahâdîth] et avaient en leur possession de nombreuses sources authentiques. » (Al Usûl Us Sahîhah, les sources primaires des hadîth d'après les Shi'ites) [Hurr Al Âmilî : Wasâ°il Ush Shi'â].

Remarque : As
hâb Ul Ijma' renvoit à un groupe bien précis chez les savants imâmites du hadîth : il s'agit de 18 personnes considérés comme thiqa (le pluriel est thuqat) et qui sont nommément désignés. Il s'agit de 6 disciples de l'Imâm Muhammad Al Baqîr, de 6 disciples de Sayyidunâ Ja'far As Sâdiq et 6 disciples de Sayyidunâ Mûsâ Al Kadhîm (qu'Allâh les agrée tous les trois et les innocentent des hérésies que les Shi'ites leurs attribuent). Al Ajillâ signifie : vénérés, respectueux, majestueux.

Et pour cette raison, le Shaykh Yûsuf Al Bahranî a dit : « Et de deux choses l'une, soit nous prenons toutes ces ahâdîth [en les considérant fiables] comme l'ont fait les prédécesseurs parmi nos savants, soit nous prenons une religion autre que celle-ci (le shi'isme imâmite) et une jurisprudence autre que celle-ci, ceci en raison de son imperfection et de son incomplétude, ainsi que de l'absence de preuve sur un ensemble de ses jugements juridiques (ahkâm). » [Yûsuf Al Bahranî : Lu°lu°a Al Bahrayn].

5 – Conclusion :

Après avoir vu ensemble qu'il ne se trouve aucun
hadîth authentique - suivant leurs propres règles - chez les shi'ites imâmites dans leurs livres, le lecteur impartial est en droit de s'interroger : d'où prenez vous votre religion ô vous les imâmites ? Et comment pouvez-vous oser perdurer dans un égarement aussi manifeste ?


Commenter cet article