at-tawhid.net

Discours du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) sur le mois de Ramadân (Muhammadu Yûsuf Al Kandahlawî)

20 Août 2010, 17:47pm

Publié par at-tawhid.net

 

Al Imâm Muhammadu Yûsuf Al Kandahlawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Ibn Khuzaymah a rapporté que Salmân [Al Fârisî] (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Au dernier jour du mois de Sha'bân, le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) nous fit ce discours : « Ô hommes! Un mois magnifique et béni s'approche de vous, un mois qui renferme une nuit qui est meilleure que mille mois. Allâh a fait de son jeûne une prescription et de ses prières nocturnes un acte surérogatoire. Quiconque, pendant ce mois, s'approche d'Allâh, par un acte de charité, est semblable à celui qui s'acquitte d'une des obligations prescrites en dehors de ce mois, et quiconque s'y acquitte d'un devoir prescrit, est semblable à celui qui s'acquitte de 70 en dehors de lui. C'est le mois de la patience, et la patience ne sera rétribuée que par le Paradis. Il est aussi le mois du réconfort et un mois où les biens du croyant seront augmentés. Celui qui y donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne, cet acte lui vaudra une absolution de ses péchés et une préservation du Feu et aura la même récompense que lui sans que rien ne soit diminué de la récompense du jeûneur. »

 

On lui demanda : « Ô Messager d'Allâh, mais nous ne sommes pas tous capables de donner au jeûneur de quoi rompre son jeûne ! »

 

Il répondit : « Allâh accorde cette récompense à quiconque donne à un jeûneur ne serait-ce qu'une datte, ou d'une gorgée d'eau ou du lait coupé d'eau. C'est un mois dont son début est une miséricorde, son milieu une absolution et son dernier une préservation du Feu. Quiconque y allège le travail de son esclave, Allâh l'absout et le préserve du Feu. Multipliez-y quatre choses : deux pour satisfaire votre Seigneur et deux dont vous ne saurez passer outre. Les deux premières sont l'attestation qu'il n'y a d'autres divinités qu'Allâh et l'imploration de Son pardon. Les deux autres sont: la demande à Allâh pour vous accorder le Paradis et le refuge contre le Feu. Quiconque donne à boire à un jeûneur, Allâh l'abreuvera de mon bassin une gorgée de sorte qu'il n'éprouve la soif jusqu'à son introduction au Paradis. ». ». »

 

Fin de citation.

 

Source : Hayât Us Sahâbah de l'Imâm Muhammadu Yûsuf Al Kandahlawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

Commenter cet article