at-tawhid.net

Explication de la parole : « Je me suis immergé dans une mer au bord de laquelle se sont arrêtés les Prophètes » (Mâlik Sy & Ibn 'Atâ°i Llâh)

19 Juin 2010, 15:43pm

Publié par at-tawhid.net

 

Ash Shaykh Al Hâjj Mâlik Sy (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Lorsqu'il est établi que des croyants sont attaqués, surtout lorsqu'il s’agit des Saints et de purs dévots, il devient un devoir pour tous ceux qui se réclament de l'Islâm de les défendre. Car Allâh (qu'Il soit exalté et glorifié) a déjà pris leur défense en disant : « Certes, Allâh défend les croyants ». Ce qui est une parfaite illustration pour toute personne raisonnable et réfléchie. » [Ifhâm Ul Munkir Al Jânî].

 

C'est ainsi que nous allons expliquer une parole souvent citée par les détracteurs des saints (qu'Allâh les agrée et nous préserve de toute animosité à leur égard) concernant l'ascète, le pieux, le saint : Al Imâm Abû Yazîd Al Bistâmî.

 

L'érudit, l'auteur du célèbre Al Hikâm, Ash Shaykh Ul Islâm Ahmad Ibn 'Atâ°i Llâh Al Iskandarî (qu'Allâh l'agrée) rapporte les propos suivant selon son Shaykh, le noble Imâm Abul 'Abbâs Al Mursî (qu'Allâh l'agrée) : 

 

« Abû Yazîd Al Bistâmî a dit : « Je me suis immergé dans une mer au bord de laquelle se sont arrêtés les prophètes. » Selon notre cheikh (Abul 'Abbâs Al Mursî), Abû Yazîd Al Bistâmî se plaint ici de sa faiblesse et de son impuissance à atteindre le rang des Prophètes.

 

En effet, sa phrase signifie que ceux-ci ont traversé l'océan du tawhîd (« réalisation de l'Unicité divine ») et sont parvenus à l'autre bord, sur le « rivage de l’immersion en Allâh » (as sâhil ul gharq) ; de là ils appellent les hommes à plonger à leur tour. [Sa parole signifie donc] : Si j'étais [moi, Abû Yazîd] parfaitement réalisé, j'aurais atteint ce rivage. Cette explication de notre cheikh correspond tout à fait au degré spirituel d'Abû Yazîd. Celui-ci n'a-t-il pas affirmé : « Ce que les Saints ont reçu par rapport aux Prophètes est comparable à ce qui déborde d'une outre pleine de miel ; tout ce que contient cette outre revient aux Prophètes, et ce qui déborde aux Saints. » Il est notoire qu'Abû Yazîd avait un profond respect pour la Sharî'ah ainsi que pour ses bienséances (al adab). On lui évoqua un jour la sainteté d'un homme ; il alla lui rendre visite et s'assit dans la mosquée en l'attendant. Or, voilà que cet homme cracha contre le mur de la mosquée. Voyant cela, Abû Yazîd quitta immédiatement le lieu et déclara : « On ne peut se fier à cet homme à propos des bienséances de la Sharî'ah ; comment pourrait-on lui faire confiance en ce qui concerne les secrets divins ? ».

 

Il faut donc faire l'exégèse des paroles et des actes des grands maîtres qui sont connus pour leur rectitude spirituelle, lorsque les unes et les autres sont apparemment condamnables. Le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a déclaré en ce sens : « Ne pense pas du mal d'une parole émanant d'un musulman alors que tu peux facilement lui donner une bonne interprétation ! ». » [Latâ°if Ul Minan]. 

 

Fin de citation.

 

Puisse Allâh nous accorder l'amour des Saints de notre communauté, nous donner la bonne opinion sur eux, ainsi que nous préserver de l'égarement qu'est la haine envers eux, et puisse-t-Il nous préserver des innovations blâmables que les innovateurs ne cessent de vanter et de pratiquer. Et que La Grâce et La Paix soient sur Sayyidunâ Muhammad Ibn 'Abdi Llâh, ainsi que sur sa pieuse famille et ses compagnons. Allâhumma Âmîn.

 

Al Muwahhidûn.

 

 

 

 

Commenter cet article