at-tawhid.net

Faire prononcer la shahâdah au mourant avant qu'il ne rejoigne Allâh (Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî, Wahb Ibn Munabbih, Ahmad At Tijânî...)

14 Avril 2012, 12:29pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qyarawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « On fera en sorte qu'il prononce « lâ ilâha illa Llâh - il n'y a de divinité qu'Allâh » au moment de la mort. » [Ar Risâlah].

 

Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn 'Alawî Al Haddâd (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Sans aucun doute, c'est une obligation d'encourager toute personne mourante à dire « lâ ilâha illa Llâh - il n'y a de divinité qu'Allâh », car le Prophète (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit : « Faites dire « lâ ilâha illa Llâh - il n'y a de divinité qu'Allâh » au mourant, car celui dont les dernières paroles auront été « lâ ilâha illa Llâh - il n'y a de divinité qu'Allâh » entrera au Paradis. » Si le malade le dit une fois, il ne sera pas nécessaire de le lui faire répéter, sauf s'il parle d'autre chose. » [Sabîl Ul Iddikâr].

 

Nuançons cependant tout cela par ce que rapporta l'Imâm Muhammad Ibn Ismâ'îl Al Bukhârî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) qui a dit que l'on demanda à l'Imâm Wahb Ibn Munabbih (qu'Allâh lui fasse miséricorde) : « Est-il vrai que l'attestation qu'il n'y a de divinité qu'Allâh est la clef du Paradis ? », et que celui-ci répondit : « Oui, mais on t'ouvrira seulement si tu t'amènes avec une clef dentée, sinon on ne t'ouvrira pas. » [Jâmi' Us Sahîh].

 

Et Al Hâfiz Ismâ'îl Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) commenta cela en disant : « Par cette parole, il veut dire qu'il est impératif d'accompagner la shahâdah par de bonnes actions comportant l'accomplissement des actes d'obéissance [à Allâh] et l'éloignement des interdits. » [Al Bidâyah wa An Nihâyah].

 

Mentionnons à ce titre ce qu'a dit l'Imâm Abul 'Abbâs Ahmad At Tijânî (qu'Allâh l'agrée) qui a dit : « La prière (as salâh) est à la foi et aux œuvres d'adoration ce qu'est l'esprit pour le corps. Ainsi, si il y a un esprit alors la vie est présente dans le corps, mais si l'esprit disparaît, la vie disparaît également » ['Alî Al Harâzim – Jawâhir Ul Ma'ânî], tel est donc par exemple l'état de la personne ne faisant pas la prière.

Commenter cet article