at-tawhid.net

Ja'far As Sâdiq - جعفر الصادق (m.148)

2 Avril 2012, 09:33am

Publié par at-tawhid.net

Il s'agit de l'Imâm de son temps, du noble et pieux Sayyidunâ Ja'far As Sâdiq Ibn Muhammad Al Bâqir Ibn 'Alî Zayn Il 'Âbidîn Ibn Al Husayn Ibn 'Alî Ibn Abî Tâlib (qu'Allâh l'agrée ainsi que sa noble ascendance). En plus d'être un descendant de Sayyidunâ 'Alî Ibn Abî Tâlib Al Murtadâ°, il était également un descendant de Sayyidunâ Abû Bakr As Siddîq. Comme cela fut rapporté à la fois par les shi'ites et les sunnites, Al Imâm Ja'far As Sâdiq a dit : « Je suis né deux fois à partir de Abû Bakr. » [Ibn 'Inâbah – 'Umdat Ut Tâlib]. Car en effet, sa mère Ummu Farwah avait pour père l'éminent Faqîh de Médine Al Imâm Al Qâsim Ibn Muhammad Ibn Abî Bakr As Siddîq, et pour mère la pieuse et noble Asmâ° Bint 'Abd Ir Rahmân Ibn Abî Bakr As Siddîq. Rappelons également que Muhammad Ibn Abî Bakr As Siddîq avait été adopté et élevé par Sayyidinâ 'Alî à la mort de Sayyidinâ Abû Bakr, et qu'il fut un fervent partisan de Ahl Al Bayt cruellement assassiné par les partisans de Mu'âwiyah. C'est ainsi que l'Imâm Ja'far naquit au sein d'une famille éminemment noble, en 80 H., la même année que les Imâms Zayd Ibn 'Alî Zayn Il 'Âbidîn et Abû Hanîfah.

 

Et l'Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui : « Abû 'Abdi Llâh Ja'far As Sâdiq Ibn Muhammad Al Bâqir Ibn 'Alî Zayn Il 'Âbidîn Ibn Al Husayn Ibn 'Alî Ibn Abî Tâlib fut l'une des douze personnes qui fut considérée comme Imâm par les shi'ites. Cet illustre descendant du Prophète Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) fut surnommé As Sâdiq (le véridique) de par sa véracité, et ses mérites sont trop nombreux pour être rapportés ici. Il rédigea un traité d'alchimie, de prédictions et de présages, et le Soufi Abû Mûsâ Jâbir Ibn Hayyân At Tûsî rédigea un livre de 2000 pages dans lequel il inséra les examens de son Shaykh Ja'far As Sâdiq, ceci organisé d'après 500 traités. Ja'far naquit en l'an 80 de l'Hégire, mais selon d'autres avis, sa naissance serait survenue juste avant l'aube du Mardi 8 Ramadân 83. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Al Hâfiz Adh Dhahabî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Tadhikrat Ul Hufâz que l'Imâm Ja'far As Sâdiq apprit divers domaines de science notamment auprès de son père Muhammad Al Bâqir, son grand-père paternel 'Alî Zayn Ul 'Âbidîn, son grand-père maternel Al Qâsim Ibn Muhammad ainsi qu'auprès des Imâms 'Urwah Ibn Az Zubayr Ibn 'Awwâm, 'Ubaydu Llâh Ibn Abî Râfi', Nâfi' et 'Atâ° (qu'Allâh les agrée tous). Il devint ensuite un immense savant dans de nombreux domaines aussi bien religieux que profanes, notamment dans le Qur°ân, le Hadîth, le Fiqh, la 'Aqîdah, le Tasawwuf, la langue arabe, l'Histoire, la médecine, la chimie, l'interprétation des rêveset bien d'autres domaines. Connu pour sa véracité, il est considéré comme « thiqah » dans la science du hadîth et on rapporta de lui plus de 2000 ahâdîth, ce qui est bien peu comparé à l'étendue de son savoir dans le domaine.

 

Le Shaykh Muhammad Abû Zahrâ° (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « En plus de tout cela, Al Imâm As Sâdiq était versé dans la science de l'éthique (al akhlâq) et de ce qui pouvait la corrompre. Il reçu cette science en raison de la bonté de son âme, de sa vaste expérience et de son honnêteté, bien qu'il vivait à une époque de chaos. » [Târîkh Ul Madhâhib]. C'est pourquoi il fut la référence incontestable de son temps et un Imâm apprécié aussi bien par les sunnites que les innovateurs. Ash Shaykh Muhammad Abû Zahrâ° (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit ainsi : « Al Imâm As Sâdiq laissa une forte empreinte dans l'Islâm par le consensus des savants, bien que certaines personnes l'ont aimé d'un amour si extrême que cela les conduisit à l'égarement, mais jamais il n'y eut le contraire car personne ne l'a jamais haï. Il fut un astre lumineux. Certaines personnes ont fait usage de cette lumière afin de renforcer leur perspicacité et leur foi, tandis que d'autres n'ont pas utilisé cette lumière et dévièrent à cause de leur extrémisme. Qu'Allâh l'agrée, il faisait certes parti des pieux véridiques. » [Târîkh Ul Madhâhib].

 

Il eut de nombreux élèves, dont les Imâms Abû Hanîfah et Mâlik Ibn Anas figuraient parmi les plus les érudits et les plus célèbres. Ses enseignements marqueront d'ailleurs les deux premières écoles juridiques de l'Islâm que furent le Hanafisme et le Malikisme. Et Ash Shaykh Muhammad Abû Zahrâ° (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Les Imâms parmi les Ahl Us Sunnah qui vivaient à son époque apprirent la science de lui, les Imâms Mâlik, Sufyân Ibn 'Uyaynah, Sufyân Ath Thawrî et de nombreux autres bénéficièrent de sa science. Abû Hanîfah (qui mourut en 150) bénéficia de son savoir alors qu'ils étaient sensiblement du même âge et il le considérait comme le plus savants de tous, d'autant plus qu'il connaissait bien les différences entre les gens. Un grand nombre de Tâbi'în apprirent le hadîth auprès de lui comme Yahyâ Ibn Sa'îd Al Ansârî, Ayyûb As Sakhtiyânî, Abbân Ibn Taghlib, Abû 'Amr Ibn Al 'Alâ° et beaucoup d'autres savants du fiqh et du hadîth parmi les Tâbi'în, tout comme de nombreux Tâbi Tâbi'în rapportèrent le hadîth de lui. » [Târîkh Ul Madhâhib].

 

Al Imâm Ja'far As Sâdiq (que La Paix soit sur lui) procéda également à l'éducation spirituelle de plusieurs personnes dont les Imâms Abû Hanîfah, Abû Yazîd Al Bistamî et Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh les agrée). A ce titre, Al Imâm Abû Hanîfah (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Si je n'avais pas eut ces deux années, j’aurais péri ! » Al Imâm Muhammad Ul Amîn Ibn 'Âbidîn (que La Paix soit sur lui) commenta ces propos en disant : « Pendant deux années, il accompagna Sayyidunâ Ja'far As Sâdiq et il acquit la connaissance spirituelle qui fit de lui un gnostique dans la Voie (At Tarîqah)… Abû 'Alî Ad Daqqâq reçu l’initiation de Abul Qâsim An Nâsirîbâdî, qui la reçu de Ash Shiblî, qui la reçu de Sarrî As Saqatî qui la reçu de Al Ma'rûf Al Karkhî, qui la reçu de Dâwud At Tâ'î, qui reçu les deux connaissances, l’interne et l’externe, de l’Imâm Abû Hanîfah. » [Hâshiyah 'Alâ Radd Il Muhtar]. Notons que l'Imâm Ja'far As Sâdiq est présents dans plusieurs chaînes de transmissions des Voies spirituelles sunnites (Turûq Sûfiyyah).

 

Au vu de ses élèves, on comprend aisément que l'Imâm Ja'far As Sâdiq fut un Imâm au sein des Ahl Ul Hadîth et des Ahl Ul Haqq, et donc un partisan de la sunnah. Les propos des plus extrémistes parmi les shi'ites imamites et des mu'tazilites rapportés à son sujet, notamment sur sa croyance, ne sont bien souvent que des mensonges et de fausses prétentions. D'ailleurs, il suffit d'analyser quelques-unes de ses paroles rapportées authentiquement pour vérifier cela.

 

Par exemple, alors que la majorité des shi'ites imamites considèrent Sayyidunâ Abû Bakr (qu'Allâh l'agrée) comme un mécréant, un traître du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) et qu'ils le maudissent, Sayyidunâ Ja'far As Sâdiq, qui est, qui plus est, son arrière-arrière petit-fils, disait :  « Ô Sâlim ! Serais-tu quelqu'un qui insulte mon grand-père ? Abû Bakr est mon grand-père ! Et que l'intercession de Muhammad ne me soit pas accordée lors du jour du jugement si jamais je les hais et si jamais je ne me dissociais pas de leurs ennemis ! »  ['Abd Ul Ghanî Al Maqdisî – Tahdhîb Ul Kamâl]. Et il a dit aussi : « Je n'ai pas besoin de l'intercession de 'Alî si je ne souhaite pas celle de Abû Bakr, car je suis né deux fois à partir de lui. » ['Abd Ul Ghanî Al Maqdisî – Tahdhîb Ul Kamâl].

 

Et Al Hâfiz Adh Dhahabî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta : « Chaque fois, que ce soit publiquement ou en privé, il [Ja'far] s'indignait du mal que disaient les râfidah (shi'ites extrémistes) sur son grand-père Abû Bakr ; ceci est rapporté sans aucun doute possible. » [Siyar A'lam In Nabalâ°].

 

Par ailleurs, alors que Sayyidunâ 'Umar (qu'Allâh l'agrée) est aux yeux des shi'ites imamites l'une des pires créatures de l'humanité, l'Imâm Ja'far (que La Paix soit sur lui) a dit : « Celui qui prétend que je me désavoue de Abû Bakr et 'Umar, qu'il sache que je me désavoue de lui ! » ['Abd Ul Ghanî Al Maqdisî – Tahdhîb Ul Kamâl]. Mais quoi de plus normal de la part de cet Imâm des Ahl Ul Bayt alors que son ancêtre le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit : « N'insultez pas mes Compagnons ! Celui qui les insulte, que la malédiction d'Allâh, des Anges et de tous les êtres humains soient sur lui ! Allâh (qu'Il soit exalté) n'acceptera ni justification ni excuse de sa part ! » [Al Qâdî 'Iyâd– Ash Shifâ°].

 

Et aussi, alors que les shi'ites imamites prétendent que l'Imâm Ja'far serait infaillible comme l'étaient les Prophètes (que La Grâce et La Paix soit sur eux) et que certains extrémistes le déifient, l'Imâm Ja'far a dit : « Celui qui prétend que je suis un Imâm infaillible auquel on doit absolument obéir, qu'il sache que je me désavoue de lui ! » ['Abd Ul Ghanî Al Maqdisî – Tahdhîb Ul Kamâl].

 

Et il y a de nombreux autres exemples de ce type que nous pourrions rapportés concernant des propos de l'Imâm Ja'far As Sâdiq (qu'Allâh l'agrée) qui contredisent et réfutent les fondements mêmes de la doctrine imamite. Mais ces derniers mettent ces propos de l'Imâm Ja'far sur le compte d'une dissimulation de foi (at taqiyyah) prétendument pratiquée par ce dernier selon eux, ou alors prétendent qu'il s'agit de mensonges forgés de toute pièce.

 

L'Imâm Ja'far fut très éprouvé par ces extrémistes qui prétendaient aimer les Ahl Ul Bayt alors qu'ils ne faisaient que souiller leur mémoire et leur attirer les foudres des gouverneurs en place en les impliquant malgré eux dans leurs revendications politiques et doctrinales. Et Al Imâm 'Abd Ur Rahmân Ibn Khaldûn (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur son comportement et celui de ses ancêtres vis-à-vis de certains shi'ites : « Ils prétendent (les shi'ites extrémistes) que l'Imâm est soit un être humain aux attributs divins, soit carrément un dieu incarné. En somme, c'est ce que les chrétiens appellent, concernant 'Îsâ (que La Paix soit sur lui), l'incarnation (al hulûl). D'ailleurs, 'Alî lui-même fit brûler vifs ces extrémistes. Et Muhammad Ibn Al Hanafiyyah se fâcha contre Al Mukhtâr Ibn Abî 'Ubayd quand il apprit que Al Mukhtâr avait suggéré quelque chose du même genre à son sujet. Il le maudit alors et l'exclut publiquement. Ja'far As Sâdiq en fit autant avec ceux qui voulaient le diviniser. » [Al Muqaddimah].

 

L'Imâm Ja'far (qu'Allâh l'agrée) essaya tant bien que mal de raisonner et mettre en garde ces pseudo partisans et d'éduquer ses fidèles disciples à la recherche de la Sunnah afin que la Ummah puisse sortir grandit de cette épreuve, mais beaucoup trahirent ses enseignements et ne quittèrent pas leurs hérésies, lui attribuant même des propos qu'il n'a jamais dit et des livres qu'il n'a jamais écrit. Ceci n'est pas un point de vue exagéré de la part des sunnites que nous sommes car l'un des plus grands spécialistes du hadîth shi'ite Al Hurr Al 'Âmilî a dit : « Et il est bien connu et dûment établi que les livres sur lesquels ils (les Imâms) nous ont dit de nous baser pour œuvrer, contiennent de nombreux rapporteurs faibles ou inconnus et contiennent également de nombreux ahâdîth dont la chaîne de transmission est interrompue. » [Wasâ°il Ush Shî'ah], ce qui fit d'ailleurs dire au savant imamite Yûsuf Al Bahranî a dit : « Et de deux choses l'une, soit nous prenons tous ces ahâdîth [en les considérant fiables] comme l'ont fait les prédécesseurs parmi nos savants, soit nous prenons une religion autre que celle-ci (le shi'isme imâmite) et une jurisprudence autre que celle-ci, ceci en raison de son imperfection et de son incomplétude, ainsi que de l'absence de preuve sur un ensemble de ses jugements juridiques (ahkâm). » [Lu°lu°at Ul Bahrayn].

 

Et concernant les livres qu'ils attribuent à l'Imâm Ja'far (qu'Allâh l'agrée), ils expliquent leur non-existence de son vivant et leur soudaine apparition lors de sa mort comme suit : « Nos savants [de confession shi'ite] ont rapporté de Abû Ja'far (Muhammad Al Bâqir) et de Abû 'Abdi Llâh (Ja'far As Sâdiq) mais il y avait une taqiyyah extrême à leur époque, ils scellèrent donc leurs ouvrages et les cachèrent, et ils ne furent jamais divulgués au grand public. Puis lorsqu'ils moururent, nous avons alors récupéré leurs ouvrages. » [Kitâb Ul Kâfî].

 

La quasi totalité des paroles que les shi'ites imamites attribuent à l'Imâm Ja'far sont ainsi inventées et les livres qu'ils lui attribuent ne sont d'aucune valeur scientifique car inauthentiques. C'est pourquoi Al Hâfiz Taqîy Ud Dîn Abû 'Amr Ibn As Salâh (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Deux Imâms furent éprouvés par Allâh à travers leurs compagnons bien qu'ils soient innocents [de leurs déviations] : Ahmad Ibn Hanbal avec les mushabbihah (anthropomorphistes), et Ja'far As Sâdiq avec les rawâfid (shi'ites duodécimains). » [Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî – Tabaqât Ush Shâfi'iyyah Al Kubrâ], ces deux sectes ayant inventé et attribué d'innombrables hérésies aux Imâms dont ils se réclament.

 

Ceci affecta profondément l'Imâm Ja'far qui répondait par les bons conseils ainsi que beaucoup de résignation et de patience. Il faisait aussi beaucoup de retraites spirituelles afin de jouir de la proximité d'Allâh et d'échapper aux soucis que lui provoquaient les politiciens et ses pseudo disciples affiliés au shi'isme. D'ailleurs, Al Imâm Farîd Ud Dîn Al 'Attâr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta : « On rapporte que Ja'far As Sâdiq se confina en retraite spirituelle durant un certain temps, et il n'en sortait pas. Un jour, un savant qui s'appelait Sufyân Ath Thawrî qui était jeune en ce temps là, vint voir son maître Ja'far As Sâdiq et lui dit : « Ô fils du Prophète ! Le peuple désespère d'entendre encore ta parole bénie. Pourquoi ne sors-tu pas de cette retraite ? » Ja'far As Sâdiq répondit alors : « Parce que les temps sont devenus durs, que les mœurs du peuple se sont altérées et qu'il ne reste plus ni sincérité ni pureté chez la plupart des gens. ». » [Tadhkirat Ul Awliyâ°].

 

Et il est certain que l'Imâm Ja'far As Sâdiq était un Imâm des Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah et avait ainsi une croyance pure et saine, conforme à celle de ses nobles ancêtres dont le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). On a pu le voir dans sa croyance envers les Compagnons du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) ou dans sa croyance envers l'Imamat, mais on peut également le voir dans sa croyance en Allâh (qu'Il soit exalté).

 

C'est ainsi qu'il a dit : « Quiconque prétend qu'Allâh (qu'Il soit exalté) est en haut, en bas ou bien dans n'importe quel endroit, celui-là est un mécréant ! » [Al 'Attâr – Tadhkirat Ul Awliyâ°]. Et il a dit aussi : « Celui qui prétend qu'Allâh est dans quelque chose, issu de quelque chose ou bien au-dessus de quelque chose a commis du shirk (associationnisme). Car s’Il était au-dessus de quelque chose Il serait porté, s’Il était dans quelque chose Il serait limité, et s’Il était issu de quelque chose, Il serait entré en existence, c’est-à-dire créé. » [Al Qushayrî – Ar Risâlah].

 

Tout ceci démontre clairement son appartenance au sunnisme. Et son descendant l'Imâm 'Abdu Llâh Al Haddâd (qu'Allâh l'agrée) a d'ailleurs dit dans sa Risâlat Ul Mu'âwanah que l'école ash'arite avait une doctrine conforme à celle que professait l'Imâm Ja'far As Sâdiq (qu'Allâh l'agrée).

 

Et c'est après une vie pleine de lumière et de lutte acharnée pour la préservation de la Sunnah de son ancêtre le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) que l'Imâm Ja'far As Sâdiq fut rappelé par son Seigneur, en l'an 148. Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à ce sujet : « Il mourut au cours du mois de Shawwâl de l'an 148 de l'Hégire et fut enterré au cimetière de Al Baqî' à Médine. Dans le même caveau se trouve les corps de son père Muhammad Al Bâqir, son grand-père 'Alî Zayn Ul 'Âbidîn et l'oncle de son grand-père Al Hasan Ibn 'Alî. Combien ce caveau est magnifique de par sa munificence et sa noblesse ! » [Wafayât Ul A'yân].

 

Nombreux sont ceux qui firent ses éloges.

 

A ce titre, Al Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh l'agrée) a dit sur son maître Ja'far As Sâdiq (qu'Allâh l'agrée) : « J'allais visiter Ja'far Ibn Muhammad, il aimait beaucoup plaisanter et sourire, mais lorsqu'on mentionnait devant lui le Prophète (salla Llâhu 'alayhi wa sallam), son attitude changeait complètement. Je le fréquentai régulièrement pendant un certain temps, et à chaque fois, il était occupé à l'une de ces trois activités : prier, jeûner, ou lire le Qur°ân. Et je ne l'ai vu transmettre des ahâdîth du Prophète (salla Llâhu 'alayhi wa sallam) qu'en état de pureté rituelle, ne parlant que de ce qui le concernait. Il faisait partie de ces savants détachés de ce bas-monde, craignant Allâh et L'adorant. Il était toujours à se priver du coussin sur lequel il s'asseyait habituellement pour moi [et que je puisse ainsi m’asseoir dessus]. » [Az Zawâwî - Manâqib Ul Imâm Mâlik].

 

Al Imâm Farîd Ud Dîn Al 'Attâr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi de lui : « Il fait partie des 'Ârifîn (des saints véritables connaisseurs d'Allâh), il est le modèle de tous les savants et il a mieux parlé qu'eux tous réunis de la voie spirituelle menant à Allâh. » [Tadhkirat Ul Awliyâ°].

 

Al Imâm Abû Hâtim Ibn Hibbân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Il était parmi les plus grands Sayyids des Ahl Ul Bayt dans le fiqh et la science en générale, ainsi que par le mérite. » [Ibn Hajar Al 'Asqalânî – Tahdhîb Ut Tahdhîb].

 

Al Imâm Abû Hâtim Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Il était thiqah, et ceci sans aucun doute possible ! » [Ibn Hajar Al 'Asqalânî – Tahdhîb Ut Tahdhîb].

 

Et Al Hâfiz Adh Dhahabî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Ils étaient tous les deux (Ja'far As Sâdiq et son père Muhammad Ul Baqîr) parmi les plus grands savants de Médine. » [Siyar A'lam Un Nabalâ°].

 

Et Al Imâm Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh l'agrée) a dit aussi : « Ils (les savants) sont unanimes sur sa qualité d'Imâm et sa grandeur. » [Tahdhîb Ul Asmâ° wa Al Lughât].

 

Et Al Imâm Muhammad Ibn Rushd Al Jadd Al Qurtubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta aussi :

 

« [Ses suiveurs] lui demandèrent de leur indiquer quelqu'un qu'ils pourraient suivre pour l'apprentissage de la religion après sa mort.

 

Il leur dit alors : « Accrochez-vous aux opinions des gens de Médine car cette ville expulsera ses mauvais habitants [et seuls resteront les gens de bien], au même tire que le soufflet [du forgeron] retire les impuretés du fer. Et suivez les traces de ceux qui figurent parmi les premiers musulmans et qui sont déjà partis. A l'heure actuelle, je suis le plus savant parmi vous et je suis la Sunnah et ne m'engage pas dans l'innovation blâmable. Après mon départ, suivez les opinions des gens du Hijâz. Suivez le bienheureux et béni soutien de l'Islâm, celui qui suit les pas du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). Je l'ai analysé et j'ai vu qu'il était un juriste remarquable, et il n'est vraiment pas soumis à ses caprices et ses passions. Si vous le suivez, vous obtiendrez votre juste part de l'Islâm. Si vous vous détournerez de lui, vous deviendrez alors égarés et perdus. Il étudia auprès de moi et prit de moi ce dont il avait besoin. Je vous ai dirigé vers un homme digne de confiance. »

 

Les gens dirent : « [Nous ne comprenons pas où vous voulez en venir], pouvez-vous être plus clair ? »

 

Ja'far As Sâdiq répondit : « Il s'agit de Mâlik Ibn Anas. Suivez les avis de Mâlik ! ». » [Muqaddimah Ibn Rushd].

 

Ô Allâh ! Agrée Sayyidunâ Ja'far As Sâdiq ainsi que l'ensemble de sa noble famille, et fait que la Ummah puisse profiter de leur savoir jusqu'au jour de la résurrection. Ô Allâh ! Toi qui est L'Exalté ! Bénit son âme, illumine sa tombe et accorde-lui Ton Agrément Éternel ainsi que le Firdaws Ul A'lâ. Allâhumma Âmîn.

 

Commenter cet article