at-tawhid.net

L'altercation entre Sayyidunâ Mûsâ et Qarûn

15 Mai 2011, 09:26am

Publié par at-tawhid.net

Allâh (qu'Il soit exalté) dit :

 

« En vérité, Qarûn faisait partie du peuple de Mûsâ mais il était empli de violence envers eux. Nous lui avions donné de trésors dont les clefs pesaient lourd à toute une bande de gens forts. Son peuple lui dit : « Ne te réjouis point, car Allah n'aime pas les arrogants. Et recherche à travers ce qu'Allâh t'a donné, la Demeure dernière. Et n'oublie pas ta part en cette vie. Et sois bienfaisant comme Allâh a été bienfaisant envers toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre. Car Allah n'aime point les corrupteurs. »

 

Il dit : « C'est par une science que je possède que ceci m'est venu. » Ne savait-il donc pas qu'avant lui Allâh avait périr des générations supérieures à lui en force et plus riches en biens ? Et les criminels ne seront pas interrogés sur leurs péchés !

 

Il sortit à son peuple dans tout son apparat. Ceux qui aimaient la vie présente dirent : « Si seulement nous avions comme ce qui a été donné à Qarûn. Il a été doté, certes, d'une immense fortune. » Tandis que ceux auxquels le savoir a été donné dirent : « Malheur à vous ! La récompense d'Allâh est meilleure pour celui qui croit et fait le bien. » Mais elle ne sera reçue que par ceux qui endurent. Nous fîmes donc que la terre l'engloutît, lui et sa maison. Aucun clan en dehors d'Allah ne fut là pour le secourir, et il ne pût se secourir lui-même.

 

Et ceux qui, la veille, souhaitaient d'être à sa place, se mirent à dire : « Ah ! Il est vrai qu'Allâh augmente la part de qui Il veut, parmi Ses serviteurs, ou la restreint. Si Allâh ne nous avait pas favorisés, Il nous aurait certainement fait engloutir. Ah! Il est vrai que ceux qui ne croient pas ne réussissent pas ! ». » [Sourate 28 – Versets 76 à 82].

 

Al Imâm Ismâ'îl Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur cet évènement :

 

« Al A'mash a dit en se référant à Al Minhâl Ibn 'Amrû In Sa'îd Ibn Jubayr qui se référait à Ibn 'Abbâs : « Qarûn était le cousin de Mûsâ. Ceci fut également l'opinion de Ibrâhîm An Nakâ°î, 'Abdu Llâh Ibn Al Harth Ibn Nawfal, Simâk Ibn Harb, Qatâdah et Mâlik Ibn Dinâr. »

 

Ibn Jurayj ajouta à cet égard : « Qarûn était le fils de Yas-har Ibn Qâhit tandis que Mûsâ était le fils de 'Imrân Ibn Qâhit. »

 

On rapporte qu'il était un hypocrite tout comme As Sâmirî. Sa grande richesse l'amena à faire preuve d'arrogance et d'injustice.

 

Allâh a mentionné son immense fortune qui était si considérable que les clés de ses trésors étaient portées par des hommes robustes. On rapporte aussi que ses trésors étaient portés par cent mules. Les sages de son peuple lui ont conseillé de ne pas faire preuve d'arrogance à l'égard des gens, mais il s'obstina dans son attitude en disant : « Je ne dois ce qui m'a été donné qu'au savoir que je possède ! » Certains prétendent que le sens de ce verset est qu'il connaissait l'alchimie ou qu'il avait la connaissance du Nom Suprême d'Allâh (Ismu Llâh Al A'zam), grâce auquel il aurait amassé tout son trésor. Mais ils se trompent dans leur jugement. Car en effet, l'alchimie n'influe jamais sur la réalité des choses et la connaissance du Ismu Llâh Al A'zam ne profite jamais à un mécréant. Or, Qarûn était intérieurement un mécréant et extérieurement un hypocrite.

 

Il sortit donc dans un grand faste, parmi ses serviteurs et ses gardes, habillé des plus beaux habits et paré des plus beaux bijoux. Lorsque ceux qui accordent trop d'importance à ce bas-monde le virent, ils émirent le souhait de posséder les mêmes richesses que lui. Mais, lorsque les savants ascètes qui avaient une juste connaissance des choses les entendirent, ils leur dirent : « Malheur à vous ! La récompense d'Allâh est meilleure pour celui qui croit et qui fait le bien ! »

 

Concernant les raisons de la mort de Qarûn, Ibn 'Abbâs et As Suddî ont rapporté que Qarûn avait donné de l'argent à une prostituée à condition qu'elle interpelle Mûsâ, lorsqu'il serait parmi ses disciples, et en lui disant : « Tu as fais ceci et cela avec moi. » Elle fit alors ce qu'il lui ordonna. Mûsâ se leva alors de son cercle d'enseignement, fit deux prosternations, puis fit jurer la prostituée de lui révéler les raisons de ses accusations. Elle lui fit l'aveu que Qarûn l'avait incitée à faire cela. Ensuite, elle demanda à Allâh de lui pardonner et elle se repentit à Lui. Mûsâ fit encore deux autres prosternations, puis il invoqua Allâh contre Qarûn. Allâh lui inspira alors : « J'ai ordonné à la terre de t'obéir dans ce que tu souhaites faire à Qarûn. » Mûsâ ordonna donc à la terre de l'engloutir, ce qu'elle fit.

 

Et Allâh est plus Savant. » [Al Bidâyah wa An Nihâyah].


Commenter cet article