at-tawhid.net

L'autorisation de la malédiction, de la calomnie, de l'insulte et de la diffamation des Ahl Us Sunnah et autres groupes non-imâmites par les shi'ites (Al Khomeynî)

17 Mars 2010, 17:10pm

Publié par at-tawhid.net


Al Ayatolah Khomeynî a dit en commentant une parole concernant le blâme de médire les non-shi'ites :

 

« En dehors de nous, ils ne sont pas nos frères, même s'ils sont Musulmans.

 

Ces récits jettent un éclairage sur le sens [du terme] « Muslim » que l'on trouve dans tous les autres [récits], quant au fait que l'interdiction de la médisance est spécifique au Musulman lié par des liens fraternels de l'Islâm et de foi (imân) avec l'autre. Et de cela apparaît alors le sens du propos sur les récits relatifs à cette interdiction.

 

Et la bonne position est que celui qui consulte ces récits ne doit pas douter de leur faiblesse à établir l'interdiction de les médire (les Sunnites). Plus encore, il ne doit pas douter que ce qui ressort clairement de l'ensemble de ces récits est spécifique à la médisance concernant le croyant, fidèle aux vrais Imâms (que La Paix soit sur eux).

 

En ajoutant que si nous supposions le caractére absolu de certains de ces récits et que nous écartions tous les [autres] récits qui limitent précisément leur caractère absolutiste, il n'y aurait (quand même) aucun doute possible sur leur non respect, en effet cela fait partie des requis (darura) du mahdh-hâb comme l'ont déclarés les Savants experts en la matière (al muqaqîn).

 

Celui qui consulte les nombreux récits dans les différentes rubriques de jurisprudence (fiqh) ne doutera aucunement de la licéité de s'en prendre à eux (les Ahl Us Sunnah) et de médire sur eux, plus encore, les Imâms Infaillibles ont multipliés les diffamations, les malédictions sur eux et ont rappelés leurs vices.

 

Ainsi Abû Hamzah rapporte qu'il a demandé à Abû Ja'far (que La Paix soit sur lui) : « Certains de nos compagnons calomnient et diffament leurs opposants (les non Imâmites). » Il répondit : « Il est préférable d'abandonner cela », et il poursuivit : « Ô Abû Hamzah [sache que] tous les gens sont des enfants de prostituées à l'exception de nos partisans […] ». Il en ressort de tout cela qu'il est permis de mentir à leur propos et de les diffamer mais le mieux est de s'en priver. »

 

Fin de citation.

 

Source : Makâsib Ul Muhâramât de l'Ayatolah Komeynî.

Commenter cet article