at-tawhid.net

L'importance de la Prière (Sa'îd An Nursî)

12 Mars 2010, 22:38pm

Publié par at-tawhid.net

Ash Shaykh Bâdi Uz Zamân Sa'îd An Nursî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dit :

 

« Si vous souhaitez réellement comprendre la valeur et l'importance de la Prière, le peu d'effort qu'elle requiert pour en retirer les bienfaits, et à quel point est insensé et même dangereux celui qui ne prie pas, alors méditez sur cette parabole :

 

Un grand gouverneur envoie deux de ses serviteurs pour vivre dans une très belle ferme située à deux mois de marche. Il donne à chacun 24 pièces d'or, ainsi que les ordres suivants : « Dépensez cette fortune pour les frais de transport et pour vos besoins durant le voyage et votre séjour là-bas. Il y a un arrêt à distance d'une journée de marche, où vous aurez accès à des voitures, des bateaux, des trains et des avions. Vous choisirez votre moyen de transport en fonction de ce qu'il vous reste d'argent. »

 

Après avoir reçu ces instructions, les deux serviteurs partent. Une fois arrivés à l'arrêt, chacun fait ses comptes. L'un d'eux est bienheureux car il n'a dépensé qu'une petite partie de la somme initiale. Son seigneur, content de voir que son serviteur a su gérer sa fortune, multiplie celle-ci par mille. Quant à l'autre serviteur, il est malheureux et sot d'avoir dépensé 23 de ses pièces d'or aux jeux de hasard et autres futilités. Il ne lui reste donc qu'une seule pièce. Son ami lui dit : « Dépense ceci pour le billet, sinon, tu devras faire ce long chemin à pied, souffrant de la faim et de la fatigue. D'ailleurs, n'oublie pas que notre maître est généreux, il se peut qu'il soit clément envers toi et te pardonne. Peut-être même que tu seras autorisé à monter dans l'avion et ainsi nous atteindrons notre lieu de destination en une journée. Autrement, il te faudra 2 mois pour traverser le désert à pied, dans la solitude et la faim. »

 

Eh bien ! Si cet homme s'obstinait dans sa voie et dépensait son unique pièce dans les vices dont le plaisir n'est que passager, au lieu de s'acheter le billet qui est la clé d'un trésor sans pareil, même la personne la plus dénuée d'intelligence comprendrait à quel point cet homme est stupide, mauvais et dangereux.

 

Voilà, ô homme qui ne prie pas ! Et toi, ô mon âme qui n'aime guère la Prière ! Écoute donc ceci ! Dans cette parabole, le gouverneur est Le Seigneur, notre Créateur. Quant aux deux voyageurs : le premier est un fervent croyant qui pratique la Prière avec ardeur, tandis que le second, insouciant, représente ceux qui ne prient pas. Les 24 pièces d'or symbolisent les 24 heures de chaque journée de notre vie. La merveilleuse ferme est en fait le Paradis, l'arrêt la tombe, et le voyage en question est le passage de la tombe à la vie éternelle. Ce long voyage est effectué en une durée de temps qui varie en fonction des actes de la personne et de la force de sa piété. Certaines personnes pieuses traversent comme des éclairs un chemin de mille années en une seule journée ; d'autres passeront cette journée à faire un voyage de cinquante mille années à une vitesse qui dépasse l'imagination. Le Saint Qur°ân fait allusion à cette vérité dans deux de ses versets.

 

Quant au billet, il représente la Prière. Une seule heure de votre journée suffit pour faire les 5 Prières obligatoires ainsi que les ablutions correspondantes. Donc, un homme qui passe les 23 heures des journées de sa courte vie pour les affaires de ce bas-monde sans en passer une seule pour l'Autre Monde, est manifestement perdant, tyrannisant son âme à cause de sa sottise. On peut arriver à comprendre l'homme qui dépense la moitié de sa fortune à la loterie, même si ses chances de gagner ne sont que de une sur mille. Mais comment comprendre celui qui refuse de dépenser une seule de ses vingt-quatre pièces d'or pour un trésor éternel qu'il a 99 % de chances de gagner ?! Toute personne se disant raisonnable comprendrait à quel point cet homme s'est éloigné du bon sens, de l'intelligence et de la sagesse.

 

Et pourtant, la Prière apporte la paix et la sérénité de l'âme, du cœur et de l'esprit. D'ailleurs, elle ne demande que très peu d'effort physique. De plus, toutes les actions et le comportement de celui qui prie - moyennant sa bonne intention - équivalent à des actes d'adoration. Ainsi, il passe sa courte vie ici-bas en vue d'un au-delà éternel. Par conséquent, sa vie éphémère gagne en quelque sorte un souffle d'éternité. »

 

Fin de citation.

Source : Risâlat Un Nûr du Shaykh Sa'îd Nursî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).


Commenter cet article