at-tawhid.net

La jurisprudence à suivre concernant celui qui meurt en pleine mer (Ibn Juzayy Al Kalbî Al Gharanâtî et Ahmad Ibn Hanbal)

5 Mai 2012, 05:15am

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Abû 'Abdi Llâh Ibn Juzayy Al Kalbî Al Gharanâtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :  « Celui qui meurt en mer doit être lavé, mis dans un linceul et on se doit de prier sur lui. Il faut attendre l'arrivée à terre afin de l'enterrer si on pense que celle-ci est proche et que l'on ne craint pas que le corps du défunt se détériore. Si la terre ferme est loin ou que l'ont craint que le corps du défunt dépérisse, on l'attachera alors solidement à son linceul et on le mettra à l'eau sur son côté droit et en faisant en sorte qu'il fasse face à la qiblah. On peut également lester le corps avec des pierres ou d'autres choses similaires. » [Qawânin Ul Fiqhiyyah].

 

Et Al Imâm Muwaffaq Ud Dîn Ibn Qudâmah (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta également un avis intéressant de l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (qu'Allâh lui fasse miséricorde) qui a dit : « A moins de craindre que le cadavre se détériore, on attendra un ou deux jours dans l'espoir de pouvoir trouver un endroit où l'enterrer sur la terre ferme. Et si l'on ne trouverais pas de lieu [terrestre] pour l'enterrer, on procédera alors à son lavage mortuaire, on le mettra dans un linceul, on le parfumera, on fera la prière mortuaire à son égard, puis on l'attachera à un objet lourd et on le jettera à la mer. » [Al Mughnî].


Commenter cet article