at-tawhid.net

La madéfaction des chaussures - al mash 'ala al khuffayn (Al Manûfî et Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî)

3 Février 2012, 12:30pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Abul Hasan Al Manûfî Ash Shâdhilî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« La madéfaction des chaussures (al mas-h 'alâ al kuffayn) requiert huit conditions, à savoir :

 

1) La chaussure doit être en cuir. On ne procède donc pas à la madéfaction sur une chaussure confectionnée d'une autre texture, comme le tissu ou autres matières similaires, lorsqu'elle est confectionnée sous forme de chaussons, à l'exception des chaussettes qui ont la forme de chaussons et dont le haut est fait en lin ou avec une texture similaire, et le bas en cuir cousu.


2) La chaussure doit être pure. On ne procède donc pas à la madéfaction par dessus une chaussure impure faite par exemple en cuir de porc ou bien en cuir d'un animal légalement consommable mais non égorgé rituellement, ou bien d'une bête égorgée mais dont la chair n'est pas légalement consommable, quand bien même ce cuir serait tanné.


3) La chaussure doit être cousue. On ne peut donc procéder à la madéfaction sur une chaussure dont les parties sont liées pas des lacets ou autres choses similaires.

 

4) La chaussure doit couvrir totalement l'endroit du lavage obligatoire, et non partiellement, car dans ce dernier cas, la madéfaction sur la chaussure ne sera pas valide. Il en va de même lorsque la chaussure comprend un trou équivalent au tiers du pied.

 

5) La chaussure doit permettre de marcher normalement. On ne peut pratiquer la madéfaction sur une chaussure qui serait si large qu'on ne pourrait marcher normalement si on la chaussait.

 

6) On doit l'avoir chaussé en état de pureté rituelle car il n'est pas permis de procéder à la madéfaction si on l'a chaussé en état d'impureté rituelle. Il est nécessaire que cette purification soit faite avec de l'eau car si on fait le tayammum puis que l'on met les chaussures, il ne sera pas valide de procéder à la madéfaction. Précisons que la purification doit être complète. Ainsi, si on lave un pied et qu'on le met directement dans la chaussure avant d'avoir lavé l'autre, et tout autre cas similaire, la madéfaction sur les chaussures ne sera pas valide.

 

7) On ne doit pas être en infraction en portant ces chaussures, comme par exemple lorsqu'on est en état de consécration (al ihrâm) [lors du Hajj, car il est interdit de porter des chaussures cousues lors du Hajj], à moins d'être contraint de les porter ; ou bien alors dans le cas où on les porterait pour un voyage alors qu'on pèche [à travers ce voyage] ou que l'on est un fugitif. La madéfaction sur les chaussures sera invalide dans un tel cas.

 

8) On ne doit pas avoir mis ces chaussures par simple recherche de confort (préciosité). Ainsi, il n'est pas valide de procéder à la madéfaction des chaussures qu'on aura chaussées pour dormir ou d'autres raisons similaires.

 

Si ces conditions sont réunies, la madéfaction sera alors autorisée. Sa pratique ne dépendra pas d'une durée déterminée. On n'est ainsi pas tenu d'enlever les chaussures, sauf si on se trouve en état d'impureté rituelle majeure (al janâbah), quand un grand trou se forme sur les chaussures ou bien si on retire le pied de la tige de la chaussure, totalement ou en grande partie. » [Muqaddimat Ul 'Izziyyah].

 

Et Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également :

 

« Le fidèle peut passer ses mains mouillées sur les chaussures aussi bien lorsqu'il se trouve dans son lieu de résidence que lorsqu'il est en voyage, tant qu'il ne les ôte pas s'il y avait introduit les pieds après l'accomplissement d'ablutions permettant de faire la prière. C'est uniquement à travers ces conditions qu'il pourra pratiquer la madéfaction des chaussures au cours de l'ablution mineure après la survenance d'une souillure [rendant la pratique de l'ablution obligatoire si l'on souhaite recouvrer un état de pureté rituel] (al hadath).

 

La madéfaction des chaussures se pratique comme suit : on placera la main droite sur une chaussure au niveau du bout des orteils, et la main gauche en dessous [des orteils], puis on les fera glisser jusqu'au niveau des chevilles. On fera de même pour la gauche, mais en plaçant la main gauche sur la chaussure et la main droite en dessous. Si de la boue ou du crottin se trouvent en dessous des chaussures, on les essuiera qu'après avoir enlevé cela par essuyage [pour la boue] ou lavage [pour le crottin].

 

En ce qui concerne la madéfaction du dessous des chaussures, un avis a également été émis disant qu'on devait commencer par les chevilles puis aller jusqu'au bout des orteils, ceci afin qu'un éventuel excrément sec [présent sur le dessous de la chaussure], humidifié par le passage de la main [mouillée], soit transporté jusqu'au talon de la chaussure. Si de la boue se trouve sous la chaussure, on ne procédera à la madéfaction qu'après l'avoir enlevée. » [Ar Risâlah].

 

Wa Llâhu a'lam.


Commenter cet article