at-tawhid.net

« La parole « Lâ ilâha illa Llâh » est Ma forteresse, et celui qui pénètre dans Ma forteresse est protégé contre Ma colère » (Ahmad Al Ghazâlî)

6 Mars 2010, 11:11am

Publié par at-tawhid.net

 

Sayyidunâ 'Alî (qu'Allâh l'agrée) a rapporté que le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit :

 

« Jibrîl (que La Paix soit sur lui) m'a rapporté que Le Seigneur de la Majesté (qu'Il soit glorifié et exalté) a dit : « La parole « Lâ ilâha illa Llâh » est Ma forteresse, et celui qui pénètre dans Ma forteresse est protégé contre Ma colère. ». »

 

Al Imâm Ahmad Al Ghazâlî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) commenta ce hadîth en ces termes :

 

« La parole « Lâ ilâha illa Llâh » constitue la grande forteresse. Elle incarne la science du tawhîd. Celui qui se protège dans Sa forteresse (qui est celle d'Allâh) gagne le bonheur perpétuel et la félicité éternelle, et celui qui ne s'y abrite pas récolte le malheur perpétuel et le châtiment éternel. Tant que cette invocation ne devient pas une enceinte qui entoure la circonférence de son cœur, que son esprit ne constitue pas le point central de cette circonférence et que son pouvoir n'est pas le gardien qui contraint son âme charnelle (an nafs), sa passion et son démon, et ne les empêchent pas de pénétrer jusqu'à ce lieu, il est à l'extérieur de l'enceinte et le fait de la répéter machinalement ne pèse pas le poids d'un atome et ne vaut même pas l'aile d'un insecte.

 

Aussi, regarde quelle est ta part de cette formule. Si ta part est constituée de son esprit et de sa substance spirituelle, sache que « Allâh a inscrit la foi dans leurs cœurs et les a fortifiés par un Esprit émanant de Lui. » [Sûrah 58 – Âyah 22]. Car ceci est la part du seigneur (sayyid) des créatures Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) ainsi que celle de plus de 120 000 Prophètes, tu auras alors gagné les trésors des deux mondes et le bonheur des deux demeures, et tu seras également inscrit dans la liste des Saints et parmi ceux de la cohorte du monde de la générosité ('alam ul fadl) [1] ; « Ils sont au nombre de ceux qu'Allâh a comblé de bienfaits, avec les Prophètes, les Justes, les Martyres et les Saints : quelle belle assemblée ! Ceci est une grâce venue d'Allâh, et Allâh suffit comme Parfait Connaisseur. » [Sûrah 4 – Âyât 69 & 70]. Si ta part n'est qu'un simple verbiage, [alors sache que] « Les bédouins disent : « Nous croyons ! » Dis : « En vérité, vous ne croyez pas. ». » [Sûrah 49 – Âyah 14], et sache que cela est la part du chef de file des hypocrites 'Abdu Llâh Ibn Ubay Ibn Salul, ainsi que celle de 100 000 hypocrites : « Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : « Nous attestons que tu es le Prophète d'Allâh ! » Allâh sait pertinemment que tu es Son Prophète, et Allâh atteste que les hypocrites sont des menteurs. » [Sûrah 63 – Âyah 1], dans un tel cas, tu sera alors compté parmi ceux qui ont perdu ce bas-monde et la vie future. Cette perte est irrémédiable, et tu sera inscrit dans la liste des ennemis qui font partie de la station de la rigueur ('alam ul adl) [2] et de la justice : « Les hypocrites résideront au fond de l'abîme de l'enfer. » [Sûrah 4 – Âyah 45].

 

La parole « Lâ ilâha illa Llâh » est assurément une forteresse, mais ils l'ont encerclé avec la catapulte de la négation, l'ont bombardée avec des pierres dévastatrices, et se sont rassemblés pour la démolir avec les pioches de l'affliction et de l'hypocrisie. Les ennemis l'a envahit, détruisant ainsi les marques de cette enceinte, effaçant ses traces et troublant la demeure du Roi (Allâh) et la cible de Son regard. Il les priva alors du sens en les abandonnant avec la forme, [cependant un hadîth dit] « Allâh ne regarde pas vos apparences, mais Il regarde votre cœur. » Privés de la signification réelle de la parole « Lâ ilâha illa Llâh », il ne reste avec eux que le clappement de la langue et le cliquetis des sous, ce qui constitue l'évocation phonétique de la forteresse, mais non sa signification. Ainsi, de même que l'évocation du feu ne brûle pas, que l'évocation de l'eau ne noie pas, que l'évocation d'une nouvelle ne rassasie pas et que l'évocation d'une épée ne tranche pas, de même l'évocation de l'enceinte ne protège pas.

 

En vérité, ce type de propos sont semblables aux tergiversations et aux on-dit. Jamais la langue d'aucun homme n'a été brûlé en prononçant le mot « feu », ni personne ne s'est enrichi en disant « mille dinars ». Les mots sont l'écorce, et la signification leur substance, les mots sont les coquilles et le sens en est la perle.

 

Que fais-tu de l'écorce en l'absence de la substance ? Que fais-tu de la coquille en l'absence de la perle. Cette parole qu'est « Lâ ilâha illa Llâh » couplée à sa signification s'apparente à l'esprit par rapport au corps. Ainsi, de la même manière que le corps n'est pas utile sans l'esprit, cette invocation n'est pas utile sans sa signification. » [At Tajrîd fî Kalimat It Tawhîd ].

 

Fin de citation de l'Imâm Ahmad Al Ghazâlî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans son At Tajrîd fî Kalimat It Tawhîd.

 

Notes :

 

[1] C'est une station spirituelle. Les savants de la spiritualité avaient pour habitude de décrire les différents états spirituels du croyant et les étapes qu'il traversait en parlant de « station » ou de « degré ». On dit que Al 'Alam Ul Fadl est le degré atteint dans lequel le croyant commence à d'avantage s'appuyer sur la générosité d'Allâh (qu'Il soit exalté), à Lui faire confiance et s'en remettre d'avantage à Lui, plutôt que de compter sur ses propres capacités ou celles des autres créatures.

 

[2] C'est-à-dire qu'il sera parmi les êtres qui subiront le châtiment d'Allâh et les grandes épreuves qu'amènent le délaissement de « Lâ ilâha illa Llâh ». C'est une station contraire à celle des faveurs et de la générosité Divine.

 

Al Muwahhidûn.

Commenter cet article