grand2noir

jurisprudence

tafsir

hadiths

spiritualité

refu

apprentissage

biogr

invo

santé

conversion

biblio

liens

Recherche / Búsqueda

Versión en español

drapeau espagnol

at-tawhid.net sur facebook

facebook_logo1.gif

Samedi 2 juillet 2011 6 02 /07 /Juil /2011 12:31

 

Al Hâfiz Ibn 'Abd Il Barr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) fut un grand spécialiste du hadîth affilié à l'école malikite et originaire d'Andalousie. Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui : « Son nom est Yûsuf Ibn 'Abdi Llâh Ibn Muhammad Ibn 'Abd Il Barr An Numayrî. Le Hâfiz, le Shaykh des savants d'Al Andalus, l'un de ses grands savants du hadîth en son temps, et un de ceux qui avait la meilleure mémorisation de la Sunnah. » [1] 

 

Si nous allons ici parler de sa croyance, c'est parce que malgré son statut de grand spécialiste du hadîth et de juriste malikite, sa croyance fut parfois sujette à certaines interrogations suite à l'une des ses paroles concernant l'Istiwâ° d'Allâh, et il fut même accusé d'anthropomorphisme par certains à cause de cela. C'est ainsi que l'Imâm des Hufâz de son temps, Zayn Ud Dîn Al 'Irâqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde), a dit le concernant : « Il est l'un de ceux qui ont attribué la direction à Allâh, il faut donc se méfier de lui [dans le domaine de la croyance]. » [2] Et comme le mentionna Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî à travers l'une des fatwa du Muftî Ibn Jahbal Al Kilâbî, Al Imâm Abul Walîd Al Bâjî réfuta catégoriquement dans un de ces livres les propos ambigus de Ibn 'Abd Il Barr à propos de l'Istawâ°. [3]

 

Ceci dit, si Al Hâfiz Ibn 'Abd Il Barr tint des propos dont la forme apparente attribuait le lieu et la direction à Allâh concernant sa vision de l'Istiwâ°, ces mêmes propos pourraient être compris d'une autre manière le dédouanant de l'anthropomorphisme dont il est accusé. De plus, il tint à de maintes reprises des propos conformes à ceux des Ahl Us Sunnah, exemptant Allâh (qu'Il soit exalté) de toute ressemblance à l'égard de Ses créatures et exaltant ainsi Sa Noble Essence, et ceci constitue d'ailleurs la totalité de ses propos si l'on écarte ceux concernant l'Istiwâ°.

Voyons à cet effet ce que le Shaykh Al Azharî (qu'Allâh le bénisse) a dit dans saRéfutation de Ibn Khuwayz Mindâd au chapitre intitulé « L'Innocence du Hashw (littéralisme anthropomorphique) de Ibn 'Abd Il Barr » :

 
«Peut-être que les hashwiyyah s'apaisent par rapport à certains propos de Ibn 'Abd Il Barr dans l'explication du hadîth de la descente, dans son livre At Tamhîd, et peut-être qu'ils se reposent sur ce qu’ont dit certaines critiques à son encontre parmi les Imâms partisans de l'exaltation d'Allâh (at tanzîh), comme l'Imâm Ibn Al Jawzî qui a été assez dur envers lui dans son livre Sayd Ul Khâtir, où il a dit :

« Et je me suis étonné d'un homme Andalous nommé Ibn 'Abd Il Barr. Il a écrit le livre intitulé « At Tamhîd », y a mentionné le hadîth sur la descente [d'Allâh] au ciel de notre monde , et a ensuite dit : « Ceci prouve qu'Allâh est sur le Trône, car sans ça, Sa Parole « Il descend » n'aurait pas de sens. »

Ce sont là les paroles d'un ignorant d'Allâh (qu'Il soit exalté), parce qu'il s'est basé sur ce qu'il connaît de son monde physique comme descente des corps et en a alors fait l'analogie avec l'Attribut d'Allâh. Où sont ces hashwiyyah ?! Ils ont prononcé les pires choses que peuvent dire les gens qui interprètent les textes (ahl ut ta°wîl), puis ils vont ensuite critiquer les Mutakallimîn... »

Je dis : ceci ne veut rien dire après analyse car Ibn 'Abd Il Barr ne voulait pas exprimer une descente au sens physique du terme; car ce sens physique compris de ses paroles est repoussé par d'autres paroles de lui qui sont bien plus claires, et voici pour toi un échantillon de ses paroles qui t'éclaireront sur la méthodologie de Ibn 'Abd Il Barr, globalement et non en détail.

Ce qu'on va voir ici ne veut pas dire qu'il n'y a pas des choses sur lesquelles il soit critiquable, car personne parmi les gens de science n'a été à l'abri des paroles ou des critiques d'un autre à son encontre.

Voici ce qui repousse l'accusation de littéralisme anthropomorphique à l'encontre de Ibn 'Abd Il Barrà travers quelques extraits de ses paroles :

 

Dans son livre Al Istidhkâr (5/213), au chapitre concernant ce qui a été dit sur la prière de la nuit, lorsqu'il commenta le hadîth du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) qui dit : « Allâh ne Se lasse pas jusqu'à ce que vous vous lassiez » il a dit (qu'Allâh lui fasse miséricorde) : « Cela veut dire que celui qui se lasse et arrête d'œuvrer, la rétribution cesse alors à son encontre. Et il est connu qu'Allâh ne Se Lasse pas, que les gens se lassent ou pas, et que la lassitude ne peut Le concerner vis-à-vis de quoi que ce soit (qu'Il soit exempté de cela et exalté par une immense exaltation !), mais l'expression du hadîth est venue selon ce qui est habituel dans la langue des Arabes, car quand ils mettent un terme en face d'un autre terme, en réponse ou en récompense à ce terme, ils le mentionnent par le même terme, même s'il diffère de lui dans le sens. [4] »

Ici, son interprétation est correcte et conforme aux paroles du jumhur (l'ensemble des savants) et divergent avec les propos des hashwiyyah.

Il a dit aussi (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans son livre At Tamhîd (7/144) en réponse à ceux qui ont interprété le hadîth de la descente comme étant la descente de L'Essence [d'Allâh] : « Ceci (le fait de dire que c'est L'Essence d'Allâh qui descend) n'a aucune valeur chez les gens sensés parmi les Ahl Us Sunnah, car ceci est une modalité et eux (les Sunnites) sont horrifiés par rapport à cette idée. »


Son rejet de lier la descente à L'Essence est également en accord avec l'avis de l'ensemble des savants (al jumhur) et divergent avec l'avis des hashwiyyah.

 

Et il a dit aussi dans son livre Al Istidhkâr (2/530) ce qui suit : « Et un groupe affilié aux Sunnites a dit : « Il Descend par Son Essence (bi Dhâtihi) » Or ceci est un avis délaissé, car L'Exalté n'est pas sujet aux mouvements et rien des caractéristiques des créatures ne se trouve en Lui. »

Ceci est une exaltation d'Allâh (qu'Il soit exalté) de l'inhérence (al hulul) des accidents dans L'Essence de la part de Ibn 'Abd Il Barr, un accord avec un grand principe parmi les principes des Ahl Us Sunnah, ainsi qu'une divergence avec les principes des hashwiyyah.

Il a mentionné dans At Tamhîd (7/143) le récit de l'Imam Mâlik disant « que ce qui descend est Son Ordre et Sa Miséricorde » sans toutefois exclure ce récit ni d'un point de vue de chaîne de transmission (as sanad) ni d'un point de vue de sens (al matn). D'ailleurs, il l'a présenté en disant ensuite : « Et des gens parmi les Muhaddithîn (Ahl Ul Athar) ont dit aussi que Son Ordre descend et Sa Miséricorde descend. »

Puis il a cité la chaîne de transmission de ce récit remontant jusqu'à Mâlik...et a commenté le récit en disant : « Et il est possible que ça soit comme l'a dit Mâlik (qu'Allâh lui fasse miséricorde), à savoir que ce qui descend est Sa Miséricorde et Son Décret, accompagnés du pardon et de l'acceptation [des invocations], et que ceci ait lieu plus à ce moment là qu'a d'autres moments. Et Allâh est plus Savant. »

Il est donc clair qu'il autorise cette interprétation.

 

Il a dit aussi dans At Tamhîd (7/137) : « Sa venue n'est ni un mouvement ni une disparition, ni un déplacement, car tout ceci n'est valable que si celui qui vient est un corps ou une substance, or comme il a été établi qu'Il n'est ni un corps ni une substance alors il s'en suit que Sa venue ne doit pas être comprise comme un mouvement, ni un déplacement. Et si tu médites cela en prenant en compte les expressions tel que : « l'heure d'untel est venue », ou « la mort est venue à lui », ou encore « la maladie est venue à lui » et ainsi de suite concernant ce qui existe et qui arrive à l'homme sans qu'il n'y ai pour autant de venue au sens propre du terme, alors tu comprendras tout cela. Et c'est d'Allâh que vient la préservation et la réussite. »

Ici, Ibn 'Abd Il Barr utilise les terminologies des Mutakallimîn comme la mention de la substance, de l'accident et du corps ainsi que leur négation au sujet d'Allâh, tout comme il a nié le mouvement et le déplacement, et totu ceci est conforme à l'avis prépondérant et divergent clairement des paroles des hashwiyyah.

Et il a dit (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans Al Istidhkâr (8/596) : « Mi'âmar a rapporté d'après Ayyûb, d'après Al Qâsim Ibn Muhammad, d'après Abû Hurayrah qui a dit : « Certes, Allâh accepte l'aumône si elle est provient du halâl et la prend de Sa Droite. » Concernant sa parole « de Sa Droite », ceci est une métaphore (majaz) et une parole éloquente exprimant l'acceptation de l'aumône par Allâh, et le sens de sa prise par Allâh est son acceptation par Allâh, et rien ne Lui ressemble, rien n'est tel que Lui, et Il est L'Audient Le Savant. »

Puisque la méthodologie de Ibn 'Abd Il Barr a désormais été clarifiée, il paraît donc évident que les hashwiyyah ne peuvent s'appuyer sur Ibn 'Abd Il Barr dans ce qu'ils ont imaginé à son sujet. Et cette imagination n'est pas conforme avec ses propres paroles, ni dans la globalité, ni en détail. » [5]

 

Fin de citation.

 

Ô Allâh ! Restaure l'honneur du Hâfiz Ibn 'Abd Il Barr et permet-nous de nous concentrer sur la vérité qu'il a transmise par Ta Grâce, et pardonne nos erreurs et fait nous miséricorde ici-bas comme dans l'au-delà, et préserve-nous de Ta colère et de Ton châtiment. Allâhumma âmîn. 

 

Notes :

 

[1] Tartîb Ul Madârik du Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî.  

 

[2] Voir le Tahr Ut Tathrib.

 

[3] Voir le Tabaqât Ush Shâfi'iyyah Al Kubrâ du l'Imâm Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî.

 

[4] Note du traducteur de ce texte (Razes10) : Cela veut dire que les Arabes utilisent parfois le même terme dans la même phrase pour les besoins de l'éloquence sans que ce même terme utilisé ait pour autant le même sens. Ici, dans le hadîth cité, le mot « malal - lassitude » est utilisé deux fois dans la même phrases, mais pas dans le même sens : le premier terme « mala » est utilisé au sens réel pour les humains, et le second est utilisé au sens métaphorique (majaz) qui sied à la Magnificence d'Allâh. Nous voyons ici la différence entre les wahhabites qui attribuent à Allâh la " lassitude " et l'Imâm Ibn 'Abd Il Barr qui exalte Allâh de cela, et ainsi on voit qu'il a la même position que l'ensemble des Sunnites, et que les wahhabites sont vraiment marginaux en attribuant à Allâh de tels attributs d'imperfection ! Oseront-ils qualifier l'Imâm Ibn 'Abd Il Barr de négateur (mu'âtil) comme ils le font avec les autres Ash'arites pour avoir fait le ta°wîl de la lassitude dans ce hadîth ?!

 

[5] Tiré deتفنيد الإعتداد بغرائب بن خويز du Shaykh Al Azharî. Ouvrage traduit en français au lien suivant sous l'intitulé Réponse Ultime Démontrant l'Ash'arisme des Mâlikites de Façon Sublime: http://www.aslama.com/forums/showthread.php/34020-R%C3%A9futation-de-la-parole-d-Ibn-Khouwayz

 

Al Muwahhidûn.

Par at-tawhid.net - Publié dans : Défense du Sunnisme et réfutation des sectes
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés