at-tawhid.net

Le corps d'un défunt - musulman ou non - n'est pas impur (Al Âbî Al Azharî et An Nawawî)

15 Mai 2012, 17:00pm

Publié par at-tawhid.net

Ash Shaykh Sâlih Al Âbî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Le cadavre humain est pur »  [Sharh Muqaddimat Ul 'Izziyyah].

 

Ceci est basé sur ce que l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) d'après Sayyidunâ Abû Hurayrah et Sayyidunâ Hudhayfah Ibn Al Yamân (qu'Allâh les agrée tous les deux) et qui a dit : « Le musulman ne devient jamais impur. »

 

Et l'Imâm Shâfi'ite Muhyi Ddîn Yahyâ An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :  « Quant au musulman mort, la qualification juridique de son cadavre fait l'objet d'une divergence d'avis entre les savants. Ash Shâfi'î a deux avis sur la question dont le plus authentique stipule que son cadavre est pur. Et c'est d'ailleurs pourquoi il est prescrit de lui faire son lavage funéraire [car on ne lave pas une souillure mais on s'en débarrasse, et tel n'est pas le cas avec le cadavre du musulman]. De plus, il est pur en vertu du hadîth du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) qui dit :  « Le musulman ne devient jamais impur. » Et Al Bukhârî rapporta dans son Sahîh que Ibn 'Abbâs a dit : « Le musulman n'est jamais intrinsèquement impur, ni de son vivant, ni une fois mort. » Telle est donc la qualification juridique du corps du musulman. Par ailleurs, la qualification juridique en matière de pureté ou de souillure du non-musulman est exactement la même que celle du musulman. Ceci est notre opinion ainsi que l'opinion de la quasi-totalité des savants du Salaf et du Khalaf. Ceci dit, précisons que dans le verset où Allâh (qu'Il soit exalté) dit : « Les polythéistes ne sont qu'impureté [...] » [Sourate 9 - Verset 28], le terme impureté désigne la souillure du dogme et la répugnance de leur croyance, et non pas que leur corps sont impurs à l'instar de l'impureté de l'urine ou des excréments. » [Al Minhâj].


Commenter cet article