at-tawhid.net

Le hadîth égare ceux qui sont dénués de science dans le fiqh (Ibn 'Uyaynah, Ibn Wahb, Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî...)

3 Avril 2012, 13:54pm

Publié par at-tawhid.net

Force est de constater qu'à notre époque, un nombre considérable d'ignorants pensent pouvoir prendre leur fiqh directement à partir des ahâdîth et conforment ainsi leurs adorations selon leurs lectures personnelles du Sahîh Al Bukhârî, du Sahîh Muslim ou encore du Riyâd Us Sâlihîn. Tout ceci n'est qu'une aberration et un égarement manifeste, ainsi qu'un total irrespect de l'Islâm...

 

Allâh (qu'Il soit exalté) n'a-t-il pourtant pas dit : « Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas ! » [Sourate 16 – Verset 43].

 

Le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) n'a-t-il pas dit : « Celui à qui Allâh prédestine le bien, Il fait qu'il approfondit sa science de la religion, la science ne vient que par l'apprentissage et la science des lois par la transmission orale des sciences des lois. » [Al Bukhârî] ? 

 

C'est pourquoi l'Imâm Mujtahid Sufyân Ibn 'Uyaynah (qu'Allâh lui fasse miséricorde), qui avait fondé son propre Madh-hab, a dit : « Le hadîth est un gouffre sauf pour les juristes (al fuqahâ). » [Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî – Al Jâmi' Fî As Sunan].

 

Al Imâm Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) commenta ces propos en disant : « Il entend par là toute personne autre qu'un juriste qui prendrait les textes dans leur sens apparent alors qu'en fait ils doivent être interprétés à la lumière d'un autre hadîth ou d'une autre preuve qui lui reste inconnue ; et il pourrait également s'agir d'une preuve annulée à cause d'une autre l'abrogeant. Et personne ne détient la responsabilité du savoir mise à part ceux qui ont approfondi leur apprentissage et obtenu la science du fiqh. » [Al Jâmi' Fî As Sunan].

 

Et l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Wahb (qu'Allâh lui fasse miséricorde), l'un des disciples de l'Imâm Mâlik (qu'Allâh lui fasse miséricorde), a dit : « Le hadîth est un gouffre hormis pour les savants. Toute personne mémorisant le hadîth n'ayant pas un imâm en fiqh est un égaré, et si Allâh ne nous avait pas secourus par Mâlik et Al Layth, nous aurions tous été des égarés. » [Ibn 'Abd Il Barr – Al Intiqâ°].

 

Et l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Wahb (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a aussi témoigné sur son cas personnel en disant : « Sans Mâlik Ibn Anas et Al Layth Ibn Sa'd j'aurais péri. J'ai toujours cru que tout ce qui était [authentiquement] rapporté comme venant du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) devait être mis en pratique. » [Ibn Rajab Al Hanbalî – Sharhu 'Ilal At Tirmidhî].

 

Telle est la vérité. Il faut apprendre auprès des savants qui eux détiennent les connaissances des preuves légitimant les avis de leurs écoles juridiques respectives afin d'être dans la guidée et d'avoir une pratique conforme au Qur°ân et à la Sunnah. Car assurément, chaque Madh-hab possède sa preuve textuelle pour chaque avis juridique émis. Et que vaut notre propre réflexion sur un verset ou un hadîth face aux réflexions faites par des milliers de savants à travers les siècles ?!

 

Et Al Imâm Abû Is-hâq Ash Shâtibî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « La fatwâ du Muftî est vis-à-vis de la masse des musulmans semblable à l’argument (ad dalîl) vis-à-vis du Mujtahid. » [Al Muwâfaqât].

 

Et Allâh dit : « La vérité  est venue et l'erreur a disparu, car l'erreur est destinée à disparaître ! » [Sourate 17 – Verset 81].

 

Wa-l-hamdu li Llâhi Rabbi-l-âlamîn.

 

Commenter cet article