at-tawhid.net

Le moment où l'appel à la prière (adhân) peut être effectué (Khalîl Ibn Ishâq, Al Manûfî et Ibn Rushd Al Hafîd)

14 Février 2013, 23:47pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Khalîl Ibn Ishâq Al Jundî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « L'appel à la prière (al adhân) ne doit pas être effectué avant l'arrivée du temps de la prière en question, excepté dans le cas de la prière du matin (salât us subh), dont l'appel peut être formulé au début du dernier sixième de la nuit. » [Al Mukhtasar].

 

Al Imâm Abu-l-Hasan Al Manûfî Ash Shâdhilî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Il est interdit de formuler l'appel à l'une des cinq prières obligatoires avant le début de leurs temps d'accomplissements, y compris pour celle du vendredi, excepté pour le cas de la prière du subh, où il est recommandé de le formuler lors du dernier sixième de la nuit, avant l'arrivée de la pointe de l'aurore, et de le formuler à nouveau au moment de l'arrivée du début de son temps d'accomplissement. » [Muqaddimat Ul 'Izziyyah].

 

Et Al Qâdî Abu-l-Walîd Ibn Rushd Al Hafîd Al Qurtubî (qu'Allâh lui accorde Son pardon) précisa :

 

« Les juristes sont unanimes concernant le fait que l'appel à la prière ne doit pas être effectué avant l'arrivée du temps de la prière en question, excepté dans le cas de la prière du matin où ils divergent. Mâlik et Ash Shâfi'î sont d'avis qu'il est permis de célébrer l'appel à la prière avant l'arrivée de l'aube (al fajr), tandis que Abû Hanîfah l'interdit. Un groupe de juristes affirme que si l'appel à la prière a été effectué avant l'aube, un autre appel à la prière doit être effectué après l'aube, car l'obligation, selon leur point de vue, est de faire l'appel à la prière après l'aube. [Le zâhirite] Abû Muhammad Ibn Hazm a dit quant à lui que l'appel à la prière doit être effectué avant l'entrée en vigueur du temps [de la prière], mais si l'appel est fait légèrement avant l'entrée en vigueur du temps de la prière, cela est alors permis si l'intervalle de temps est bel et bien concis, à peine suffisant pour que le premier mu°adhdhin descende [du minaret] et que le second monte.

 

La raison de cette divergence se trouve dans le fait qu'il y a deux ahâdîth contradictoires sur ce sujet. Le premier est un hadîth authentique et largement répandu (sahîh al mutawâtir) où le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit : « Bilâl prononce l'appel à la prière la nuit. Donc, mangez et buvez jusqu'à l'appel à la prière de Ibn Umm Maktûm. » Ibn Umm Maktûm était un aveugle qui ne faisait l'adhân que lorsqu'on lui disait que le jour s'était levé. Le second hadîth est rapporté par Ibn 'Umar qui a dit que « Bilâl avait fait l'appel avant l'aube. Suite à cela, le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) lui demanda de revenir sur ses pas et de proclamer : « Le serviteur d'Allâh a dormi ! ». » [1] Le hadîth des juristes du Hijâz est plus authentique [2], tandis que le hadîth des Kûfites a été rapporté par Abû Dâwud et classé authentique par de nombreux spécialistes du hadîth. Les juristes décidèrent ainsi d'aborder ces deux ahâdîth en adoptant soit la méthode de réconciliation, soit la méthode de préférence.

 

Ceux qui pratiquèrent la méthode de préférence furent les juristes du Hijâz ; ils affirmèrent que le [premier hadîth] sur Bilâl est plus authentique et que s'appuyer dessus était plus cohérent.

 

Quant aux juristes Kûfites, ils pratiquèrent la méthode de réconciliation. Il affirmèrent qu'il fut possible que l'appel à la prière fut proclamé par Bilâl à un moment qui fut pris par erreur pour la période de l'aube, étant donné que sa vue était trouble [à cause de sa fatigue], tandis que l'appel à la prière fut proclamé par Ibn Umm Maktûm lorsque la période de l'aube arriva avec certitude. Ceci est soutenu par ce qui a été rapporté de 'Âïshah qui a dit : « L'intervalle de temps entre leurs appels à la prière était une période suffisante pour que le premier descende et que le second monte. »

 

Ceux qui concilient les deux, c'est-à-dire de pouvoir faire l'appel à la prière avant et après l'aube, le font sur la base de ce qu'implique avec évidence ce qui est rapporté à propos de la prière du matin, je veux dire par là que du temps du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui), deux appels à la prière étaient proclamés par deux mu°adhdhîn, à savoir Bilâl et Ibn Umm Maktûm (ce qui implique donc avec évidence que l'appel à la prière se faisait avant et après l'apparition de l'aube). » [Bidâyat Ul Mujtahid Wa Nihâyat Il Muqtasid]. 

 

Notes :

 

[1] Al Hâfiz Ahmad Ibn Hajar Al 'Asqalânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur cela : « C'est-à-dire que le sommeil a empêché les yeux de Bilâl de voir l'aube. » [Fath Ul Bârî Bi Sharh Sahîh Al Bukhârî]. Telle est la raison pour laquelle le Prophète a demandé à Sayyidunâ Bilâl de dire cela, ceci afin que les gens comprennent que ce n'était pas encore l'heure de l'arrivée de l'aube, ou bien de son arrivée imminente selon la compréhension que certains savants ont de ce hadîth, et que c'était à cause du fait que ses yeux l'ont trompé du fait de son état de fatigue. Ceci permit à la fois aux gens de comprendre qu'il pouvaient se rendormir, d'excuser Sayyidunâ Bilâl de son erreur et de comprendre également la raison de son erreur pour pouvoir l'excuser encore plus que la normale.


[2] Il s'agit du premier hadîth rapporté plus haut. Ce dernier se trouve notamment dans le Sahîh Al Bukhârî et fut celui privilégié par les juristes de la région du Hijâz.


Commenter cet article