at-tawhid.net

Le Muftî Ahmad Ibn Zaynî Dahlân sur la wahhâbiyyah

21 Mars 2010, 16:23pm

Publié par at-tawhid.net

 

Le Muftî Shâfi'ite de Makkah lors de l'invasion wahhâbite d'Al Haramayn, Al Imâm Ahmad Ibn Zaynî Dahlân Al Makkî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Le fondateur de cette secte maléfique était Muhammad Ibn 'Abd Il Wahhâb. Il était originaire de l'Est [de l'Arabie] et était un membre des Banû Tamîm [...]. Il débuta ses études à Médine, que les meilleurs prières et salutations soient sur son hôte.

 

Son père et son frère, le Shaykh Sulaymân Ibn 'Abd Il Wahhâb, étaient des hommes vertueux et savants ; tous deux furent ses maîtres. Très tôt, ils pressentirent qu'avec lui paraitraient la déviation et l'égarement. Témoins de ses propos bellicistes, de son comportement associable, et de son antagonisme prononcé sur de nombreux sujets, ils dénoncèrent sa perfidie et mirent les gens en garde contre lui. Allâh confirma leur pressentiment, lorsque Muhammad Ibn 'Abd Il Wahhâb propagea ses élucubrations déviationnistes et dévastatrices par lesquelles, au détriment des Imâms en religion, tant d'ignorants se sont égarés. Pour cela, ils eurent recours à la condamnation par la déclaration de mécréance (at takfîr). Il prétendait que se recueillir sur la tombe du Prophète, que son intercession, celle des autres prophètes, des saints et des gens vertueux, que se rendre sur leur tombe était de l'association (ash shirk), qu'utiliser le vocatif « Yâ Muhammad » l'était également - tant pour lui que pour d'autre - qu'attribuer, même au sens figuré, un bienfait à un autre que Allâh, était de l'association, comme le fait de dire : « Ce médicament m'a fait du bien ! » ou bien encore : « L'intercession par tel Saint m'a été bénéfique ». Il adopta des arguments sans aucun rapport avec ses allégations. Il élabora des théories fallacieuses et enjolivées avec lesquelles il trompa le commun des gens. Pour les convaincre, il composa des épîtres. Tous ses adeptes finirent par être convaincus que la majorité des gens du tawhîd étaient des mécréants (kuffâr). […]

 

De nombreux maîtres ayant instruit Ibn 'Abd Il Wahhâb et résidant à Médine, disaient de lui : « Il se perdra ou, par lui, Allâh perdra ceux qui le soutiendront et le prendront pour compagnon », et il en fut ainsi. En élaborant cette doctrine, il prétendait revivifier les valeurs du dogme du tawhîd et le préserver de l'association car [selon lui], depuis 600 ans les gens étaient revenus à l'association et qu'il lui fallait assainir les convictions religieuses. Pour ce faire, il appliqua aux gens du tawhîd des versets révélés à l'intention des associateurs. »

 

Il a dit plus loin :

 

« La subversion wahhâbite fût un fléau parmi ceux qui marquèrent considérablement la Communauté Musulmane. Ils tuèrent aveuglément et spolièrent les biens des gens. Leur insurrection se répandit et leur hérésie se propagea ; et il n'est de force et de préservation que par Allâh ! Néanmoins, dans de nombreux ahâdîth, le Prophète a prédit cette subversion, comme par exemple celui rapporté par Al Bukhârî dans lequel le Prophète a dit : « De l'Est paraitront des gens, ils liront le Qur°ân, mais ils ne dépassera pas leurs gorges. Ils quitteront l'Islâm à la vitesse avec laquelle une flèche transperce une proie. Ils ne reviendront pas [à l'Islâm] tant que la flèche n'aura pas regagné son encoche ». On demanda : « A quoi les reconnaitra-t-on ? » Il répondit : « Leur signe distinctif sera qu'ils se raseront le crâne. » […]

 

Il est important de noter que le Prophète a dit qu'ils se raseront le crâne, car il était ordonné à tous les dévots wahhâbites de se raser la tête, et cette particularité ne se retrouve chez aucune faction khârijite [...], le Muftî de Zabîd, As Sayyid 'Abd Ur Rahmân Al Hadlî a dit : « Il est inutile de composer des livres pour réfuter les thèses wahhâbites car la précision du Prophète : « Leur signe distinctif sera qu'ils se raseront le crâne » suffit à les désigner, car aucune autre secte n'a fait cela. »

 

Malgré les très nombreux ahâdîth authentiques, il leur était également interdit de solliciter l'intercession du Prophète, de lire le livre Dalâ°il Ul Khayrât, lequel comprend de très nombreuses prières sur le Prophète ainsi que des éloges et [des mises en lumières de la] perfection de ses qualités. Ils disaient que tout cela était de la mécréance. »

 

Fin de citation.

 

Source : Fitnat Ul Wahhâbiyyah de l'Imâm Ahmad Ibn Zaynî Dahlân Ash Shâfi'î Al Makkî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

Commenter cet article