at-tawhid.net

Les différents types de shirk et leur définition (Abû Ja'far Al Hanbalî et Ahmadu Mash-hûr Al Haddâd)

3 Mars 2010, 17:28pm

Publié par at-tawhid.net

 

Il existe deux types de polythéisme :

 

  • le polythéisme mineur (ash shirk ul asghar)

     

  • et le polythéisme majeur (ash shirk ul kabîr).

     

 

Ash Shaykh Abû Ja'far Al Hanbalî (qu'Allâh le bénisse) a dit :

 

« L'associationnisme mineur : C'est le fait d'œuvrer afin que d'autres puissent le remarquer et ainsi avoir de bonnes pensées [sur la personne]. Ceci a été mentionné lorsque le Messager d'Allâh demanda : « Voulez-vous que je vous dise ce que je crains le plus pour vous après la venu du faux messie ? », les compagnons dirent : « Oui Messager d'Allâh. », il dit alors : « C'est l'associationnisme caché. C'est lorsqu'un homme se lève pour prier et qu'il l'embellie lorsqu'il remarque que quelqu'un le regarde. » Rapporté par l'Imâm Ahmad dans son Musnad, ahâdîth 23119 et 27743, et qualifié d'authentique.

 

L'associationnisme majeur : Il s'agit de l'idolâtrie, lorsque quelqu'un adore quelque chose (ou quelqu'un) autre qu'Allâh comme étant son créateur, son secours, son sauveur, celui qui punit les péchés ou bien encore comme celui qui donne son accord pour [l'entrée au] paradis. Allâh a dit à ce sujet : « Sont certes des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allâh est le Messie, fils de Marie » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d'Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur ! » Quiconque associe à Allâh [d'autres divinités], Allâh lui interdit l'accès au Paradis, et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! Sont certes des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Allâh est le troisième de trois ! », Alors qu'il n'y a de divinité qu'Une Divinité Unique ! Et s'ils ne cessent de le dire, un châtiment douloureux touchera assurément les mécréants parmi eux. Ne vont-ils donc pas se repentir à Allâh et implorer Son pardon ? Car Allâh est Pardonneur et Miséricordieux. Le Messie, fils de Marie, n'était qu'un Messager. Des Messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent. Dis : « Adorez-vous au lieu d'Allâh ce qui n'a le pouvoir de vous faire ni le mal ni le bien ? » Or c'est Allâh qui est L'Audient et L'Omniscient. » [Sourate 5 – Versets 72 à 76]. » [Marifah.net].

 

Et Al Habîb Ahmad Mash-hûr Al Haddâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) étaya ces propos en disant :

 

« L'idolâtrie (ash shirk) consiste tout comme la mécréance (al kufr) à cacher la vérité évidente. Il existe une idolâtrie majeure qui rejette l'homme hors de la foi, et une idolâtrie mineure (dont l'ostentation et certains péchés sont des exemples) qui n'a pas la même conséquence. Il est donc approprié de citer ce que les savants disent au sujet de l'idolâtrie. Il en existe six formes, qu'Allâh nous en protège !

 

  1. Ash shirk istiqâl : l'idolâtrie autonome, consistant à affirmer l'existence de deux divinités autonomes, qui est celle des zoroastriens.

     

  2. Ash shirk tab'îd : l'idolâtrie séparatiste, dont un exemple se trouve est, chez les chrétiens, l'affirmation qu'Allâh est un parmi trois, les deux autres étant 'Îsâ et sa mère. [1]

  3. Ash shirk taqrîb : l'idolâtrie approximative, qui consiste à adorer autre qu'Allâh dans le but de se rapprocher de Lui à travers eux. Il en est ainsi de l'adoration des premiers Arabes qui adoraient des pierres, disant : « […] Nous ne les adorons que pour qu'elles nous rapprochent d'avantage d'Allâh ! » [Sourate 39 – Verset 3].

  4. Ash shirk taqlîd : l'idolâtrie imitative. Elle consiste à adorer autre qu'Allâh en reproduisant l'exemple des autres. C'était également la forme d'idolâtrie en vigueur au cours de la jâhiliyyah : « Ils dirent : « Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion, et nous ne faisons que suivre leurs traces. ». » [Sourate 43 – Verset 22].

  5. Ash shirk ul asbâb : l'idolâtrie des causes secondes, dont une forme est l'idolâtrie des philosophes et de ceux qui croient en « la nature » et ceux qui les suivent.

  6. Ash shirk ul aghrâd : l'idolâtrie d'intention, consistant à accomplir des actes pour autre qu'Allâh. [2]

 

La règle unanime concernant les quatre premières, c'est que ce sont des formes de mécréance. La sixième est un péché qui n'entraîne pas la mécréance [de son auteur]. Quant à la cinquième, il faut faire une distinction entre :

 

  • ceux qui disent que les causes secondes produisent [par elles-mêmes] des effets, par la vertu de leurs propriétés intrinsèques, ces gens-là sont des mécréants ;

     

  • et ceux qui pensent que [ces causes secondes] ne sont efficaces que par un pouvoir qu'Allâh (qu'Il soit exalté) a mis en elles, ces gens-là sont coupables d'une innovation blâmable. » [Miftah Ul Falâh].

     

 

Notes :

 

[1] Ceci est l'une des thèses de certaines sectes des premiers temps du christianisme. La trinité adoptée aujourd'hui tend plutôt vers le fait que le troisième serait le « Saint Esprit ».

 

[2] Comme mentionné par le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) dans le hadîth de l'Imâm Ahmad rapporté plus haut.

 

Commenter cet article