at-tawhid.net

Les qâdiyânites et leur mécréance (Ahmad Mash-hûr Al Haddâd)

21 Mars 2010, 16:11pm

Publié par at-tawhid.net


Les qâdiyânites se nomment également les ahmadites. Il suivent un dénommé Mirza Ghulâm Ahmad qui naquit en 1835 en Inde et mourut en 1908. Cet homme écrivit des livres et fut soutenus par les colons anglais et les francs-maçons dans son prêche de l'égarement. Il réussi à égarer de nombreuses personnes incultes avec des moyens financiers importants et réussi à s'implanter dans plusieurs endroits du monde. Cette secte se divise en deux factions :

 

  • The Ahmadiyyah Muslim Community,

  • et The Lahore Ahmadiyyah Movement.

 

Ces deux factions divergent sur quelques points mais sont quasi-similaires. Elles comptent aujourd'hui à peu près 13 millions de membres.

 

Mais, louange à Allâh, il fut combattu par les savants de l'Islâm jusqu'à ce que ses disciples furent dénoncés et cette secte reléguée au rang d'organisation mécréante ennemie de l'Islâm.

 

Dans son Miftah Ul Jannah, Al Habîb Ahmad Mash-hûr Al Haddâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit au sujet des Qâdiyânites :

 

« Ce groupe est une affliction pour l'Islâm plus que beaucoup d'autres sectes qui sont sont dans la transgression et l'erreur. Ses membres sont les disciples de l'imposteur maudit Mirza Ghulâm Ahmad, qui fut inventé par les Anglais comme une cinquième colonne. Il prétendit à la divinité et à la prophétie, affirmant qu'il était tout à la fois le Messie, le Mahdî et le rénovateur de la religion de l'Islâm. Quelle fraude et quelle sédition ! Les Musulmans sont unanimes pour considérer que quiconque se prétend prophète après Sayyidunâ Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui ainsi que sur sa famille) est un mécréant obstiné. Musaylimah le menteur (qu'Allâh le maudisse) [1], la femme Sajâh [2], Al Aswad Al 'Anasî [3] et d'autres ont agit de la même manière [4]. Ils furent tous confondus et démasqués par Allâh avant même que l'Islâm ne se répande. Aujourd'hui, des générations successives ont vécu conformément aux croyances de l'Islâm et il est fondamental de croire que Muhammad est le Sceau des Prophètes comme l'affirme le Qur°ân et comme le précise également la Sunnah.

 

Mirza Ghulâm Ahmad tenta de remettre en cause la prophétie du dernier des Prophètes, le Sceau de la Prophétie, de briser son sceau invincible et de détruire la pierre ultime et finale posée dans l'édifice de la prophétie. De cette façon, il défia le Monde Musulman par sa mécréance, son imposture et les insinuations de son démon, conspirant ainsi contre l'Islâm et venant partout en aide à ses adversaires. Il fut en réalité plus maudit et vil encore que Musaylimah le menteur et d'autres qui se prétendirent prophètes, car il prétendit ouvertement être Musulman. Il trompa ainsi quelques voyous qu'Allâh a condamnés à la damnation, les menant « à la demeure du feu, et quelle détestable demeure » [Sûrah 11 – Âyah 98]. Il fut aidé dans cette entreprise par des influences secrètes [5], par des publications suscitées dans certains cercles juifs, et par différents inventeurs d'intrigues contre l'Islâm.

 

Cet homme maudit a procuré [à ses disciples] des lieux où accomplir le Hajj dans la ville de Qâdiyân plutôt qu'à la Demeure Sacrée (Bayt Ul Harâm à Makkah), dans l'intention d'éradiquer les points de repère de la religion, de blesser la sensibilité des Musulmans et de plaire à ses maîtres anglais et aux traîtres qui le soutenaient. Ces lieux existent toujours, affichant leur propre déshonneur. Pour les confondre, il suffit de montrer qu'ils sont allés à l'encontre de ce qui est clairement établi dans le Livre et la Sunnah, et de ce sur quoi l'ensemble de la Ummah est d'accord. La preuve que c'est bien ce qu'ils ont fait se trouve dans les lettres de cet imposteur maudit et dans leur littérature imprimée. Les Musulmans d'aujourd'hui sont unanimes à considérer que les membres de la secte qâdiyânite sont des menteurs et des apostats qui n'ont aucun lien d'aucune sorte avec l'Islâm. Des fatawâ furent émises à leur encontre qui sont plus éclatantes que le soleil de midi dans le ciel.

 

Quand cette question déplaisante fut révélée au Monde Islâmique et que l'opprobre public fut jeté sans ambiguïté sur cette secte et ses adhérents, ils allèrent dans les régions où l'Islâm était nouveau, comme l'Ouganda, où ils diffusèrent leur mécréance et leur erreur. Ils construisirent des mosquées consacrées à la mécréance, ils publièrent des journaux et d'autres publications portant des titres islâmiques, mais remplies de conseils erronés et de mécréance, et ils rédigèrent un commentaire du Qur°ân en caractères latins rempli des étranges insinuations de leur secte. Ils n'avaient pourtant pas conscience que la religion à un Protecteur, que derrière ces lionceaux se tenaient des lions qui les protégeaient, et que parmi ces nouveaux Musulmans se trouvaient des gens plus soucieux de leur religion et plus attachés à elle que beaucoup de gens qui eux ont hérité l'Islâm de leurs ancêtres et qui « trouvèrent le temps assez long, et leurs cœurs s'endurcirent » [Sûrah 57 – Âyah 16], dont les promesses ont été oubliées. Ils virent un Shaykh être choisi parmi les savants de l'Ouganda afin de les défier dans un débat théologique. Une date fut fixée et une foule de gens, Musulmans ou non, assista au débat. Quand le Shaykh les eut rapidement réduit au silence par des arguments irréfutables, ils battirent en retraite et furent mis en déroute. Ce jour fut reconnu comme leur jour de honte. « Qu'Allâh les anéantisse ! Comment peuvent-ils être de tels menteurs ?! » [Sûrah 9 – Âyah 30]. »

 

Et mentionnons qu'en 1922 Mirza Bashîr Mahmûd Ahmad déclara : « Puisque nous croyons à la prophétie du Mirza (que la paix soit sur lui) et que les non-ahmadites n'y croient pas, alors tout homme non-ahmadite est un infidèle, ceci conformément au Qur°ân. Car renier ne fût-ce qu'un seul prophète suffit à caractériser l'infidélité. » Et en 1988, le petit-fils de Mirza Ghulâm Ahmad et gourou officiel du mouvement Qâdiyânite, Mirza Tâhir Qâdiyânî déclara également la Ummah comme étant mécréante et un vaste groupe de menteurs. Innâ li Llâhi wa innâ Ilayhi râji'ûn...

 

Dernièrement, en 2008, le Canada offrit un gigantesque temple moderne de 4500 m2 pour une somme de 15 millions de dollars en cadeau à cette secte maléfique qui sert directement les intérêts du nouvel ordre mondial et qui tente par tous les moyens de détruire la religion de l'Islâm. Stephen Harper, alors premier ministre du Canada, dira lors de l'inauguration de ce temple : « Les Canadiens verront le visage modéré et bienveillant de l'Islâm grâce à cette mosquée et à ses fidèles. »

 

Qu'Allâh préserve la Communauté du Prophète Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) des stratégies des mécréants orchestrées à l'encontre de l'Islâm, et qu'Il protège la foi de toute personne adhérant au Message transmis par Sayyidunâ Muhammad Ur Rasûli Llâh, Allâhumma Âmîn.

 

Notes :

 

[1] Il s'agit du célèbre démon humain Musaylimah de la tribu des Banû Hanîfah qui apparut au Najd, l'ennemi du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) qui se proclama prophète et fit la guerre aux compagnons (que l'agrément d'Allâh soit sur eux tous). Il mourut lors de la bataille de Yamâmah tué par Sayyidunâ Warshi Ibn Harb (qu'Allâh l'agrée).

 

[2] Il s'agit de Sajâh Bint Al Hârith qui déclara être prophétesse après la mort de Sayyidunâ Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). Elle apparut dans la région maudite du Najd. Elle fut la femme de Musaylimah durant un temps, puis, lorsque celui-ci mourut, se repentie et mourut officiellement dans l'Islâm.

 

[3] Il s'agit de Abhala Ibn Ka'b Al Yamânî, nommé aussi Al Aswad Al 'Anasî et connut pour son alcoolisme. Il apparut à Sanâ et prétendit être un prophète vers la fin de la vie du Prophète Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). Il proclama ensuite être un dieu en s'auto-nommant « Rahmân ». Il sera tué par Sayyidunâ Fayrûz Ad Daylamî (qu'Allâh l'agrée), un des compagnons bénit du Prophète Muhammad (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui).

 

[4] Citons par exemple Tulayhah Al Asadî ou encore Mirza Husayn 'Alî, le fondateur du Bâbisme.

 

[5] Diverses loges franc-maçonniques l'aidèrent dans la propagation de ses mensonges.

 

Al Muwahhidûn.

Commenter cet article