at-tawhid.net

Les trois grandes familles des Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah (Ibn As Subkî)

3 Juillet 2010, 20:23pm

Publié par at-tawhid.net

Al Imâm Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî a dit dans son explication du crédo d'Ibn Hâjib (qu'Allâh leur fasse miséricorde à tous les deux) :

 

« Sache que les Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah sont unanimes en ce qui concerne l'obligatoire, le permis et l'impossible pour Allâh, même si ils ont utilisé des méthodologies et des fondements différents pour arriver à cela. En général il y a trois groupe noté par déduction (istiqrâ°) :

 

1) Les gens du hadîth (ahl ul hadîth). Leurs principes fondamentaux sont les preuves textuelles tirées de la révélation ; j'entends par cela : le Qur°ân, la Sunnah et l'Ijmâ' (le consensus des savants).

 

2) Les gens de l'examen rationnel (ahl un nazar il 'aqliyyah). Ce sont les Ash'arites et les Hanafites (c'est-à-dire les Mâturîdites).

 

Le Shaykh des Ash'arites est Abul Hasan Al Ash'arî. Le Shaykh des Hanafites est Abul Mansûr Al Mâturîdî. Il sont d'accord en ce qui concerne les fondements intellectuels dans chaque domaine où les preuves textuelles s'avèrent nécessaires, ainsi que dans les principes fondamentaux de la révélation dans lequel l'intellect peut comprendre ce qui lui est seulement permis [de comprendre], et également dans les fondamentaux rassemblant à la fois l'intellect et la révélation. Ils sont tous d'accord sur l'ensemble des domaines de la croyance, sauf sur le takwîn et sur la question du taqlîd. [1]

 

3) Les gens de l'extase et du dévoilement (ahl ul wijdân wal kashf), ce sont les Soufis. [2] Leurs principes fondamentaux sont basés sur ceux des gens de la recherche et du hadîth, puis viennent le dévoilement et l'inspiration divine (al ilhâm) à la fin [de leurs raisonnements]. »

 

Fin de citation.

 

Notes :

 

[1] Cette divergence théologique fait partie des divergences n'entraînant aucunement l'égarement d'une personne quel que soit l'avis qu'elle choisie.

 

Concernant at takwîn (faire entrer les choses en existence), Ash Shaykh Ahmad Ibn Kamâl Bâshâ (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit que « Al Mâturîdî a dit que at takwîn [le fait de créer] est un Attribut éternel inhérent à l'Essence d'Allâh, comme il en est de tous Ses Attributs, et que cela est différent de ce qui est amené à l'existence [mukawwan], et qu'il est lié avec ce qui a été amené à l'existence dans ce monde et à chacune de ses parties (au monde) depuis le moment de son commencement. De même que la Volonté d'Allâh est éternelle et liée avec ce qui est voulu au moment de son existence, il en est ainsi de Son éternelle omnipotence qui est [liée] avec ce qui est décrété. Al Ash'arî a dit que c'est un Attribut contingent qui n'est pas inhérent à l'Essence d'Allâh, et d'après lui cet Attribut fait partie des Attributs d'action et non des Attributs éternels. De son point de vue, les Attributs d'action sont tous contingents. Ainsi en est-il de at takwîn, du fait d'amener à l'existence et de l'émergence du monde avec la parole : « Kun ! - Sois ». » [Risâlat Ul Ikhtilâf Bayn Il Ashâ'irah wal Mâturîdiyyah].

 

Quant à la divergence concernant at taqlîd, Ash Shaykh Shafiq Jakhurah (qu'Allâh le préserve) a dit : « La signification du taqlîd dans la croyance est de croire en tout ce que le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a apporté, sans exercer ses propres capacités pour déduire sa véridicité. L'opinion des Hanafites et des Mâturîdites est que cela est acceptable et qu'une telle personne sera considérée croyante - bien qu'elle puisse être coupable d'un péché pour n'avoir pas exercer sa propre capacité de déduction. Les Ash'arites, au contraire, soutiennent qu'une telle croyance n'est pas suffisante. » Les Ash'arites considèrent comme invalide la foi de celui qui ne croit en Allâh et en Son Message que par le fait qu'il suive la croyance de son entourage. Ainsi, cette personne n'a pas une croyance basée sur des textes sacrés ni sur une conviction profonde, mais ne fait que suivre aveuglément les autres, sans posséder aucune preuve. Tandis que pour les Mâturîdites, la foi de cette personne est valide mais si et seulement si elle ne s'égarerait pas à continuer son suivisme aveugle si son entourage s'amenait à apostasier. Pour résumé, celui qui croit en Allâh et en Son Message après avoir adhéré au Qur°ân ou à l'enseignement des Ahl Us Sunnah est considéré comme croyant par les Asha'rites et les Mâturîdites, mais quant à celui qui croit en Allâh et en Son Message uniquement en suivant ses parents par exemple, sans jamais avoir appris les bases de la croyance ou médité sur les textes sacrés, il n'est considéré comme croyant que par les Mâturîdites, si et seulement si cette personne possèderait tout de même une certaine part de conviction personnelle suffisante afin de refuser de suivre une éventuelle apostasie de ses parents.

 

[2] Par « Soufis », il faut entendre par-là les Awliyâ, les Saints. Ash Shaykh Ahmad Ibn 'Atâ°i Llâh Al Iskandarî (qu'Allâh l'agrée) rapporta que l'Imâm Abul Hasan Ash Shâdhilî (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Quant à moi, je n'accorde ce nom qu'au héros spirituel (al fatâ) doté de pureté. Il a ainsi été purifié au point d'être appelé Soufi. » [Latâ°if Ul Minân].


Commenter cet article