at-tawhid.net

Réfutation du soit-disant repentir de l'Imâm Abul Hasan Al Ash'arî (Nûh Keller)

17 Mars 2010, 20:30pm

Publié par at-tawhid.net


Question : « Les salafites (wahhâbites) prétendent que Abul Hasan Al Ash'arî a formulé la croyance de l'Ash'arisme alors qu'il était entre le mu'tazilisme et la voie des Ahl Us Sunnah, et a par la suite réfuté ses propres formulations pour rejoindre les Ahl Us Sunnah dans l'école [de croyance] hanbalite avant de mourir. Y a-t-il une quelconque vérité dans tout cela ? Ils disent que son dernier livre, Al Ibânah, contient ces réfutations. Si ce n'est pas vrai, comment le prouver à ces gens ? Ils prétendent également qu'il a eu un second rêve avec le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) qui lui est apparu et lui a dit que ses positions Ash'arites étaient fausses ! »


Réponse du Shaykh Nûh Hâ Mîm Keller :

« Les écoles ash'arite et mâturîdite ont représenté la croyance de la majorité des Musulmans Sunnites depuis plus de 1000 ans ; de la même façon que les écoles
hanafite, mâlikite, shâfi'ite et hanbalite ont représenté la Sharî'ah pour la majorité des Musulmans Sunnites depuis cette même période. Ceux qui s'opposent à ces deux écoles sont les gens de l'innovation (ahl ul bid'â) définis dans une fatwâ de l'Imâm Ibn Hajar Al Haytami comme étant « quiconque suit une autre voie que Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah, Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah signifiant ceux qui suivent les Maîtres Abul Hasan Al Ash'ari et Abul Mansûr Al Mâturîdî, les deux Imâms des Ahl Us Sunnah. » [Fatâwâ Ul Hadîthiyyah]. Dans le passé, de tels contradicteurs, exceptés les mu'tazilites, les shi'ites et les mouvements purement sectaires, étaient confinés à une poignée de hanbalites, pour qui le nœud de désaccord avec les deux écoles Sunnites était que ces deux écoles n'avaient rien à voir avec leur compréhension littéraliste et anthropomorphiste d'Allâh L'Exalté, compréhension qu'ils ont répandu par tous les moyens qui étaient à leur disposition.

En réponse à votre question, les déclarations comme quoi l'Imâm Abul
Hasan Al Ash'arî (m. 324/936) a renié ses propres positions ne sont pas nouvelles, mais elles ont été mises en circulation par ces mêmes hanbalites déviants depuis bien longtemps, un fait qui a poussé Al Hâfiz Ibn 'Asâkir à étudier cette question en profondeur, et les chaines de narrateurs de ces attributions de reniement à Al Ash'arî. Le résultat de ses recherches a fourni probablement la meilleure biographie intellectuelle d'Al Ash'arî qui ait jamais été faite, un livre qui réfute ces déclarations de façon franche et non équivoque, appelé Tabyîn Kadhib Ul Muftarî fî mâ Nusibah ilal Imâm Al Ash'arî (la démonstration de la fausseté de ce que les menteurs ont attribué à Al Ash'arî) et qui prouve qu'il y a des menteurs dans toutes les chaînes de transmission qui attribuent cela à Al Ash'arî. Ce livre est édité, et quiconque cherche les détails à ce sujet devrait le lire.

Al Ibânah 'An Usûl Id Diyânah de l'Imâm Al Ash'arî n'était pas son dernier livre, mais plutôt l'un des premiers qu'il ait écrit après être sorti du Mu'tazilisme. Al Imâm Al Kawtharî dit : « Al Ibânah a été écrit au début de son retour de la pensée mu'tazilite, et était une façon d'essayer d'amener [le littéraliste hanbalite] Al Barbahârî (m. 328/940) à embrasser les croyances des Ahl Us Sunnah. Quiconque croit que c'est son dernier livre croit à une chose complètement fausse. Plutôt, réécriture après réécriture, les anthropomorphistes ont eu le texte à leur libre disposition – particulièrement après le désordre (fitnah) qui eu lieu à Bagdâd [1] – de telle façon que l'on ne peut se fier à ce qu'il y a dans ce texte qui contredit les positions explicites d'Al Ash'arî transmises par ses propres disciples et leurs disciples. » [Sayf Us Saqîl].

Ceci a été soulevé par Al
Hâfiz Adh Dhahabî dans son Siyâr A'lam In Nubalâ, ainsi que dans le livre de Ibn 'Asâkir, Tabyîn Kadhîb Il Muftarî. Quant aux rêves, ils peuvent être des avertissements pour le cœur mais pas des preuves, que cela soit pour la Sharî'ah ou pour la croyance. Dans son introduction à l'ouvrage d'Ibn 'Asâkir, Al Kawtharî note que « les anthropomorphistes sont ceux qui semblent avoir besoin de cela (raconter des rêves) : étant incapables de prouver leur avis en état de veille, ils vont dormir afin de trouver pendant leur sommeil les preuves qu'ils recherchent, puis remplir leurs livres avec. » [Introduction de Tabyîn Kadhîb Il Muftarî].

Quand à vos questions en général, il est notoire que l'Arabie Saoudite a imprimé et distribué dans le monde entier des milliers de copies d'un livre salafite appelé
Al Ashâ'irah fil 'Aqîdah (la méthodologie des Ash'arites dans la croyance) par un certain Safâr Al Hawalî, un professeur à l'Université Umm Ul Qurâ de Makkah. Ce livre attribue à l'école ash'arite des mauvaises interprétations typiques de cette région du monde, identifiant l'école à travers les positions des sectes hérétiques comme les jahmiyyâ, les qadariyyâ, les Murji'â etc et contient certaines des choses que vous avez demandé à propos des Ash'arites, donc je pense que c'est sur cette désinformation que vos professeurs salafites d'Angleterre se basent. On peut trouver les détails dans la réfutation qui se trouve dans le récent ouvrage de Al Hasan As Saqqâf intitulé Tahni'a Us Sâdiq Il Mahbub wa Nayl Us Surûr Il Matlub bî Maghazala Safâr Ul Maghlûb (La bienvenue à l'ami bien aimé et l'atteinte du bonheur espéré dans un discours affectueux avec Safar le vaincu). J'ai entendu dire que Al Hawalî aurait changé de position depuis, mais je ne connais pas les détails de cela.

As Saqqâf parle également dans son œuvre à propos des pseudo-repentirs
hanbalites de nombreux Imâms Ash'arites comme Al Ash'arî, Al Juwaynî et Al Ghazâlî, qui n'apparaissent pas dans leurs propres livres, mais qui nous sont plutôt parvenus par des chaîne de narrateurs qui contiennent un voir deux anti-Ash'arites, ce qui est corroboré par Ibn As Subkî dans son Tabaqât Ush Shâfi'iyyah Al Kubrâ sous les entrées biographiques de chacun de ces savants.

Depuis la perspective plus large de la Sharî'ah, ces mensonges sont plutôt insignifiants, car un Musulman ne peut pas avoir foi dans la croyance Islamique de Ahl Us Sunnah seulement parce que son Imâm l'a dit, mais plutôt parce qu'il croit sincèrement que c'est la vérité. Les savants disent qu'il n'est pas légalement valide de suivre aveuglément les Savants qualifiés dans le domaine de la croyance (contrairement à la Sharî'ah vis-à-vis de laquelle le taqlîd est autorisé) sauf si on a une totale conviction à propos de cette Croyance dans son propre cœur – c'est pourquoi ils nous disent que la foi d'une personne par taqlîd est seulement valable dans le cas où, si son Imâm cessait de croire dans un article de foi fondamental précis, cette personne ne cesserait pas d'y croire. Donc ces fabrications semblent n'avoir que peu de valeur scientifique mise à part celle de montrer jusqu'où leurs auteurs étaient prêts à aller [pour légitimer leurs opinions]. »

 

Fin de citation.

 

Note :

 

[1] Après 324 de l'Hégire et la mort de l'Imâm Abu-l-Hasan Al Ash'arî (qu'Allâh lui fasse miséricorde), les hanbalites disciples de l'anthropomorphiste Al Barbahârî arrivèrent à séduire une foule importante et prirent d'assaut de nombreuses mosquées. Les Sunnites parmi les shâfi'ites furent notamment violentés et souvent battus jusqu'au sang. Les anthropomorphistes eurent le dessus à Baghdâd sur tous les autres groupes de la ville, y compris les Ahl Us Sunnah, et l'Anthropomorphisme devint pendant un temps la croyance répandue au sein de la ville de Baghdâd. Ceci est mentionné dans Al Kamâl Fi-t-Târîkh de l'Imâm Ibn Athîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde).


Commenter cet article