at-tawhid.net

Statut légal de la zakât ul fitr (Sayyidunâ Ibn 'Umar, Mâlik Ibn Anas, An Nawawî...)

25 Mai 2012, 10:17am

Publié par at-tawhid.net

Le paiement de la zakât ul fitr est obligatoire selon la quasi totalité des savants. Al Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit ainsi : « Le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) l'a prescrite pour tout le monde. » [Al Muwattâ°], Al Imâm Khalîl Ibn Ishâq (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « La zakât ul fitr est obligatoire selon les commandements de la Sunnah. » [Al Mukhtasar], et Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « La zakât ul fitr est une Sunnah obligatoire » [Ar Risâlah].

 

Ceci est basé sur le hadîth rapporté par l'Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj (qu'Allâh lui fasse miséricorde) où Sayyidunâ 'Abdu Llâh Ibn 'Umar (qu'Allâh l'agrée ainsi que son père) dit : « Le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a prescrit aux gens l'aumône de la rupture du jeûne de Ramadân, d'un sâ' de dattes ou bien d'orge, pour chaque individu, qu'il soit libre ou esclave, un homme ou une femme, du moment qu'il est musulman. »

 

Une infime minorité a cependant divergé sur ce qu'entendait Sayyidunâ 'Abdu Llâh Ibn 'Umar (qu'Allâh l'agrée ainsi que son père) par le terme " prescrit ", en pensant qu'il insinuait une simple recommandation plutôt qu'une obligation, mais cet avis est faible et rejeté.

 

Al Imâm Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à ce sujet :

 

« Les gens ont divergé sur le sens voulu par le terme « prescrit ». La quasi-totalité des savants du Salaf et du Khalaf affirment qu'il signifie qu'il l'a établit impérativement et catégoriquement. Partant de cela, la zakât ul fitr est une prescription obligatoire pour eux puisqu'elle s'incère dans le cadre du commandement d'Allâh (qu'Il soit exalté) lorsqu'il dit : « Et acquittez-vous de la zakâh », ainsi que sur la base du terme prescription dans le hadîth ci-dessus, sachant que l'emploi de ce terme dans ce sens là est, légalement parlant, le plus répandu. Ishâq Ibn Râhawayh affirma d'ailleurs : « L'obligation de l'acquittement de la zakât ul fitr fait l'objet d'un consensus. »

 

Certains juristes d'Irak, certains disciples de Mâlik et de Ash Shâfi'î, ainsi que Dâwud [Az Zâhirî] à la fin de sa vie, soutiennent quant à eux qu'elle représente une pratique Sunnah et qu'elle n'est pas obligatoire. ils affirment que le terme prescrit dans le hadîth a plutôt valeur de recommandation.

 

Abû Hanîfah dit qu'elle représente une obligation et non une simple prescription, partant de la distinction, selon sa méthodologie, entre l'obligation et la prescription.

 

Al Qâdî ['Iyâd] rapporta que certains savants soutiennent que la zakât ul fitr a été abrogée par la zakâh, mais je ne peux que répondre qu'il s'agit là d'une erreur manifeste, car il s'agit d'une prescription obligatoire. » [Al Minhâj Bi Sharh Sahîh Muslim Ibn Al Hajjâj].

 

Wa Llâhu a'lam.


Commenter cet article