at-tawhid.net

Sûrah 1 - Âyât 6 & 7 (As Sulamî, Qâdî 'Iyâd, At Tabarî...)

8 Mai 2010, 09:52am

Publié par at-tawhid.net

 

Allâh (qu'Il soit exalté et magnifié) a dit :

 

صِرَاطَ الَّذِينَ أَنعَمتَ عَلَيهِمْ

غَيرِ المَغضُوبِ عَلَيهِمْ وَلاَ الضَّالِّينَ

 

« Sirât al ladhîna an 'amta 'alayhim,

ghayr il maghdûbî 'alayhim wa la ddâllîn »

 

« Le chemin de ceux que Tu as comblé de bienfaits ;

et non pas celui de ceux qui ont encouru Ta colère, ni de ceux qui se sont égarés. »

 

Commentaire :

 

« Le chemin de ceux que Tu as comblé de bienfaits »

 

Al Imâm 'Abd Ur Rahmân As Sulamî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à propos de la nature du chemin de ceux qu'Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) a comblé de bienfaits :

 

« D'après Abû 'Uthmân : « C'est le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs en leur montrant les épreuves du Sirât, les vices de satan et la trahison de l'âme charnelle. »

 

D'après Muhammad Ibn Al Fadl : « C'est le chemin de ceux qui ont accepté ce que Tu leur as prescrit. »

 

Et d'après d'autres : « Le chemin de ceux à qui Tu as prédestiné le bonheur pour l'éternité. »

 

En demandant à Mâlik Ibn Anas d'interpréter ce verset, il répondit : « Il s'agit de ceux qui suivent le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). »

 

Selon d'autres : « C'est le chemin de ceux auxquels Allâh a donné la foi, la guidée, la réussite, la protection et le scrupule. »

 

Ou bien encore : « Le chemin de ceux auxquels Tu as accordé la connaissance du Bienfaiteur en dehors des bienfaits. »

 

D'après d'autres : « C'est la faveur de l'Islâm dans son apparence et la foi intérieure, car Allâh a dit : « Et Il vous a comblé de bienfaits apparents et cachés. » [Sûrah 31 – Âyah 20]. » [Haqâ°iq Ut Tafsîr].

 

Et Al Imâm Ahmad Ibn 'Ajîbah (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta dans son Bahr Ul Madîd  que l'Imâm Muhammad Ibn Juzay Al Kalbî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit à propos de la nature des bienfaits d'Allâh :

 

« Les bienfaits sont de trois sortes :

 

1 – terrestres : comme la santé et les biens du bas-monde acquis licitement ;

2 – religieux : comme le connaissance, la piété et la science ;

3 – futurs : comme la rétribution énorme en échange de peu de bonnes œuvres. »

 

Et Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Mâlikî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) commenta ce verset en disant :

 

« Sahl [At Tustarî] a dit à propos de la compréhension du verset : « Le chemin de ceux que Tu as comblé de bienfaits ; et non pas celui de ceux qui ont encouru Ta colère, ni de ceux qui se sont égarés. » qu'il signifie le fait de suivre la Sunnah [du Prophète Muhammad].

 

Allâh (qu'Il soit exalté) l'a ordonné, et Il a promis la guidée aux être humains si ils le suivent. Car Il l'a envoyé avec la bonne guidance et la religion de la vérité afin dans le but de les purifier, de leur enseigner le Livre et la sagesse, et afin qu'il les guide sur le droit chemin.

 

Dans un autre verset, Allâh (qu'Il soit exalté) leur a promis Son amour et Son pardon s'ils le suivent, le préfèrent à leurs propres désirs et aux mauvais penchants de leurs âmes charnelles, car la validité de leur foi dépend de leur attitude par rapport à lui, de l'acceptation de son jugement et de l'abandon de toute objection à son égard. » [Al Kitâb Ush Shifâ°].

 

« et non pas celui de ceux qui ont encouru Ta colère, ni de ceux qui se sont égarés. »

 

Les Imâms Abû 'Îsâ At Tirmidhî et Abû Dâwud As Sijistânî (qu'Allâh leur fasse miséricorde) rapportèrent que Sayyidunâ 'Adî Ibn Hâtim At Tâ'î (qu'Allâh l'agrée) a dit : « J'ai questionné le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) à propos de ceux qui étaient désignés au verset disant « et non pas celui de ceux qui ont encouru Ta colère », il me répondit alors : « Ce sont les juifs, quant aux égarés, ce sont les chrétiens. ». »

 

Allâh a d'ailleurs dit à propos des juifs : « Comme est vil ce contre quoi ils ont troqué leurs âmes! Ils ne croient pas en ce qu'Allâh a fait descendre, révoltés à l'idée qu'Allâh, de part Sa grâce, fasse descendre la révélation sur ceux de Ses serviteurs qu'Il veut. Ils ont donc acquis colère sur colère, car un châtiment avilissant attend les mécréants ! » [Sûrah 2 – Âyah 90] ; et à propos des chrétiens : « Dis : « Ô Gens du Livre ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion au point de vous écarter de la vérité ! Ne cédez pas aux passions d'une peuple qui jadis s'est égaré, qui en a égaré bien d'autres par la suite et qui s'est éloigné du droit chemin ! ». » [Sûrah 5 – Âyah 77].

 

Concernant les autres sens de ce passage, Al Imâm 'Abd Ur Rahmân As Sulamî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) mentionna ceux-ci dans son Haqâ°iq Ut Tafsîr :

 

* « Et non pas le chemin de ceux qui furent déçus, chassés, humiliés et égarés du chemin menant à Ta guidance, Ta connaissance et Ta protection. »

 

* « Et non pas le chemin de ceux qui se perdirent et s'égarèrent de la voie de la guidée pour avoir suivis leurs passions. »

 

* « Et non pas le chemin de ceux qui n'ont pas observés les règles de bienséance à Ton égard dans leurs moments d'adorations, ni des égarés qui demandent pardon et se repentent. »

 

* « Et non pas le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère pour avoir négligé la récitation de la Fâtihah dans leurs prières, ni des égarés qui délaissent sa récitation. »

 

* « Et non pas le chemin de ceux qui suivent les innovations et des égarés qui ont dévié de la Sunnah du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui. »

 

Et concernant la notion de colère (al ghadab) pour Allâh (qu'Il soit exalté), Al Imâm Muhammad Ibn Jarîr At Tabarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Jâmi' Ul Bayân fî Tafsîr Il Qur°ân :

 

« Certains disent que la colère d'Allâh contre l'une de Ses créatures se traduit par un châtiment dans ce monde ou dans l'autre en se basant sur ce verset : « Lorsqu'ils Nous eurent courroucés, Nous nous vengeâmes d'eux et Nous les noyâmes tous. » [Sûrah 43 – Âyah 55]. D'autres disent que la colère d'Allâh contre certains de Ses serviteurs consiste dans le fait de blâmer leurs actes par des Paroles, ainsi que de les mépriser.

 

Enfin, d'autres disent que la notion de colère, lorsqu'il s'agit de la colère d'Allâh, est une notion que l'on peut comprendre selon les diverses significations attachées au mot « ghadab - colère », mais la réalité de cette colère (son véritable sens) est bien différente de ce qu'est la colère humaine, car celle-ci agite et trouble les hommes, et Allâh ne saurait être affecté par quoi que ce soit. »

 

Il faut donc bien comprendre cette colère comme étant une expression, et non une véritable colère telle que notre esprit pourrait le concevoir. Al Imâm Ibrâhîm Az Zajjâj (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Allâh (qu'Il soit exalté) est exempt de toute ressemblance avec les créatures. »

 

Et précisons aussi qu'à la fin de la récitation de la Sûrat Ul Fâtihah, il est recommandé de dire « âmîn ». Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Lorsque tu récites « wa la ddâllîn – ni des égarés », dis alors : « âmîn », à voix basse, que tu pries seul ou derrière un imâm. » [Ar Risâlah].

 

Et Al Imâm Abul Qâsim Al Qushayrî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également : « Il y a un intérêt subtil sur lequel il convient ici d'attirer l'attention : le serviteur dit « âmîn » au terme de la récitation de cette Sûrat Ul Fâtihah, et il faut savoir que le ta'mîn (le fait de dire âmin) est une Sunnah. Et le fait de dire âmîn signifie : « Seigneur ! Exauce nos invocations ! » A travers cette formulation, la réussite des œuvres et la réalisation des espérances sont alors implorées. Ainsi, le serviteur met son pied dans le terrain de l'indulgence, s'adresse confidentiellement à la Présence de la Munificence [Divine] avec un langage basé sur la supplication et l'imploration, en se libérant totalement de toute force propre, de tout rappel de pouvoir propre et de toute capacité propre en face de la Présence [Divine]. Car le meilleur moyen pour le serviteur qui aspire à la pauvreté spirituelle, est de s'accrocher à l'imploration de l'Assistance Divine pour avoir réalisé pleinement l'adhésion à l'appel au secours Divin. » [Latâ°if Ul Ishârât].

 

Et d'après l'Imâm Ja'far As Sâdiq (qu'Allâh l'agrée), cette formule signifie aussi : « Nous nous sommes dirigés vers Toi, car Toi, Tu es certes Le Généreux qui répond à notre invocation. »

 

Et Al Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta dans son Muwattâ° que Sayyidunâ Abû Hurayrah (qu'Allâh l'agrée) a dit que le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit : « Quand l'un de vous dit « âmîn » [à la fin de la Fâtihah] et que les Anges présent dans le ciel disent également « âmîn », les fautes de cet homme lui seront entièrement pardonnées et ceci instantanément. »

 

Al Muwahhidûn.

Commenter cet article