at-tawhid.net

Sûrah 22 - Âyah 52 (Ad Dabbâgh, Qâdî 'Iyâd & Ibn Kathîr)

29 Août 2010, 17:43pm

Publié par at-tawhid.net

 

Allâh (qu'Il soit exalté) a dit :

 

« Nous n'avons envoyé avant toi ni Messager ni Prophète sans que le diable n'intervienne dans ce qu'il lui a été révélé.  Mais Allâh abroge ce que projette le diable et Allâh renforce ensuite Ses versets. Allâh est Al 'Alîm, Al Hakîm. »

 

[Sûrah 22 - Âyah 52]

 

Commentaires :

 

« Nous n'avons envoyé avant toi ni Messager ni Prophète sans que le diable n'intervienne dans ce qu'il lui a été révélé »

 

Ash Shaykh 'Abdu Llâh Ibn Al Mubârak Al Lamatî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

« Je demandais ensuite au Shaykh ('Abd Ul 'Azîz Ad Dabbâgh) : « Quelle est selon vous la bonne interprétation des paroles de L'Exalté : « Nous n'avons envoyé avant toi ni Messager ni Prophète sans que le diable n'intervienne dans ce qu'il lui a été révélé [...] »

 

Il dit : « La lumière de ce verset veut dire qu'Allâh (qu'Il soit exalté) n'a pas envoyé de Messager, ni délégué un des Prophètes à une des communautés sans que ce Messager souhaite la Foi à sa communauté, et qu'il désire pour elle le bien, la guidance, la vertu et le succès. C'est le souhait de tout Messager Prophète. Le souffle du démon dans leur souhait correspond à ce qu'il projette dans les cœurs des gens auxquels le Message est adressé et qui produit en eux des troubles obsessionnels qui rendent quelques-uns mécréants. ». » [Al Kitâb Ul Ibrîz].

 

Il faut également savoir que des commentaires d'une extrême faiblesse ont été fait à propos de ce verset. Certains en sont arrivés à rapporter le récit disant que le diable avait parlé à la place du Prophète lors de l'une de ses récitations coraniques, et que les gens présent auraient entendu des éloges sur des idoles provenant du Prophète au lieu de sa récitation coranique, d'autres ont même rapporté le récit des juifs disant qu'un démon lâché contre le Royaume d'Isrâ°îl avait pris le dessus sur le Roi Sulaymân Ibn Dâwud (que La Paix d'Allâh soit sur lui ainsi que sur son noble père) durant un temps...Tous ces récits n'ont aucune place dans l'exégèse de ce verset et sont à rejeter avec fermeté.

 

Et précisons que les Imâms Muhammad Ibn Khuzaymah, Abû Bakr Al Bayhaqî, Fakhr Ud Dîn Ar Râzî ainsi que l'écrasante majorité des savants des Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah (qu'Allâh leur fasse miséricorde) affirment que le récit concernant la récitation coranique du Prophète et le diable qui l'aurait troublé en cela est forgé de toutes pièces, tandis que pour d'autres ce récit est de faible transmission (da'îf). Notre avis étant celui de la majorité des savants qui le déclare forgé et contredisant le Qur°ân et la Sunnah.

 

Et c'est en prenant tout cela en compte que le Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Mâlikî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Sache que les gens ont donné sur ce verset des explications et des interprétations dont certaines sont faciles à comprendre, d''autres ardues et difficiles, d'autres riches et d'autres encore très faibles. Ce qu'il convient d'en dire, c'est ce qui est retenu par la majorité des exégètes, à savoir que cela porte sur la récitation où le diable projette dans le désir du récitant des idées et des souvenirs relatifs à des affaires du bas-monde jusqu'à ce qu'il crée chez lui une confusion et de l'oubli à propos de ce qu'il a récité, ou bien projette autre chose dans l'ouïe de ceux qui écoutent cette récitation comme altérations et mauvaises interprétations. » [Al Kitâb Ush Shifâ°]. C'est-à-dire que suite aux insufflations du diable rendant les orants distraits, ils croient avoir entendu des choses qui en réalité n'ont jamais été dites.

 

Et concernant l'inadvertance chez les Prophètes, et plus particulièrement l'inadvertance dans une récitation coranique de la part de Sayyidunâ Muhammad, Al Qâdî 'Iyâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dit : « Il faut dire que cette inadvertance dans la récitation n'est concevable que là où il n'y a pas de changement de sens, de modification des mots ou ajout de ce qui ne figure pas dans le Qur°ân. Et si cette inadvertance consiste à oublier un verset ou un mot, cela n'est pas possible et est immédiatement rappelé au Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) […] » [Al Kitâb Ush Shifâ°].

 

« Mais Allâh abroge ce que projette le diable et Allâh renforce ensuite Ses versets »

 

Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Mâlikî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Mais Allâh efface et abroge tout cela, dévoilant ainsi le leurre et confirmant ainsi Ses versets dans leur plénitude […] Il fait disparaître et dissipe le malentendu ayant eu lieu à ce sujet, et Il renforce ensuite Ses versets. » [Al Kitâb Ush Shifâ°].

 

« Allâh est Al 'Alîm, Al Hakîm. »

 

Al Imâm Ismâ'îl Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Al 'Alîm signifie qu'Il connaît toute chose et l'ensemble des évènements qui arriveront, et rien ne Lui est caché. Al Hakîm signifie que, dans Son Décret, dans Sa création et dans Son Commandement, Il possède la sagesse parfaite et l'argument absolu. » [Tafsîr Ul Qur°ân Il 'Azîm].

 

Al Muwahhidûn.

Commenter cet article