at-tawhid.net

Sûrah 7 - Âyah 40 (At Tabarî, Al Baghawî, As Suddî...)

16 Mars 2010, 21:55pm

Publié par at-tawhid.net

 

Allâh (qu'Il soit bénit et exalté) a dit :

 

« Ceux qui traitent Nos signes de mensonges et s'en détournent avec dédain, ceux-là ne verront jamais s'ouvrir devant eux les portes du ciel ni n'auront accès au Paradis, si ce n'est quand le chameau aura traversé le chas d'une aiguille ! C'est ainsi que Nous rétribuons les injustes. »

 

[Sûrah 7 - Âyah 40]

 

Commentaire :

 

« Ceux qui traitent Nos signes de mensonges et s'en détournent avec dédain, ceux-là ne verront jamais s'ouvrir devant eux les portes du ciel ni n'auront accès au Paradis »

 

Al Imâm Muhammad At Tabarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Les portes des cieux ne seront pas ouvertes à leurs âmes quand ils quitteront leurs corps, et, pendant leur vie [dans ce bas-monde], aucune de leurs paroles ni aucune de leurs œuvres ne monteront vers Allâh [1], car celles-ci auront été mauvaises [2]. Allâh n 'élève vers Lui que les bonnes paroles et les œuvres convenables : « Vers Lui monte la bonne parole, et quant à l'œuvre convenable, Il l'élève. » [Sûrah 35 – Âyah 10]. » [Al Jâmi' Ul Bayân].

 

« Si ce n'est quand le chameau aura traversé le chas d'une aiguille ! »

 

Al Imâm Al Husayn Ibn Mas'ûd Al Baghawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Le chas et ce avec quoi la couture est faite sont une seule et même chose, cela représente l'aiguille. Ce qui ressort de tout ça est qu'ils n'entreront jamais au Paradis, car si on décrit une chose irréalisable cela confirme son impossibilité ; de la même manière que l'on dirait : « Je ne ferais ceci que si le corbeau devient blanc », ou encore « si le rat devient blanc ». On entend par cela qu'on ne le fera jamais. » [Sharh Us Sunnah].

 

Al Imâm Muhammad At Tabarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Ces mécréants n'entreront jamais au Paradis qu'Allâh a préparé pour Ses alliés parmi les croyants, de même que le chameau n'entrera jamais dans le trou d'une aiguille. » [Al Jâmi' Ul Bayân].

 

« C'est ainsi que Nous rétribuons les injustes. »

 

Al Imâm Ismâ'îl As Suddî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Quand l'esprit du mécréant est saisi, les Anges de la terre le frappent jusqu'à ce qu'il s'élève vers le ciel. Quand il parvient au ciel de ce monde, les Anges de ce ciel le frappent aussi, et voilà qu'il chute jusqu'à la terre la plus inférieure. Par contre, quand la personne est croyante et que son esprit est saisi, les portes du ciel lui sont ouvertes et il ne passe pas près d'un Ange sans que celui-ci ne le salue par des salutations vivifiantes (hayyâhu) et des salutations de paix, et ceci jusqu'à ce qu'il parvienne à Allâh qui Lui donnera ce dont il aura besoin […] »

 

Et Al Imâm Jalâl Ud Dîn As Suyûtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) résuma tout ceci en disant : « A ceux qui ont traité nos signes de mensonges et s'en sont détournés par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouverte au moment où les Anges élèveront leurs âmes après la mort, afin de les précipiter vers le Sijjîn, l'abîme de l'Enfer. Tandis que les âmes des croyants seront élevées jusqu'au septième ciel, comme cela est mentionné dans un hadîth [3]. Ces négateurs n'entreront pas au Paradis aussi longtemps qu'un chameau puisse pénétrer dans le chas d'une aiguille, et comme ceci est impossible, leur introduction au Paradis en sera de même. C'est de cette façon que l'on récompense les injustes pour le prix de leur mécréance. » [Tafsîr Al Jalâlayn].

 

Notes :

 

[1] C'est-à-dire qu'aucune de leurs œuvres ne sera agréée.

 

[2] Comme l'enseigne Sayyidunâ 'Abdu Llâh Ibn Al 'Abbâs, quelle injustice est pire que la non-reconnaissance d'Allâh (qu'Il soit exalté) ? Ainsi, par exemple, même si un mécréant fait beaucoup d'aumônes, ses œuvres seront mauvaises auprès d'Allâh, car il n'aura pas agis pour Lui, mais simplement pour la gloire auprès des gens de ce bas-monde ou bien pour sauver sa conscience durant un temps face à la misère des pauvres.

 

[3] Mentionnons à cet effet le hadîth authentique rapporté par les Imâms Abû Dâwud et Ahmad Ibn Hanbal et transmis par Sayyidunâ Barâ Ibn 'Âzib (qu'Allâh l'agrée) dans lequel il est dit : « Ils (les Anges qui retirent l'âme) ne passent en sa compagnie auprès d'aucun groupe d'anges sans que ceux-ci ne s'enquièrent : « Quelle est donc cette âme répugnante ? » Ils répondent alors : « C'est Un tel, fils d'untel », et ils la nomment en citant les pires prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer et celle-ci leur est refusée. » Un hadîth de même nature transmis par Sayyidunâ Abû Hurayrah (qu'Allâh l'agrée) fut rapporté par l'Imâm At Tabarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

 

Al Muwahhidûn.

 

Commenter cet article