at-tawhid.net

Tafsir Sourate 108 - Al Kawthar (Al Qâdî 'Iyâd et Abul Barakât An Nasafî)

23 Avril 2010, 11:06am

Publié par at-tawhid.net

Allâh (qu'Il soit exalté) dit :

1 - « Certes, Nous t'avons fait don de Al Kawthar ;
2 -
Prie donc ton Seigneur et offre-Lui un sacrifice.
3 -
En vérité, c'est celui qui te déteste qui est privé de postérité. »

[Sourate 108]

 

Exégèse :

 

Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur cette Sourate :

 

« Dans ces versets, Il (Allâh) a informé Son Prophète de ce qu'Il lui a donné. Or, Al Kawthar est son bassin ou son fleuve situé au Paradis. On a dit aussi qu'il signifie le don avec profusion, la prophétie, de nombreux miracles ou encore l'intercession. On a dit enfin qu'il s'agit de la connaissance.

 

Ensuite, Allâh a répondu Lui-Même à son ennemi (du Prophète) et l'a fustigé en disant : « En vérité, c'est celui qui te déteste qui est privé de postérité », car ton ennemi haineux est vil et seul, et il n'a aucun bien en lui. » [Ash Shifâ° Bi Ta'rîf Huqûq Il Mustafâ°]

 

Et Al Imâm Abul Barakât 'Abdu Llâh Ibn Ahmad An Nasafî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a commenté cette Sourate comme suit :

 
 « « Certes, Nous t'avons fait don de Al Kawthar » Al Kawthar [...] est un immense et abondant bienfait. On dit que c'est un fleuve qui se trouve au Paradis, plus délicieux que le miel, plus blanchâtre que le lait, plus rafraichissant que la glace et plus doux que la mousse ; ces deux bords sont parés d'or et sa cavité est en argent. On rapporte de Ibn 'Abbâs (qu'Allâh les agrée tous les deux) [à propos de Al Kawthar] : « C'est un abondant bienfait », et on lui répliqua : « Les gens disent que c'est un fleuve se trouvant au Paradis ! », et il répondit : « Cela fait partie de ce bienfait abondant. »

   
« Prie donc ton Seigneur » : Adore donc ton Seigneur qui t'as anobli par Ses dons, qui t'as honoré et préservé des exagérations que font les autres créatures, notamment ton peuple qui adore d'autres qu'Allâh.

 

« Et offre-Lui un sacrifice » : pour Sa face et en Son nom quand tu sacrifies ton offrande, contrairement aux adorateurs d'idoles [qui ne mentionnent pas Allâh] dans leurs sacrifices.

 

« En vérité, c'est celui qui te déteste », c'est-à-dire celui qui te haïs parmi ton peuple suite à ta divergence avec eux, « qui est privé de postérité », [c'est-à-dire] celui qui est privé de tout bien à l'exception de ce que tu apportes car tous ceux qui naissent jusqu'au jour de la résurrection parmi les croyants sont comme tes enfants, et ils seront tes suiveurs. La mention de ton nom est élevé dans tous les minbâr ainsi que par la langue de tout savant et de tout invocateur [d'Allâh], et ceci jusqu'à la fin des temps ; ils commencent par invoquer Allâh puis ensuite ils te nomment. Tu auras dans l'au-delà [des choses qui dépassent l'entendement]. Donc en fait quelqu'un comme toi n'est pas privé de postérité.

Al Abtar est celui qui te haïs et qui est oublié ici-bas comme dans l'au-delà.

Et on a dit que [cette Sûrah] a été révélée au sujet de Al 'Âss Ibn Wâ°il. [Allâh] l'a surnommé Al Abtar, et al abtar est celui qui est dépourvu de descendance [...].
» [Madârik Ut Tanzîl wa Haqâ°iq It Ta°wîl].


Commenter cet article