at-tawhid.net

Tafsir Sourate 2 (Al Baqarah) - Verset 222 (Sayyidunâ Anas Ibn Mâlik, An Nawawî, Al Âbî Al Azharî...)

12 Avril 2012, 12:38pm

Publié par at-tawhid.net

Allâh (qu'Il soit exalté) dit :

 

« Ils t'interrogeront aussi sur les menstrues. Réponds-leur : « La menstruation est une souillure. Tenez-vous à l'écart de vos femmes durant cette période , n'ayez point de rapports charnels avec elles tant qu'elles ne se sont pas purifiées. Mais une fois qu'elles sont en état de pureté, reprenez vos rapports [sexuels] avec elles, comme Allâh vous l'a prescrit. » Allâh aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient. »

 

[Sourate 2 – Verset 222]

 

Exégèse :

 

« Ils t'interrogeront aussi sur les menstrues. Réponds-leur : « La menstruation est une souillure. Tenez-vous à l'écart de vos femmes durant cette période, n'ayez point de rapports charnels avec elles tant qu'elles ne se sont pas purifiées. Mais une fois qu'elles sont en état de pureté, reprenez vos rapports avec elles, comme Allâh vous l'a prescrit. »

 

Al Imâm Muslim Ibn Al Hajjâj (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta dans son Sahîh que Sayyidunâ Anas Ibn Mâlik (qu'Allâh l'agrée) a dit : « Les juifs avaient l'habitude d'expulser les femmes ayant leurs menstruations de leur maison, et ils s'abstenaient de manger, de boire et d'avoir des relations intimes avec elles. Le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) fut interrogé sur le sujet et Allâh (qu'Il soit exalté) révéla en guise de réponse : « Ils t'interrogeront aussi sur les menstrues. Réponds-leur : « La menstruation est une souillure. Tenez-vous à l'écart de vos femmes durant cette période , n'ayez point de rapports charnels avec elles tant qu'elles ne se sont pas purifiées... ». »

 

Al Imâm Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également : « Les savants disent : « Il n'est pas déconseillé (makrûh) de s'allonger avec la femme ayant ses menstrues, ni de l'embrasser, ni de jouir de ce qui se trouve chez elle au-dessus de son nombril et au-dessous des genoux […] Et dans son Madhâhib Ul 'Ulamâ°, Al Imâm Abû Ja'far Muhammad Ibn Jarîr rapporta le consensus sur tous ces points. Les preuves de la Sunnah appuyant cela sont manifestes et célèbres. Quant au verset : « […] Tenez-vous à l'écart de vos femmes durant cette période, n'ayez point de rapports charnels avec elles tant qu'elles ne se sont pas purifiées […] » [Sourate 2 – Verset 222], il signifie : « Évitez d'avoir de coïter avec elles et ne vous approchez pas du coït avec elles ». » [Al Minhâj].

 

Ceci est notamment basé sur le hadîth rapporté par l'Imâm Muslim (qu'Allâh lui fasse miséricorde) dans son Sahîh dans lequel Sayyidah Ummu Salamah (qu'Allâh l'agrée), l'épouse du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui), a dit : « Alors que j'étais allongé avec le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) sous une couverture, j'eus mes menstrues de façon subite. Je me faufilai alors [en dehors du lit] et je pris mes habits préparés pour les menstrues. Le Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) me dit : « As-tu tes menstrues ? » Je lui répondis : « Oui. » Puis il m'appela et moi de revenir m'allonger avec lui sous la couverture. »

 

Et Ash Shaykh Sâlih Al Âbî Al Azharî Al Mâlikî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur le sujet : « Il est interdit de coïter avec une femme en menstruation et même de se livrer au contact sexuel - avec un autre membre que le sexe - avec la partie de son corps située entre la ceinture et les genoux. Il est également interdit de se livrer à des relations sexuelles avec elle après la fin des règles tant qu'elle n'aura pas procédé au bain rituel (al ghusl). Il est aussi interdit de jouir d'elle par des attouchements entre sa ceinture et ses genoux, même à travers un voile et sans regarder. Par contre, il est permis de jouir des parties de son corps situées au-dessus de la ceinture et en-dessous des genoux, comme par exemple se masturber sur ses seins ou se faire masturber par sa main. La menstruation empêche également la levée de l'état d'impureté rituelle, y compris l'état d'impureté rituelle majeure [qui serait lié à un acte sexuel] (al janâbah). Ainsi, quand la femme en période de menstruation ou de lochies procède au bain rituel (al ghusl) dans le but d'enlever l'état d'impureté rituelle majeure (al janâbah), l'impureté rituelle ne sera pas enlevé pour autant. » [Sharh Muqaddimat Ul 'Izziyyah].

 

« Allâh aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient. »

 

Al Imâm Jalâl Ud Dîn As Suyûtî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « « Allâh aime » : c'est-à-dire qu'Il les récompense et les honore, « ceux qui se repentent » de leurs péchés « et ceux qui se purifient » des impuretés. » [Tafsîr Ul Jalâlayn].

 

Et Al Imâm Abû Ja'far Muhammad Ibn Jarîr At Tabarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « C'est-à-dire : Allâh aime ceux qui se repentent intensément de leurs péchés et qui restent purs de tout rapport avec les femmes par leur fondement. D'autres interprètent ainsi : Allâh aime ceux qui se repentent intensément de leurs péchés et qui restent purs, c'est-à-dire qui se gardent bien d'y retomber (dans les péchés commis). » [Jâmi' Ul Bayân Fî Tafsîr Il Qur°ân].


Commenter cet article