at-tawhid.net

'Ubaydu Llâh Ibn 'Abdi Llâh Ibn 'Utbah Ibn Mas'ûd - عبيد الله ابن عبد الله ابن عتبة ابن مسعود (m.~102)

4 Avril 2012, 09:59am

Publié par at-tawhid.net

Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui :  

 

« Abû 'Abdi Llâh 'Ubaydu Llâh Ibn 'Abdi Llâh Ibn 'Utbah Ibn Mas'ûd Ibn 'Âqil Ibn Habîb Ibn Shamakh Ibn Makhzûm Ibn Subh Ibn Khalîl Ibn Al Hârith Ibn Tamîm Ibn Sa'd Ibn Hudayl Ibn Mudrikah Ibn Al Yâs Ibn Mudar Ibn Nizâr Ibn Mu'âdh Ibn 'Adnân Al Hudalî fut l'un des 7 Fuqahâ de Médine.

 

'Ubaydu Llâh était le petit-fils du frère de 'Abdu Llâh Ibn Mas'ûd, un des Compagnons du Messager d'Allâh (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). Il était d'un rang élevé parmi les Tâbi'în, il rencontra et discuta avec un grand nombre de Compagnons du Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui). D'ailleurs, il apprit le hadîth auprès de Ibn 'Abbâs, Abû Hurayrah et 'Âïshah. Abû Az Zinâd, Az Zuhrî et d'autres transmirent ensuite des ahâdîth sous son autorité. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Et Ash Shaykh Muhammad Abû Zahrâ° (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit de lui : « Il rapportait les ahâdîth par l'intermédiaire de Ibn 'Abbâs, de 'Âïshah et de Abû Hurayrah, et était le Shaykh de 'Umar Ibn 'Abd Il 'Azîz sur lequel il eut une grande influence. De plus, il récitait et composait de la poésie. » [Târîkh Ul Madhâhib].

 

Comme dit plus haut, Al Imâm 'Ubaydu Llâh (qu'Allâh l'agrée) composait de la poésie et il excellait dans ce domaine. Shams Ud Dîn Ibn Khallikân et d'autres rapportèrent une certaine somme de vers qu'il composa et admirèrent la haute qualité de ses poésies.

 

Quant à sa relation avec le Calife 'Umar Ibn 'Abd Il 'Azîz (qu'Allâh l'agrée), que l'on nomme traditionnellement le 5ème Calife Bien-Guidé, cela suffit à montrer l'extrême érudition de l'Imâm 'Ubaydu Llâh Ibn 'Abdi Llâh Ibn 'Utbah (qu'Allâh l'agrée). Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta à ce titre : « On entendit 'Umar Ibn 'Abd Il 'Azîz dire que pour lui, une entrevue avec 'Ubaydu Llâh était plus précieuse que ce bas-monde et tout ce qu'il contient. Et il a dit aussi : « Par Allâh ! Avec tous les avantages qu'il y a à passer ne serait-ce qu'un soir avec 'Ubaydu Llâh, je ferais don de 1000 pièces d'or du Trésor Public ! » Entendant cela, les gens qui étaient présents dirent : « Comment pouvez-vous dire cela, ô Commandeur des Croyants, vous qui êtes pourtant si strict et si scrupuleux en la matière ? » Il répondit alors : « Qu'allez vous donc penser là ? Pour recevoir ses avis, ses conseils et ses orientations, je devrais avoir prendre 1000 pièces d'or au Trésor Public, et même plusieurs milliers ! Ce sont des entretiens d'une telle érudition et reposant tellement le cœur ! Et certes, ils dissipent les soucis et embellissent les mœurs. ». » [Wafayât Ul A'yân].

 

Et Al Imâm Muhammad Ibn Shihâb Az Zuhrî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) fit son éloge en disant : « J'ai recherché la science auprès de 3 personnes : Sa'îd Ibn Al Musayyib qui était le meilleur faqîh, 'Urwah Ibn Az Zubayr qui était un véritable puits de science, et 'Ubaydu Llâh chez qui on trouvait ce qu'on ne trouvait pas chez les autres. » [Ibn Al Qayyim - A'lâm Ul Mawaqqi'în].

 

Et il a dit aussi : « J'ai recherché la science auprès de 3 personnes : Sa'îd Ibn Al Musayyib qui était le meilleur faqîh, 'Urwah Ibn Az Zubayr qui était un véritable puits de science, et 'Ubaydu Llâh chez qui on trouvait ce qu'on ne trouvait pas chez les autres. »

 

Précisons cependant que l'Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh l'agrée) ne considérait pas l'Imâm 'Ubaydu Llâh (qu'Allâh l'agrée) comme l'un des 7 Fuqahâ de Médine, mais il le tenait cependant en haute estime et le considérait comme l'un des plus grands savants de Médine après les 7 Fuqahâ.

 

Tel fut donc cet astre brillant de l'Islâm et cet Imâm parmi les Tâbi'în. Il mourut à Médine en l'an 102 de l'Hégire, d'autres disent cependant qu'il mourut en 94, ou bien en 98, ou encore en 99. Et Allâh sait mieux. 

 

Qu'Allâh l'agrée et lui fasse miséricorde, qu'Il illumine sa tombe et lui accorde le Firdaws Ul A'lâ ainsi qu'à ses pieux ancêtres. Allâhumma Âmîn.

 

Commenter cet article