at-tawhid.net

« Voici le monde, gardez-vous en » (Sayyidunâ 'Îsâ)

12 Mars 2010, 21:17pm

Publié par at-tawhid.net

 

Un jour, un homme accompagnait Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) lui disant : « Je veux rester avec toi et être ton compagnon. »

Ils se mirent en route et arrivèrent sur la berge d'une rivière, où ils s'assirent pour manger. Ils avaient trois miches de pain. Ils en mangèrent deux, et il en restait une troisième. Alors Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) se leva et alla à la rivière pour boire. Quand il revint, il ne trouva plus la troisième miche, aussi demanda-t-il à l'homme : « Qui a prit la miche ? » ; « Je ne sais pas. » répondit l'homme.

Sayyidinâ 'Îsâ reprit la route avec l'homme, et il vit une biche avec deux de ses petits. Sayyidinâ 'Îsâ appela l'un des deux, qui vint à lui. Alors Sayyidinâ 'Îsâ le tua, le fit rôtir et le mangea avec son compagnon. Puis il dit au jeune cerf : « Relève-toi avec la permission d'Allâh. » Le cerf se leva et partit. Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) se tourne alors vers son compagnon et dit : « Je te demande au nom de Celui qui t'a montré ce miracle, qui a pris la miche ? » ; « Je ne sais pas. », répondit l'homme.

Les deux hommes arrivèrent alors à une étendue d'eau dans une vallée. Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) prit l'homme par la main et ils marchèrent sur l'eau. Quand ils eurent traversés, Sayyidinâ 'Îsâ lui dit : « Je te demande au nom de Celui qui t'a montré ce miracle, qui a pris la miche ? » ; « Je ne sais pas. », répondit l'homme.

Ils arrivèrent alors à un désert sans eau et ils s'assirent sur le sol. Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) commença alors à rassembler un peu de terre et de sable, puis il dit : « Transforme-toi en or avec la permission d'Allâh. », et c'est ce qui se produisit. Sayyidinâ 'Îsâ répartit l'or en trois parts et dit : « Un tiers pour moi, un tiers pour toi, et un tiers pour celui qui a pris la miche. » L'homme dit : « C'est moi qui ai prit la miche. » Sayyidinâ 'Îsâ dit alors : « Tout l'or est pour toi. »

Puis Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) le quitta. Deux hommes tombèrent sur l'homme par hasard dans le désert avec l'or, et ils voulurent le voler et le tuer. Il leur dit : « Partageons-le en trois parties entre nous, et envoyons l'un de vous deux à la ville pour nous acheter quelque chose à manger. » L'un d'entre eux fut envoyé, et il se dit à lui-même : « Pourquoi devrais-je partager l'or avec ces deux-là ? Je vais plutôt empoisonner la nourriture et j'aurai tout l'or pour moi. » Il partit, et c'est ce qu'il fit.

Entre-temps, les deux qui étaient restés en arrière se dirent l'un à l'autre : « Pourquoi devrions-nous donner un tiers de l'or ? Tuons-le plutôt quand il reviendra et partageons l'argent entre nous. »

Quand l'autre revint, ils le tuèrent, mangèrent la nourriture empoisonnée et moururent. L'or resta dans le désert avec les trois hommes à côté de lui. Sayyidinâ 'Îsâ (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) passa par là, les trouva dans cette situation, et dit à ses compagnons qui l'accompagnait : « Voici le monde. Gardez-vous en. ».

Histoire rapportée par :

* Al Imâm Abû Bakr Ibn Abî Ad Dunyâ (qu'Allâh l'agrée) dans Kitâb Ul Qana'ah wa At Ta'affuf.

* Al Imâm Abû Hâmid Al Ghazâlî At Tûsî (qu'Allâh l'agrée) dans Al Ihyâ 'Ulûm Ud Dîn.

* Al Imâm Abû Tâlib Al Makkî (qu'Allâh l'agrée) dans t Ul Qulûb.

* Al Imâm Muhammad Ibn Al Walîd At Turtushî (qu'Allâh l'agrée) dans Sirâj Ul Muluk.

* Al Imâm 'Alî Ibn Al Hasan Ibn 'Asakîr (qu'Allâh l'agrée) dans Sirât As Sayyid Al Masîh.

Source francophone : Un Musulman nommé Jésus de Tarif Khalidî aux éditions Albin Michel.

Commenter cet article