Accueil > Islam et société > Article

La jurisprudence à suivre concernant le bébé mort-né (école malikite)

Avr 25, 2014

Voici quelques points importants à connaître sur ce qu'il faut faire en cas de perte d'un fœtus ou d'un bébé à la naissance selon l'école de jurisprudence malikite :

 

 

" Le mort-né est celui qui ne pousse pas de cris. " [Al Âbî Al Azharî - Thamr Ud Dânî].

 

 

" On ne fait prie pas sur le bébé mort-né. " [Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî - Ar Risâlah].

 

 

- " Quant à celui qui pousse des cris, il possède alors tous les signes de vie même si il venait à mourir immédiatement par la suite, sans divergence sur cela [entre les savants]. " [Al Âbî Al Azharî - Thamr Ud Dânî].

 

 

- " On ne le lavera pas non plus, même si il bouge, urine, éternue ou tète un peu. " [Al Âbî Al Azharî - Thamr Ud Dânî].

 

 

- " On l'enterrera sans le parfumer; ni lui donner un nom. " [Khalîl Ibn Ishâq - Al Mukhtasar].

 

 

- " Il ne pourra hériter de qui que ce soit et on ne pourra hériter de lui. " [Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî - Ar Risâlah].

 

 

Et qu'Allâh facilite la gestion de ce type d'épreuve à l'ensemble des croyants et les soutienne pleinement. Âmîn.